Vie quotidienne
13 ans de blog (2004 -> 2017)
30 août 2017
8

Comme chaque année, au moment de renouveler l’achat des noms de domaine, toujours la même question dans mon cœur : tiens, et si je ne payais pas, pour voir disparaître tout ça ? Et comme chaque année, je re-signe pour douze mois de plus même si – pour de multiples raisons – j’ai pris énormément de recul sur ma présence en ligne cette année.

J’ai effacé plusieurs fois tous mes tweets depuis 18 mois pour finir avec un compte totalement passif, sur lequel je me connecte encore surtout pour vérifier qu’il n’y a pas un malade avec une hache dans le coin, voilà, j’associe uniquement Twitter aux événements tragiques de l’année 2015, cet outil me sert à trianguler le Mal. Super. Merci.

Facebook, je n’ai pas clôturé mon compte, impossible, je suis bien trop accro pour ça, mais j’ai désormais cessé de poster. Je lis. Je commente, je like. Je n’alimente plus vraiment la machine à interactions. Reste une app (Messenger) super pratique pour la messagerie interne qui permet de joindre mes 900 contacts (quelle folie…) en un instant mais je ne peux plus supporter le reste. J’écrivais à ce propos, il y a quelques semaines  :

Hey. Je suis moins sur les réseaux sociaux parce qu’ils me rendent plutôt malheureux, que je n’apprends rien de bien tangible sur vos vies et que, surtout, je perds trop d’heures alors que j’ai deux livres à rendre (toutes ces heures perdues sur Facebook & Twitter…Effrayant…)…Enfin, je suis dans un super appartement dans lequel je suis heureux. Vous avez mon numéro, les gens !

 

Et ça résume très bien ma pensée. Tout ce temps perdu en ligne à ne rien lire d’autre, à ne pas tenir de journal ou de livre de poche dans la main, à ne pas téléphoner, voir des gens, boire des pots avec, à ne pas écrire, réfléchir ou méditer, tout ce temps perdu volontairement ou pas (ces génies ont crée des machines à glue virtuelle) et toutes ces vraies-fausses interactions, ces vraies-fausses amitiés, ces moments intenses, ces altercations, ces blocages sur un coup de tête, ces gens ajoutés pour une bonne photo de profil (retouchée/recadrée/bien anglée) : basta ya.

13 ans de blog ? Oui et une année 2017 en remontée nette de bien être, depuis janvier, après une année 2015 terrible (la triplette rupture/déménagement/attentats sur fond de nouveau job et de découverte de Zébritude, n’en jetez plus, tout ça en moins de six mois !), une année 2016 de transition, voilà donc 2017 qui est bien entamée, riche d’enseignements et de rencontres. Et de choix. Que voici :

  • J’ai choisi d’acheter un appartement à l’instinct, sans réfléchir de trop. C’est le premier que j’ai visité et oui, c’est le bon. Je vois les arbres en lisant. Je suis au calme. J’allume des bougies. Je me suis remis à écrire.
  • J’ai choisi de me laisser conseiller pour cet achat par un courtier et pour aménager les lieux par une décoratrice d’intérieur. Il faut laisser la main à meilleur que soi. Je le fais bien volontiers.
  • J’ai choisi de renoncer à deux jobs, mieux payés, dans deux autres entreprises car je ne voyais pas l’intérêt de tout recommencer à zéro ailleurs alors que je suis extrêmement bien entouré là où je suis.
  • J’ai choisi le meilleur dans plusieurs domaines, au moment d’investir dans l’appartement : peinture, extracteur de jus, électro-ménager, ce n’était pas de l’argent dépensé mais un investissement dans mon bien-être.
  • J’ai choisi d’être très précisément ce que je suis à l’intérieur, au boulot et ça m’a très bien réussi : je parle avec sincérité autant que faire se peut, je réagis sans calcul, je lâche prise quand je sens que je perds trop d’énergie et j’aime sincèrement les gens pour ce qu’ils sont, dans leur richesse et leur complexité. Mon entourage proche et plus lointain est donc d’une extrême bienveillance.
  • J’ai choisi d’être entouré même quand je pensais pouvoir faire seul : appeler à l’aide pour mon déménagement (un des trucs les plus stressants au monde), appeler à l’aide pour monter une énorme armoire, appeler à l’aide pour réserver des hôtels sur un site. Je ne suis pas seul, loin de là. Je peux compter sur moi, désormais, et c’est un pas énorme que j’ai effectué mais je peux aussi compter sur autrui quand j’en sens le besoin. Comme je l’écrivais un jour ici : peu de copains mais de vrais beaux amis.
  • J’ai choisi de m’écouter encore plus et de dire non quand je sens qu’il faut dire non. Comme dirait mon amie Florence, au moment du recrutement :  « Quand il y a un doute c’est qu’il n’y a pas de doute« …et la réponse est non.
  • J’ai choisi de faire confiance à la Vie qui a pas mal d’humour et qui me taquine souvent. Tout va bien.
  • J’ai choisi mon mobilier pour la première fois de ma vie. Je n’avais jamais regardé un meuble avec intérêt avant. Ce n’est pas devenu une folle passion non plus, hein. Mais je prête attention à la décoration désormais.
  • J’ai choisi de reprendre le sport : un beau vélo électrique, 70 km par semaine dessus minimum et 7 mn de sport tous les matins. Je médite aussi, via Headspace…et j’écoute des ondes Theta ^^
  • J’ai choisi de ne pas me donner à n’importe qui, n’importe comment.
  • J’ai choisi d’aller vers plus de lumière et d’amour : ce sont les deux seules constantes sur mon chemin. Dès que je retombe dans mes bonnes vieilles habitudes (colère, jalousie, peur) je fais de la merde. Je pourrais l’écrire mieux ou le sous-entendre mais non, voilà la vérité : dès que je ne suis pas dans la lumière et l’amour,  je fais de la merde. Et je sais très bien comment faire, merci, j’ai quatre décennies de pratique derrière moi. Pas un Bouddha de la bonté et de l’amour inconditionnel mais je travaille dessus.

 

Vendredi dernier, fin de soirée, une capitale étrangère.

Une rencontre comme des dizaines d’autres qui aurait du déboucher sur un moment intime mais qui bifurque immédiatement, dans les premières secondes, sur tout autre chose, ce dont je ne me rends pas compte immédiatement, d’ailleurs. Je sors du vin, deux verres, je mets un peu de musique, je crois sincèrement que nous allons nous allonger après un peu de small talk. Je n’ai pas compris qu’il m’observe et qu’il est différent des millions d’autres qui m’entourent sur le continent. Je n’ai pas réalisé qu’il a ce truc en plus dans les yeux, dans la voix et la tête, qu’il n’est pas sur ma route par hasard juste pour une heure ou deux. Je continue mon habituel bavardage léger, posant quelques questions coquines, ce qui le fait sourire, tout en répondant aux siennes, questions toutes plus sérieuses les unes que les autres. Le vin me monte un peu à la tête et je ne vois rien venir.

Soudain, une question plus complexe que les autres et j’atterris, d’un coup, le voyant enfin tel qu’il est et comprenant ce qu’il est en train de faire depuis presque une heure :

– Je rêve ou tu me fais passer un test, là ? Tu me poses des questions de fond non-stop depuis que tu es assis ! Tu me fais passer un foutu test d’entrée ! Wow ! C’est MOI qui fait ça, d’habitude, voyons…(je ris) Je n’ai rien vu venir, rien.

Il me sourit.

Et là, là, pour la première fois depuis avril 2015, mon cœur bat un peu plus vite pendant quelques secondes.

Je le vois enfin tel qu’il est.

Solaire.

About author

Related items

/ You may check this items as well

IMG_1502

Largué comme un chien !

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_1297

La mémoire des mûrs

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
img_7643

Il faut savoir dire merci

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 8 comments

  • Géraldine dit :

    Eh bien voila un superbe article !
    Facebook, il faut le prendre pour ce qu’il est… pour ma part un moyen d’avoir des infos. Rencontrer aussi parfois (pas souvent) des gens qui nous ressemblent… ça fait du bien !
    Bonne continuation 😉

  • Manue dit :

    Comme toujours ce réel plaisir de te lire, toi qui accompagnes mes pas sur le net depuis … je sais pas, 11-12 ans … tu as bien fait de renouveler ton nom de domaine pour douze mois de plus qui me permettront de loin en loin, au fil de tes rares publications, de voir évoluer ce personnage de roman que tu es à mes yeux tant tu es un être singulier, qui surfe la vie aux bons vents comme aux vents mauvais, mais toujours avec une sincérité et un éclat qui m’impressionnent.

  • SOPHIE dit :

    Même l’écriture a pris le chemin de la lumière… je le sens !

  • aurélie bernard dit :

    mais qu’est ce que je t’aime William, je te sis depuis tout ce temps et je te retrouve mon grand frère spirituel avec toujours beaucoup de bonheur, je t’aime fort.

  • valentine dit :

    j’aime j’aime j’aime !

  • Danyhube dit :

    Je suis heureuse de vous savoir heureux!

  • Laure dit :

    Je n’ai pas ton aisance dans l’écriture, donc, j’ai cliqué sur un petit like en forme de coeur. Mais dis-toi qu’il contient des merci, bravo, tiens donc, waouh, quelle chance, encore merci … le tout avec grâce et volupté !

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *