Vie quotidienne
Anus & Souvenirs “Docteur, aidez-moi, j’ai un truc dans le…dans le…” (Compilation)
27 août 2012
18

Oh, oui, ça nous est tous arrivé, en service, de voir mentir des gens sur l’origine de leur petite maladie. Il y a ceux qui ne fument que deux cigarettes par jour (90% des fumeurs mentent quand on leur demande leur consommation réelle) et qui toussent comme des dératés, ceux qui devraient être en régime diabétique et n’ont pas touché UN SEUL BONBON DEPUIS NOEL SUR LA TETE DE MA FILLE (avec 4gr de glycémie dans le sang, c’est probablement un défaut de conception du lecteur qui sort pourtant de l’usine….) et puis ces gens qui ont une anguille dans l’anus, totalement par hasard, quoi.

Une anguille dans l’anus.

Généralement, l’histoire est à peu près toujours la même (il existe des variantes, hein, mais c’est souvent la même trame).
Monsieur arrive, fort gêné, aux urgences, accompagné par Madame, fort contrite (c’est SA FAUTE). Couple bourgeois, la quarantaine bien tassée.
L’infirmier (c’est vous) constitue le dossier :
– Alors nom, prénom, âge, adresse.
– C’est obligatoire ?
– Oui.
– C’est à dire que je ne viens pas pour une maladie mais un accident.
– Un accident ? Un accident de travail ? Un accident domestique ? Un accident de trajet ? Un accident…?
(Je suis aussi aimable que Sigourney Weaver quand on lui dit qu’elle doit revenir sur la planète des xynomorphes avec des Marines US, au réveil, sans café, pour vous situer, parce que j’ai 14 patients à trier et un devant moi qui ne sait pas si c’est sur place ou à emporter commence déjà à ne pas répondre)
– Quel genre d’accident, alors ?
– Ben c’est la faute de ma femme.
– Ah.
– Elle range trop bien.
La femme hoche la tête, très très vite :
– Oui, docteur.
– Infirmier.
Le monsieur reprend :
– Elle range trop bien, elle nettoie tout, tout le temps, oh elle est chiante. Hein que tu es chiante ?
La femme hoche la tête, encore plus vite :
– Oui, docteur.
– Infirmier.
Le monsieur hache ses mots et je dois tendre l’oreille :
– Là je voulais regarder le tennis, c’est Rolland-Garos et je me dis “Tiens je vais regarder le tennis puisque c’est Rolland-Garos”, vous voyez ?
– Oui oui moi voir très bien mais moi aimerais vous aller droit au but sinon moi changer de chaine rapidement.
– Bon bon oui oui oui et il faisait très chaud, cet après-midi, vous vous souvenez ?
Je fronce les sourcils :
– Ouiiiiiii. Et ?
– Et alors comme ma femme avait ouvert les fenêtres le matin, oh elle est bête celle-là, elle pense à rien, hein que tu es bête ?
La femme hoche la tête, vite :
– Oui, Docteur, je suis bête.
– Infirmier.
Le type, tout rouge, reprend :
– Et alors elle avait laissé ouvert alors il faisait super chaud, mais super super chaud alors moi forcément, j’étais nu, mais tout nu, vous voyez ?
– Tout nu ?
– Oui, tout nu, pas de short, nu. Tout nu.
– Ouiiiiiiii. Et ?
– Et ben alors je suis allé me prendre une bière bien fraiche au frigo, oh si vous saviez quand il fait chaud, doc…euh infirmier, comment une bonne bière ça vous fait du…
– Moi commencer à lasser, moi le doigt sur la télécommande.
– AH ! AH ! AH ben justement !!! Ma femme, elle range tout, mais elle en fait des tonnes, oh là là, des tonnes. Je te jure, toi, oh toi !! Tu es chiante, hein.
La femme baisse la tête :
– Oui, je suis chiante, docteur.
– Infirmier. ET ?
– Et alors elle l’avait rangée sur le canapé pour que je la trouve facilement, vous voyez. Un peu comme dressée vers le ciel, vous voyez ? Elle l’avait mise entre deux coussins bien droite comme ça moi je pouvais pas la rater, vous voyez ?
– Je vois surtout que j’aimerais arriver à l’accident.
– Oui, oui, oui, ah oui, ah mais oui. Et comme en fait la cuisine est à côté de la télé et que j’ai allumé la télé à la main, ma bière dans l’autre, alors en fait je regardais l’écran parce qu’en fait Djokovic menait 4/0 vous voyez et c’était une balle importante alors j’étais fasciné par l’écran mais pas par le reste alors en regardant l’écran je me suis reculé et je me suis reculé trop vite et j’ai pas fait attention à la télécommande et voilà, quoi.
La femme :
– Voilà, quoi.
Lui :
– Voilà, quoi.
Moi :
– Voilà, QUOI ?
Lui :
– Ben je me suis assis un peu vite sur le canapé et… elle est dedans.
Moi (Lumière dans crâne)
– Ah. AAAAH. Ah. Huuum huumm. Vous avez dû la sentir passer, quand même, non ? Pour qu’elle rentre en entier ?
Lui, débitant son excuse 10% trop vite pour ne pas l’avoir répétée mille fois avant de venir :
– Mais c’est sa faute à ELLE ! ELLE NETTOIE TOUT, TOUT LE TEMPS ! Elle l’avait lustrée, avant, alors forcément elle glissait de trop, la télécommande.
La femme :
– Oui, je nettoie tout, tout le temps, docteur.
– Infirmier. Oui. Oui. J’ai le même problème, rassurez-vous. Ça m’arrive tout le temps, aussi.
L’homme, plein d’espoir :
– De glisser sur une télécommande ?
– Non, non. De trop nettoyer tout.
Les deux :
– Oh oui, oh oui, on comprend, on peut vite tomber dans l’excès, après, oh oui oh oui.
Moi :
– Bon, on résume : introduction de télécommande dans l’anus suite à accident domestique. Ok. On va faire le nécessaire. Rien d’autre à ajouter ?
– C’est une Philips.
– Oh je doute que la marque va intéresser le chirurgien.
– Oh, pardon.
– C’est pas grave. Autre chose à ajouter ?
La femme, gênée :
– Ben dis lui. Dis lui, au docteur…
Lui :
– Oui…Oui…C’est à dire…J’ai aussi…Enfin…je crois…J’ai aussi…Euh…En glissant, je crois…Enfin je pense…
– Oui ? Écoutez, chantez-le si vous n’arrivez pas à le dire, hein, comme dans le film, allez allez RAUS Monsieur Granianski, j’ai des kilos de fax à traduire…
– J’ai dû glisser sur un préservatif en même temps, je pense.
– Ah. Ben dites donc. Sacrée glissade…Sacrée, sacrée glissade. Et il est à part ?
– Non, non, il est…il est euh…Sur le…Sur la télécommande, quoi.
Moi, hésitant franchement entre un long soupir et un court moment d’éclaircie dans toute cette épuisante conversation et finissant par opter pour un entre-deux nommé ironie :
– Et ben, vous, au moins vous êtes safe. C’est la meilleure nouvelle de la journée. Félicitations. Bravo. C’est bien, d’opter pour une vie sex…euh…pour plus de sécurité dans tous vos…euh…Bon, là, je cale (moment de doute, réflexion, cherchage lointain, revenage avec idée de secours)….C’est bien d’opter pour plus de sécurité dans tous vos déplacements rapides, voilà. Voilà. Bravo.

Le couple, ravi, hoche la tête, restant sur ce dernier mot positif :
– Ah, merci, merci.
– De rien. Installez-vous.

La femme, soudain soucieuse :
– Vous pensez qu’on va nous rendre la télécommande, tout de même ? Elle est très pratique.

Et sinon : une carotte, une bombe de mousse à raser (avec 30% en plus), un taille crayons, une paire de ciseaux emballée dans un sac poubelle, un gros tournevis emballé dans un sac Auchan, un bras de nounours arraché (le rêve, non) et, tout de même, enfin, un godemiché classique, un peu trop petit pour un site si accueillant.

Bon appétit, bonne journée.

About author

Related items

/ You may check this items as well

Capture d’écran 2018-01-04 à 17.28.06

C’est une belle journée, je vais me coucher.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_0103

2017 c’est (presque) fini

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Fichier_002

Les jours & les mois

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 18 comments

  • Lalinea dit :

    Très drôle !
    Le préservatif c’est bien, mais pourquoi laisser les piles ?!??

  • Joan dit :

    Enorme!!!! Drôle pour nous, agaçant pour vous en pleine journée de travail!

  • renaud dit :

    une de mes copines jeune infirmiere aux urgences, avait recu en cadeau d’anniversaire (sic), la compil des radios gorissimes de tout ce qu’on peut s’enfiler dans le rectum… Le plus… je cherche mes mots… interressant on va dire, c’est un jeune mec, qui s’etait enfilé une bouteille de perlforth… je sais pas si vous voyez comment est foutu une bouteille de perlforth, mas ça force… le respect… bien entendu c’etait pas de sa faute, c’est ses potes qui lui avait fait une blague au bord de la piscine, il a glissé et bim…
    une bcbg, avait elle un poisson. très facilement rentré, mais beaucoup plus difficile a sortir. et oui on pense pas toujours que les ecailles dans un sens c’est lisses, et dans l’autre ça pique… ben du coup elle l’avait laissé… la minette etait proche de la septicemie.

  • pskl dit :

    Ton billet me rappelle un dessin de Reiser intitulé les urgences un dimanche soir et qui voyait défiler des individus avec les choses les plus incongrues dans le rectum ça allait de la baguette de pain au crocodile…
    Merci

  • vinsh dit :

    Ce n’est donc pas une légende urbaine, cette rumeur qui dit qu’en fait, c’est super courant ?…

  • kangourourou dit :

    Mouahahahaha ! J’en rigole encore.

    D’ailleurs tu vas jamais le croire, mais j’ai tellement rien que j’ai glissé et ma bouteille de Cristalline (1,5 L) était posée à côté et…

  • CarnetsdeSeattle dit :

    – Infirmier. Oui. Oui. J’ai le même problème, rassurez-vous. Ça m’arrive tout le temps, aussi.
    L’homme, plein d’espoir :
    – De glisser sur une télécommande ?
    – Non, non. De trop nettoyer tout.

    Enorme.

  • Karen dit :

    Pour ma part, j’ai pu apprécier la tour Eiffel sous la neige (les boules avec la neige quand on les retourne), une boule de rampe d’escalier (en bas de la rampe dans le hall de l’immeuble) que les pompiers ont du scier, une ampoule torsadée, des bouteilles de bières, et de quoi faire une ratatouille! Alors un conseil…pour les pénétrations ou le fist, anal ou vaginal…on garde toujours de quoi récupérer a l’extérieur, ou on met une butée!! Ca évite d’avoir l’air bête avec des explications hasardeuses…Mais ça nous rendrait nos gardes tellement moins drôles…

  • Laurent dit :

    Le “- Oui, je suis chiante, docteur.” m’a fait rire ^^

  • karine b; dit :

    mazette…

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *