Télévision Vie quotidienne
50 différents niveaux de fatigue
24 novembre 2012
3

Je connaissais la fatigue physique (j’avais mal au dos ou aux jambes, après une journée d’infirmier debout), j’ai découvert la fatigue intellectuelle (l’attention portée à la personne qu’on interviewe, l’empathie, la réflexion pour pousser plus loin une interview) et j’expérimente depuis lundi la fatigue émotionnelle : quand la pression d’un évènement filmé est annoncée, quand il faut s’y préparer, quand on répète pour en être, quand on attend son tour pour entrer en scène et quand, enfin, on en sort. Le contre-coup, ensuite, d’avoir porté sa concentration sur quelques minutes. C’est nouveau pour moi. Epuisé 🙂

Je suis en train de lire l’autobio de Keith Richards et c’est formidablement bien écrit. Je ne pense pas qu’il puisse avoir tous les talents (et un second nom est annoncé sur la couverture) mais ça reste quand même vraiment, vraiment plaisant à lire. J’avais dévoré celle de Paul McCartney par Barry Mile (Many years from now) dont on sent à chaque page tout ce qui est sous contrôle, chez cet homme, tout ce qu’il oriente, déforme ou re-écrit. Le contraste d’un livre à l’autre, d’un monstre du rock à un autre, est saisissant. Les deux sont à lire, bien sûr.

 

 

J’ai une envie de soleil et de chaleur, là, tout de suite.

On ne s’en rend compte qu’en vieillissant, je les comprends, tous ces vieux qui habitent à Miami pour la retraite. Le soleil, c’est la vie.

Un nouveau livre en librairie pour mai 2013. Il n’y aura pas mon nom sur la couverture mais un pseudo, pour des raisons que je vous expliquerai plus tard. Mais j’en parlerai quand même 🙂

Bon, je vais digérer ma semaine et je reviens.

 

1764 lectures pour cet article. Merci pour votre fidélité.

About author

Related items

/ You may check this items as well

rob-potter-364323-unsplash

T’as le look, coco.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
The House

Mon pays aussi, c’est l’Amour

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
le cosmonaute

Un matin comme tous les autres, un nouveau pari

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 3 comments

  • Fred50 dit :

    la fatigue émotionnelle, je ne m’y suis jamais fait. Elle me tombe dessus le surlendemain de l’événement stressant, me vide littéralement et, comme si ça ne suffisait pas, me sape le moral même quand l’événement a été un succès. Je n’ai jamais compris pourquoi…

    • ariohlala dit :

      Cette fatigue arrive effectivement après un dépassement de soi. Imagine l’état de Keith Richards après une tournée mondiale..
      D’ailleurs cette bio (qui m’a été offerte par ma maman qui a l’âge de Keith et qui a grandi non loin de chez lui), on la dévore comme les “bangers & smash” dont Keith livre la fameuse recette ! Il me semble qu’il précise des les premières pages qu’il est écrit par quelqu’un d’autre (ce qui est louable…) mais le ton et les expressions employées ressemblent tellement à l’image que l’on se fait de ce vieux rocker baroudeur, c’est fabuleux !
      Enjoy ! (C’est dur de lire une autre bio après celle là mais je veux bien tenter celle de McCartney…)

  • SOPHIE29 dit :

    Je suis également en ce moment dans la biographie de keith RICHARDS, livre que je lis avec grand plaisir.
    Je crois que je cumule plusieurs fatigues en ce moment (physique avec la course à pied, émotionnelle avec la perte d’un être cher et intellectuelle avec le travail)… La fatigue physique liée au sport me permet cependant de tenir. Vivement le soleil pour se recharger en vitamine. En bretagne il se fait rare. Bonne soirée

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *