Sur la route Télévision Vie quotidienne Voyages
2004 – 2015 : 11 ans de blog, joyeux anniversaire
8 septembre 2015
13

Une année de plus, ici, à parler. Je ne sais combien de dizaines de milliers de mots j’ai écrit sur le web depuis Septembre 2004. Effrayant. Tout ce que j’ai pu raconter, tout ce qu’il me reste encore à écrire. Il y a bien longtemps que je n’écris plus de billet quotidien (j’ai tenu bon pendant des années…Quel rythme de dingue) mais les statistiques n’ont jamais été aussi bonnes depuis que je publie peu, bizarrement. Ce n’est pas un calcul, il n’y a pas de publicité sur le blog et que les audiences soient excellentes ou pas ne change rien à mes affaires. C’est juste étrange de voir passer tout ce monde, depuis ce temps.

Le billet des 8 ans est ici (avec photo vintage), celui des neuf ans est par là et celui des dix ans (où j’avoue plein de choses) est situé ici.

L’occasion de faire un petit rewind point actu des douze derniers mois. C’est parti !

Septembre 2014 : Me revoilà chez Canal + pour une deuxième saison de La Nouvelle Edition. Je lance un nouveau projet de livre, sur Alexandre Malsch, nous nous voyons tout l’hiver et le bouquin sort le mois prochain chez Michel Lafon. J’inaugure un nouveau format dans ma vie d’auteur que j’adore déjà : le livre d’entretien. Je me suis régalé. Je vous raconte également comment j’ai croisé Carmela des Sopranos dans les jardins du Palais Royal.

Octobre 2014 : Je révèle des trucs, je réalise que je vais un peu m’ennuyer au boulot, j’en ai fait le tour mais tout le monde est cool et je vois Jeanne Mas en concert aux Folies Bergères (un peu le choc, quand même, mais pas musical…)

Capture-d’écran-2014-11-06-à-09.05.05

Novembre 2014 :  Je vois Etienne Daho à l’Olympia, j’écris sur le concert (magique) et il me fera savoir qu’il a beaucoup aimé mon article, j’irai le revoir avec Eric une seconde fois, dans les Landes, à Seignosse, un peu avant Noël. Canal + fête ses 30 ans (le calme avant la tempête) et je suis invité au Palais de Tokyo, pas vraiment looké pour l’évènement avec mon pull et ma casquette : tout le monde me prend pour Kyan Khojendi qui, lui, est en smoking à deux mètres derrière moi. J’ai enfin l’occasion de dire droit dans les yeux de Claude Lelouch tout le bien que je pense de « Hasards ou Coincidences » et Laurence Ferrari m’attrape par le bras pour me coller deux bises, en tant qu’ex-patronne et marraine de télé. Ce n’est pas très réel tout ça mais ça m’amuse. Enfin, juste ce qu’il faut. Je sais où est ma place. Je sais qui je suis.

Décembre 2014 : Je publie les photos de mon roadtrip Californien en plein d’épisodes et je repars voir Daho, pour un week-end génial dans le Sud-Ouest. Je vais à Le Web sans savoir que c’est la dernière édition (il n’y a pas grand monde et l’ambiance est super triste), je reçois un SMS d’Ariel Wizman qui me chagrine mais j’en recevrai un autre, des mois plus tard, qui me confirmera tout le bien que je pense de lui. J’aime ce type. Je décolle pour Bayonne fêter Noël dans un appartement hanté (!!!!!!!!!) et sans chauffage (!!!!!). C’est sympa quand même. Je reviens à Bilbao. Gabriel part vivre à Hong Kong et il me manque terriblement.

Janvier 2015 : Charlie Hebdo. Nous prenons l’antenne en direct. Quatre jours d’affilée sur ce dossier. Je perds mes dernières gouttes d’énergie vitale pour bosser sur une quotidienne. Je pense à quitter mon poste mais j’adore l’équipe de l’émission, j’adore mon émission et je m’y sens bien, en vrai. Les évènements me mettent à genoux. Je suis seul à Paris. Gabriel est à Hong Kong, Antoine à Las Vegas.

Février 2015 : Saint Valentin catastrophique à Amsterdam avec Gabriel, je fais ma valise sur un coup de tête que je regrette aussitôt, je rentre à Paris après 24h de neige, de pluie et d’une ville que j’aurais aimé découvrir d’une tout autre manière. Nous rompons.

Mars 2015 : Je rencontre Madonna, je lui parle, je me fais prendre en photo à côté d’elle. J’ai quarante de fièvre depuis la veille. Mais je m’accroche. Irréel, totalement irréel. Le rendez-vous avait failli avoir lieu déjà sur le précédent album. La même semaine, on m’envoie un ange dans les pattes, elle me trouve un appartement en cinq minutes. Sophie-Marie, je t’aime.

Avril 2015 : Je quitte ce qui fut mon foyer durant onze ans. Tu restes derrière. Et cette chanson de Charlotte Gainsbourg emporte mes larmes, lorsque je rends les clefs. Quand l’un reste et l’autre part. Merci pour tout. Nous savons toi et moi ce que nous fûmes l’un pour l’autre. Je sais que tu es là. Tu sais que je suis là.

Mai 2015 : un nuage gris de souffrance, de larmes, de faire semblant, de déceptions, d’appels qu’on aimerait recevoir, de gens fort sympathiques qui ne trouvent pas les mots pour m’apaiser (existent-ils seulement ?), d’amies qui sont là et trouvent les gestes, un tunnel de solitude, un seul être qui pourrait me comprendre et me prendre dans ses bras mais non, je ne peux plus l’appeler, lui.

Juin 2015 : j’ai 42 ans et je vois seul Paul Mc Cartney au Stade de France pour la cinquième fois de ma vie. Je suis assis à quelques mètres de la scène et, Dieu merci, j’ai pensé à prendre des bouchons d’oreille. Je rentre seul. Je me couche seul. Je me réveille seul.

Juillet 2015  : je quitte Canal + en un claquement de doigts et je rejoins Danone. Le vendredi après-midi, j’étais à la télé, le lundi matin, je suis au siège social d’un grand groupe Français présent dans le monde entier. Choc des cultures, apaisement, sensation de bien être, rapide, sensation d’être à ma place, le juste choix.

Août 2015 : je pars avec toi en Floride. Nous retrouvons des gestes, des paroles, des habitudes, nous ne sommes plus ce que nous étions mais nous mettons en place ce que nous serons l’un pour l’autre. Nous voyons le dernier Woody Allen dans notre cinéma habituel, quelque part entre les palmiers et le grand centre commercial, et Mission Impossible 5, que j’aime beaucoup.

Septembre 2015 : ma meilleure amie d’enfance a 40 ans. Cela va faire vingt ans pile que je suis entré à l’école d’infirmiers. Vingt ans. Tu as vogué, petit infirmier. Je signe un contrat d’édition pour un nouvel ouvrage qui sortira au printemps. Je manque te demander en mariage. On ne peut pas avoir l’appartement de ses rêves, le job de ses rêves et l’amour de sa vie, disait Carrie Bradshaw. Elle avait raison.

Et maintenant, que vais-je faire ?

About author

Related items

/ You may check this items as well

1382865

6 bonnes raisons de regarder la Nouvelle Star 2017

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_1527

Gigi, c’est toi, là-bas dans le noir ?

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Fichier_009(2)

Moi je veux mourir sur scène

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 13 comments

  • Pascale dit :

    Ça fait 2 ans que j’essaie de laisser un commentaire sur tes billets « anniversaires », peut-être que cette année, ça va fonctionner, qui sait…
    Comme les deux précédents, je vais te dire que ton blog a l’âge de mon fils, à quelques mois près, et qu’ils ont bien grandi tous les deux!!
    J’ai fait de belles découvertes blogguesques grâce à toi (j’aimerai avoir des nouvelles de certaines, Celinextenso par exemple), j’ai retrouvé dans les commentaires ma copine Karine (celle qui a reconnu la photo prise d’un immeuble de sa résidence et dont la voisine est devenue une amie), de belles découvertes musicales aussi (the year of a cat 🙂 ), et j’aime te suivre….
    Je vais donc continuer!
    A l’année prochaine, bises.

    • William dit :

      C’est énorme, cette histoire, quand même, je ne m’en suis jamais lassé…
      Rien que pour ça, je n’ai pas fait tous ces billets pour rien 🙂

  • Christian dit :

    Je t’ai découvert en 2005 et t’ai tellement apprécié que tu as été le sujet d’un de mes travaux d’étude, à l’uni… =-)

  • Karine dit :

    Merci Pascale pour la référence ;-).
    Merci R. pour faire partie désormais de mon « premier cercle » après avoir été une voisine quelques années…
    Et bien sûr, merci du fond du coeur, Will, pour ce jour fameux d’août 2007, la publication de la photo de R. et la mise en contact (et merci aussi pour tout ce que tu as écrit depuis 2006, moment où j’ai commencé à te lire…).
    Ton parcours depuis 20 ans est un exemple pour nombre de personnes.
    Je pense souvent à un principe que tu as souvent expliqué que je résumerais lapidairement par : « si les choses ne se font pas facilement, c’est qu’elles ne doivent pas se faire » et qu’il faut savoir ne pas les forcer…
    Bonne continuation (et du courage) pour les 20 prochaines années (et les suivantes…).

  • Karine dit :

    Ah et j’étais aussi assise le 11 juin 2015 à quelques mètres de la scène. J’avoue t’avoir cherché rapidement du regard dans le parterre, « au cas où » 🙂

  • Pmgirl dit :

    Joyeux anniversaire…
    Et dire que l’on s’est croisé (enfin je t’ai aperçu) dans le métro et sur la Tour Eiffel…
    Le temps passe vite…
    La semaine dernière je fêtais mes 6 ans de blog…

  • Mike dit :

    J’admire cette longévité bloquesque en plus de tout ce que tu fais dans la vie. Keep going !

  • MagAB dit :

    Bonjour
    Je suis si éloignée de toi!
    Je vis (pas toujours idylliquement) en ruralie profonde.
    Je suis mère hétéro de 3 enfants et je vis encore et toujours avec leur papa.
    J’enseigne et j’en saigne sans savoir faire autre chose.
    Je voyage peu.
    Et pourtant tout ce que je lis de toi depuis tant d’années me touche quasiment à tout les coups au plus proche de mon être.
    Comment ne pas être grandiloquente ou gênante, après ta prose si fluide, agréable à lire…tu es écrivain.
    Je n’ai pas encore lu tes livres. Je suis trop contente avoir encore à les lire, d’être dans cette attente.
    Je te souhaite un bon anniversaire.
    Magali

  • mily dit :

    11 ans de blog et 11 vies en une ..
    Tu as bien fait de rejoindre ce beau et gentil jeune homme à Paris, même si je savais alors que je te verrais bien moins encore. .tu as bien fait d ‘oser publier ces billets ,tu as bien fait d’oser croire en toi.. enfin! ..ce fût ,je pense, le début de toi même. .
    A présent épanoui, affirmé .. je suis vraiment heureuse de t ‘avoir retrouvé , tu m as grave manqué.., je t aimais comme tu étais , je t’aime comme tu es ..
    je sais que tu as les capacités à faire en sorte que les 11 prochaines années à base de « banco on vend la caravane  » se révèlent tout aussi « atypiques  » que les 11 précédentes. .crois en toi mon will 😉 ..des bisous

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *