Vie quotidienne
Attention, ça va toujours loin…
20 avril 2020
13

Je vous préviens d’entrée de jeu, je suis en colère, j’écris ce soir pour poser ce que j’ai sur le coeur et peut-être que ça n’aura aucun intérêt, comme le reste, mais je me suis dit que l’écriture était le meilleur des exutoires et en tout cas, pour le moment, le seul que je puisse entreprendre sans m’abîmer les genoux et les chevilles à courir sur du béton.

Je suis en colère d’être confiné pour encore trois semaines et d’entendre partout des experts me dire qu’on aurait du, qu’on aurait pas du, que les Allemands sont meilleurs et les Italiens moins bons, que la côte de confiance dans le gouvernement est basse et la colère du peuple toujours élevée (le seul pays d’Europe où c’est le cas…) et de voir défiler les mêmes rengaines dans les journaux, les émissions de radio, les JT, de ne plus lire partout qu’un seul et unique sujet, qui ne m’intéresse pas, qui me saoule, qui me donne envie d’aller dehors le choper et qu’on n’en parle plus, que j’y passe ou pas, je suis passé de l’effroi à l’angoisse à la neutralité à la colère, par toute la palette des émotions, depuis le 13 mars, mais là j’en ai ras-le-bol. Je ne sais pas si je suis immunisé, je ne sais pas si je vais mourir de ça ou d’autre chose mais parlez-moi plutôt du reste, de tout ce qui va, des 67 millions qui tâchent de tenir debout ou de ces 75.000 morts du tabac par an en France, par exemple qui n’émeuvent pas grand monde. En voilà un gros chiffre bien effrayant, non ? Je n’en peux plus, je tourne en rond, je m’ennuie atrocement, je n’ai pas envie de finir l’écriture de mon roman et ça aussi, ça me met en colère.

Je dévore Ozark, probablement trop vite, mais la série est si puissante que je ne peux ralentir ma consommation. Une addiction de plus.

Je me fais des voyages imaginaires sur Google Maps que je n’entreprendrai sûrement jamais, je rêve de découvrir Detroit et Chicago en voiture, à la faveur de l’automne, peut-être, mais Dieu seul sait où je serai en septembre et ce que je ferai.

Je suis en colère, dans le fond, une fois de plus, contre moi, principalement. Pas assez d’amour-propre. Je voudrais qu’on m’aime mais je devrais plutôt demander du respect, l’amour c’est à moi de me le donner et le respect, c’est à moi de le susciter par mes actions et mes convictions. On ne cesse de me dire que je devrais être plus doux avec moi, plus tendre avec moi, plus indulgent avec moi mais non : quand j’ai peur de cuisiner, de me mettre nu dans un bordel, de lever la main pour me porter volontaire ou de dire oui à ce patron du CAC qui a besoin d’un coach, c’est toujours parce que je me dis dans le fond : ça ne sera jamais bien, ça ne sera jamais assez bien, tu n’as pas le niveau, tu n’es pas assez doué de tes mains, ni assez intelligent, ni assez cultivé, ni assez diplômé. Alors je me rue sur la colère et pour la faire taire, sur une addiction.

L’addiction creuse ma tombe, chaque geste de tendresse que je ne me donne pas avance la date de mon décès d’une journée.

C’est tout, c’est posé, c’est là.

Aujourd’hui, ça fait 19 mois que nous sommes ensemble. Si je ne m’aime pas assez, je suis assez fier de dire que lui, je l’aime de tout mon être, de tout mon coeur. C’est le premier avec qui je dors, sans peur, sans méfiance. Je n’avais jamais partagé le lit de personne.

Il me fait rire, il me fait oublier que je suis en colère. Pardonnez-moi, j’attends mon jogging de demain matin avec impatience, là au moins j’aurai besoin de hargne pour autre chose que du vent sur un clavier. Si je pouvais mettre autant d’énergie à courir que j’en mets à me détester, j’irai à Boston par la route, putain.

About author

Bienvenue Logo Parent (de) Zèbre

Parents de Zèbres : mon nouveau bébé..

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
La mer

Une rentrée de plus

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Ars-en-Ré

Enjoy the silence

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 13 comments

  • Nat Gt dit :

    Je t’embrasse fort. Et bien sûr je comprends tellement….

  • Mag64 dit :

    Ta gueule Guy !
    William je t embrasse

  • Cecile dit :

    La colère doit nous servir, a changer les choses.
    La garder, l’alimenter, ne sert a rien.
    J’ai entamé un long voyage pour larguer la mienne. Et les addictions.
    L’étape du moment, cest le livre Mind Change et une coach formée a la méthode qui, après un bon travail de base seule, me donne en 2 séances les clés pour continuer seule.
    A tester peut-être

  • La lilloise dit :

    Bonjour William

    (Quand j’écris Bonjour sur mon tel, l’appli me propose automatiquement William… cela reflète bien ma solitude non ? Mais bref ce n’est pas le sujet. Juste une constatation qui nourrit mes propres réflexions de ces derniers jours. Je pose.)

    Se foutre la paix, c’est pas mal comme programme ?

    A demain ?

    La lilloise

  • Leyleydu95 dit :

    Ça me parle tellement cette phrase: »ça ne sera jamais bien, ça ne sera jamais assez bien, tu n’as pas le niveau, tu n’es pas assez doué (…) Alors je me rue sur la colère… »
    Je me répète ces phrases comme un mantra depuis 46 ans et,heureusement,je suis entourée de gens bienveillants qui me rappellent que je « vaux le coup »…ça ne me nourrit pas longtemps car,comme me le dit ma thérapeute,il faudrait que j y croie et que je m en persuade mais rien à faire!…Après la colère,c est souvent la honte qui m accompagne…celle de ne pas avoir atteint mon niveau d exigence inatteignable!
    Et pourtant,il y un homme sur cette terre qui m aime et m accepte telle que je suis depuis 47 mois aujourd’hui !…et là mon cerveau me rattrape et me dit « il t aime parce qu’ il ne vit pas avec toi,qu’ il ne t a pas vu depuis le 18 mars,que c est un pauvre mec qui n a pas trouvé d autre nana sur terre…et bla bla bla…!!!
    Et bien tu sais,il a trouvé la phrase magique qui m appaise quand je pars dans mes délires;il dit ou il m écrit « tout ira bien ma chérie,je t aime » et moi,comme Patricia Kaas, »pauvre de moi j y crois »….
    Allez,je vais me coucher,je me fatigue moi même !
    Bonne nuit William!

  • Sandrine de Versailles dit :

    Mon unique réaction: je pleure, des larmes chaudes. Je compatis, je partage. Sors de mon corps, de mon esprit William.
    Sans prétention aucune, je suis comme toi avec des seins en plus (et bien sûr toutes les autres différences évidentes).

  • Muriel dit :

    Et reconsidérer la question d’un confinement à deux avec l’amoureux? Non? Parce qu’on voit la vie autrement après un gros câlin… Vraiment.

  • estèf dit :

    Joli rappel sur cette chanson que je n’avais entendue depuis des siècles !
    Laisse couler le flot de ta colère, laisse là s’échapper tranquillement.
    Bonne journée Will l’écarlate

  • Chantal dit :

    J’ai lu et je souhaite faire un signe de soutien et vous encourager à (tenter au moins) de devenir votre meilleur ami, celui qu’on écoute, comprend, console, conseille, soutient, à qui on pardonne parce qu’on ne se pose pas de question.
    Bonne journée.

  • fred dit :

    Moi aussi, j’en ai marre. je ne sais pas si je suis en colère, j’ai pas assez de sang-chaud pour ca, trop de sang froid, je me suis « carapacé ». Mais j’en ai marre d’être coincé chez moi (même si heureusement à deux! – elle a raison, Muriel, ca vaut le coup un calin quand même avec l’amoureux, non?-), j’ai envie de sortir, d’être en contact (j’ai toujours détesté ce mot « sans contact » pour les cartes bleues! non, moi, j’en veux du contact!
    JE m’en sors par la rigolade. Mieux vaut en rire… Tu parles des victimes du tabac? ce matin, on nous apprends que le nouveau remède au Covid serait la nicotine ? peut-etre finalement.Peut-etre pas. MAis ca montre qu’on ne sait rien de certain sur ce virus. Du coup, j’écoute france inter le matin 30 min (et je termine par les belles lettres lues par Augustin Trapenard, ca me requinque), et le soir le Petit quotidien: rien que de voir leus tetes, ca me fait plaisir, même si c’est souvent inégal.
    Bon jogging

  • Marie dit :

    Ta remarque sur le sommeil et le fait de partager le lit de quelqu’un fait mouche… J’ai toujours mal dormi avec mes amoureux, je m’étais fait une raison, c’est comme ça, je n’aime pas partager mon lit.
    Et puis. La première nuit avec mon amoureux actuel, je l’avais prévenu : je dors toujours mal quand je suis accompagnée. Lui avait éclaté de rire, m’a dit « On verra ». Et effectivement, on a vu : avec lui, je dors. Profondément, d’un sommeil apaisé, et je me souviens de mes rêves au réveil. Je peux enfin me reposer. Incroyable et précieux, non ?

  • Marc dit :

    Ton texte me touche énormément.
    Ça fait des années que j’en ai plus qu’assez. Depuis que je suis adulte je crois. Je ne sais même plus qu’est ce que l’amour-propre. Si, de loin en loin, une petite bouffée bien vite oubliée. En revanche, je ne suis pas en colère, je me suis habitué.
    J’ai beau y travailler, je me sens toujours dans la position de l’imposteur, pas à ma place et bientôt découvert, incapable de faire ce qui est attendu avec le niveau d’excellence attendu. Pas assez doué, pas assez intelligent, trop con en somme. Je peux passer tous les diplômes que je veux, le syndrome reste ; aucun diplôme n’est assez beau.
    Et quand par hasard j’y arrive, je réussis quelque chose et c’est reconnu par mes pairs ou amis, c’est parce que tout le monde peut y arriver… C’était facile – et mes proches ne le voient pas !
    Il faudrait que j’arrive à m’y résigner. À me blinder encore un peu, à me détacher.
    Cela m’a fait du bien de te lire – assez bizarrement finalement – et de partager.
    Bon courage

  • Répondre à Nat Gt Annuler la réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *