Cinéma Musique Sexe Vie quotidienne Voyages
2017 c’est (presque) fini
22 décembre 2017
5

Comme chaque année, je me refais le recap de l’année qui vient de s’écouler, aidé de mon agenda perso, de mon agenda pro et de mon blog, aussi. Je vous conseille plutôt de me suivre sur Instagram pour avoir des nouvelles régulières.

Films vus et note sur 5***** (merci Wikipedia, à défaut d’avoir gardé les tickets ou noté les noms, j’ai pu aller regarder le box office…). 25, la plupart étant des blockbusters, la plupart m’ayant déçu. Film préféré cette année : Dunkerque juste devant La La Land et le documentaire l’Opéra. J’ai vu “Grave” en VFSTFR dans un cinéma de Baltimore où j’ai manqué me faire agresser en sortant tellement le quartier craignait, les personnages fumaient tous, partout, et les américains dans la salle pensaient qu’en France on pouvait fumer même dans les amphis et hallucinaient. 25 films, il serait plus sage de prendre une carte d’abonnement, non ? Mais j’ai tellement horreur de me sentir enchaîné.

Star Wars – The Last Jedi **

La Promesse de l’Aube *** (Charlotte Gainbourg y est exceptionnelle)

Ferdinand **

Coco ****

The Florida Project ***

Maria by Callas **

L’opéra ****

L’Amant Double *

Sage Femme *

Les gardiens de la galaxie 2 **

La planète des singes, Suprématie *

La La Land ****

Dunkerque *****

Thor Ragnarok *

Logan ***

Ca **

Wonder Woman **

Lion ***

Split **

La Momie *

Alien : Covenant **

Blade Runner 2049 ***

Get Out **

Moonlight ***

Grave *

Déplacements effectués entre le 1er janvier et le 20 décembre 2017 :

Concerts et spectacles dont je me souviens :

Bernard Lavilliers (Olympia) / Benjamin Biolay (Zénith) / Rolling Stones (Arena 92) / U2 (SDF) / Viktor Vincent (mentaliste) / Blanche Gardin (humoriste) / Singing in the rain / 42nd Street / …

Janvier 2017 :

Je visite un appartement et je décide de l’acheter dans la foulée, accompagné de Florence pour être bien sûr de ne pas me planter de trop non plus, même si je me sens porté par une force rare, une autoroute du Kiff comme dirait Blanche Gardin dont je ne peux que vous recommander l’écriture impeccable.

Je change d’équipe en janvier puis une seconde fois en juin. On me demande si je ne m’ennuie pas trop au boulot…Et bien…si…Parfois…

Après les vœux au travail, nous partons dans un restaurant de magie, au Double Fond, un de mes rêves, le spectacle de close-up est juste époustouflant.

Je pars quatre jours en Pologne, à Varsovie et Cracovie (détails et photos ici)

Je rencontre enfin un garçon que je rêvais de voir en vrai depuis des lustres et il a la grippe ce jour-là. Dommage. On fait livrer dans ma chambre d’hôtel de la nourriture bio et c’est une des plus grandes hontes de ma vie (je ne peux pas vous donner les détails, pardon…)

Février 2017: 

Je pars à Pau pour le week-end puis à Prague (quatre jours de nouveau) que je n’aime pas vraiment, trop touristique, par contre je kiffe toujours autant de prendre un train pour aller visiter la campagne…Détails et photos ici. Je rencontre Renault, le Club Med et la SNCF dans le cadre d’un petit-déjeuner Workplace chez un concessionnaire, cette phrase est improbable et je suis censé aller voir les Pet Shop Boys à l’Olympia mais le concert est repoussé puis finalement annulé pour une histoire de législation sur les lasers !

Je me pose des questions sur ma masculinité, sinon.

Mars 2017 : 

Début du mois, week-end au Ski 5 étoiles dans un chalet privé au cœur des Alpes. Pas trop mon truc la neige mais nous mangeons si bien…et l’ambiance est top. Ah, je ne vous ai pas dit, c’est le boulot qui m’invite ! Je sais, j’ai de la chance, je sais…

Je vois ENFIN Mercotte en vrai, nous qui nous connaissons virtuellement depuis presque quinze ans…et qui nous nous apprécions sans même nous être jamais réellement parlés ! Joies du web.

 

En mars, je pars à Montréal / New York pour le boulot avec la chance de pouvoir grappiller de précieux jours en plus sur place, je raconte ça ici pour le Québec et là pour New York. Il fait un froid POLAIRE et j’arrive au Canada pile au moment de la plus grosse tempête vue sur place depuis des dizaines d’années…Du coup, j’ai une vision très particulière de Montréal qui ne reflète pas forcément ce qu’est la ville. Je découvre des lieux déserts, recouverts par des tonnes de neige. Je manque me perdre – et pas qu’un peu – dans un parc qui domine la ville et je suis très ému en faisant le tour du Stade Olympique, si iconique. 


Comme une QUICHE, j’oublie mon permis de conduire sur la commode de l’entrée et je me retrouve face à un dilemme à New York, car j’avais prévu de partir dix jours au Texas en vacances, en auto-trip. Que faire ? Annuler ? Le faire mais en train ? Revenir en Europe et partir en Grèce que je ne connais pas ? Décider de profiter du fait que je suis là pour changer d’itinéraire et découvrir toute la Côte Est que je ne connais pas non plus ? Banco, en quelques minutes, je me décide et annule mon billet d’avion New York / Houston et j’achète un billet de train pour Washington, que je vais ADORER.

Le compte rendu ici > Washington jour 1 jour 2 jour 3 puis Baltimore (ouch) puis Philadelphie (cool) puis Boston et encore Boston (le Freedom Trail, quel pied !) et de nouveau Boston (super cool) MAIS DIEU QUE J’AI EU FROID !

 

Avril 2017 : 

Douche froide au retour, j’apprends que je dois changer d’équipe ASAP. Je suis un peu sidéré l’espace de quelques jours mais comme d’habitude, professionnellement, j’ai vraiment un ange gardien au-dessus de mon épaule qui gère et qui me trouve en claquant des doigts une solution séduisante et pile dans mes cordes. Je changerai donc d’équipe début juin, dans la fluidité.

Je vais voir un spectacle de magie (bis) d’un garçon avec qui je sors et qui ne me laisse pas le temps de tomber amoureux de lui (ça monte, ça monte) qu’il me largue déjà. Dommage.

Le mois me pompe toute mon énergie, je me retrouve par terre après mes vacances, plus rien dans la tête, plus rien dans l’âme, je suis totalement à côté de mes pompes. Pas de bons souvenirs, vraiment.

Mai 2017 :

Je n’ai pas de souvenir particulier de mai, j’ai du profiter des ponts à mort pour dormir et des autres pour passer du courtier au notaire au vendeur au courtier au notaire aux artisans à la décoratrice d’intérieur aux artisans au notaire à la banque au courtier à la banque AAAAAAAAARGH. Préparer le déménagement, croiser les doigts pour que tout le monde finisse son job à temps et découvrir que l’électricien est tombé malade (soi-disant…) donc le plancher peut pas être posé donc la peinture peut pas être faite donc les meubles peuvent pas être livrés. Je tremble un jour sur deux en me disant que je suis foutu puis je prends sur moi un jour sur deux en me disant que je ne peux rien y faire. Au final, tout est bien qui finit bien : je vais pouvoir emménager le jour J et tout est (presque) fini !

Juin 2017 :

Je vois Fary à l’Olympia, je fais des AR à Bruxelles, je fête mes 44 ans, je comprends que je n’aime pas les bandes de potes mais que je préfère les amis (la fin d’années passées à culpabiliser...), je vois ma première (et unique, à ce jour) aura, je m’énerve contre une idiote impolie à la caisse et je me prends une bonne leçon au passage, et je me rends compte que comme je ne note plus ni mes concerts, ni mes spectacles dans mes agendas, je n’ai plus aucun souvenir des artistes que je suis allé applaudir sur scène en fin d’année ni même des films vus. Argh.

Juillet 2017 : 

Je suis à Bruxelles dans un super hôtel, au tout début du mois puis à Brest pour quatre jours, principalement sous une pluie diluvienne mais pas uniquement !

J’inaugure alors une série de week-ends de quatre jours, micro sauts de puces pour fragmenter mes vacances, en Bretagne, à Londres ou dans le Sud-Ouest. Juillet, ce sont des semaines courtes pour profiter des terrasses…et évidemment il va pleuvoir pas mal un peu partout. Je déménage le 1er juillet et suis trop crevé pour Depeche Mode au SDF le soir-même, un mal pour un bien il paraît, tant le concert est décevant. Je passe juillet entre les cartons, les pièces vides, les derniers bouts de peinture à finir et je suis carrément à l’ouest. Pas mal de vélo électrique les soirs, les week-ends, les matins même pour aller bosser ! Je vois U2 au SDF avec Jean pour la mythique tournée “Joshua Tree”, un concert qui m’émeut beaucoup et me fait même comprendre un truc sur moi, dis. Je vous révèle également mon obsession secrète pour le patinage.

Août 2017 : 

VACANCES J’OUBLIE TOUT. Je devais faire Budapest / Vienne / Bratislava puis Copenhague mais j’annule le Danemark car il pleut des cordes…par contre, en Europe de l’Est c’est la canicule totale, le seul endroit d’Europe où il fera beau et très très chaud dix jours d’affilée ! Bonne pioche, je raconte l’autotour du Danube ici. Énormément apprécié la Hongrie, l’Autriche, que de belles choses vues en dix jours. Je fête évidemment mes treize ans de blog dans la foulée, toujours aussi étonné d’avoir ENCORE des choses à dire et je finis par tomber amoureux à Londres fin août le temps d’un week-end hallucinant de quatre jours. L’ivresse durera deux mois.

Septembre 2017

Dis donc, en septembre, j’étais inspiré ! J’arrive à déterminer dix choses qui me rendent heureux, je raconte une nuit auprès de travailleurs du sexe, je dis merci merci merci merci et je comprends que je ne peux lutter contre la mémoire des murs, au prix d’un week-end atroce à m’étouffer dans la maison parentale. Mon analyste décide que je suis bon pour voler de mes propres ailes et je suis carrément d’accord avec elle. Dans la foulée, je décrète que je ne veux plus jamais aller voir de soignants / énergéticiens / etc. de ma vie. C’est bon, ça va, je gère. Je ne renie rien, la route était longue vers l’apaisement mais j’ai désormais les clefs de ma stabilité, j’ai identifié les facteurs de stress et de mal-être et surtout j’ai pris la confiance ^^  (j’adore cette expression !)

Octobre 2017 :

Je pars à Moscou quelques jours (je le raconte ici, ce très beau voyage) et j’écris comme si ma vie en dépendait sur ce blog, sur tous les sujets : comment j’aimerais mourir, sur le temps qui passe, sur 500 nuits dans mon lit ou comment j’ai monitoré mon sommeil depuis presque deux ans pour comprendre comment je dormais, et enfin sur le bruxisme dont je souffre et qui me fait manger en permanence en journée. Je manque crever d’une intoxication alimentaire à mon retour de Moscou, le voyage en avion est un cauchemar. Je vois enfin, finalement, les Stones sur scène et je suis bluffé par la voix, l’énergie et les ondes qui se dégagent de Mick Jagger.

Novembre 2017 :

Je repars à Londres mais je ne le croise pas, volontairement, j’aurai pu mais non. Il n’est pas prêt. Il reviendra s’il le souhaite. Je pars à Evian, aussi, quelques jours, toujours pour le boulot, dans un chambre de palace avec vue sur le lac, je ne m’en lasse pas (et oui, je savoure ma chance) :

Je suis totalement à plat en cette fin d’année et comme à chaque fois, sans la moindre intelligence ni sans même sembler avoir appris de mes erreurs, je me gave de junk food pour faire passer le gris du ciel et la pluie qui tombe pas mal alors que je devrais plutôt m’alléger…et arrive ce qui doit arriver, je tombe encore malade, totalement bouché des intestins pour la troisième fois en une année. Mon corps ne digère plus n’importe quoi aussi bien qu’avant et notamment la viande, que j’avais pourtant sacrément limitée, pour plein de raisons. Moins j’en mange et mieux je me porte. J’en suis presque au dégoût, désormais. Mon organisme n’en veut plus.

Décembre 2017 : 

Je trouve enfin la dentiste de mes rêves qui me soigne sans douleur ni angoisse au Meopa, je commence à travailler sur (les touts débuts d’) une série TV, je vois un film magnifique sur la violence conjugale (Jusqu’à la garde) et je suis regardé avec tendresse par un garçon, ça faisait longtemps. Je termine un cycle de 30 mois et en entame un nouveau que je veux SOUS LE SOLEIL pour commencer. Je décide de partir en janvier 2018 en Guadeloupe pour les vacances. J’ai besoin de rêver, je ne rêve plus, là. J’écris ses mots le 15 décembre 2017 à 11H16, je suis assis à gauche de la fenêtre qui donne sur le boulevard Haussmann, derrière moi Andrew parle à Nathalie, devant moi Linda est penchée sur son ordi, je vais aller manger tôt car je dois faire passer un entretien d’embauche à 13h à une jeune femme, j’ai encore 5 épisodes de The Crown 2 à regarder et je me suis ennuyé ferme devant Star Wars hier soir, alors que j’avais adoré Rogue One, même si on peut désormais réserver SA place au cinéma, ce qui change tout, non ?

No filter

311460 lectures pour cet article. Merci pour votre fidélité.

About author

Related items

/ You may check this items as well

IMG_3186

Goethe, la CIPAV et moi.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Grande muraille de Chine, mai 2009

This is the end

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Capture d’écran 2018-05-31 à 20.30.07

La troisième année.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 5 comments

  • Myster.i dit :

    Une intense rétrospective et de très belles perspectives… J’ai l’impression que 2018 s’annonce bien ?

  • yotsuya dit :

    On a hâte de connaître la suite… ça commence pas mal, je trouve ?

  • sebseb dit :

    Bonjour William,
    tu as un souci avec les ‘Ces’ et ‘Ses’ semble t il. Sinon quelle année dis donc 😉
    A bientot et surtout bonnes vacances en Guadeloupe

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *