Vie quotidienne
« C’est passé à ça de ma mère ! »
31 mars 2020
37

Hier, dans la rue, je sors pour la première fois depuis samedi matin, pour aller acheter de quoi grossir un peu chez Picard (ils ont une thématique USA en ce moment, j’y vais pas pour m’offrir des haricots verts, hein, je suis comme tout le monde, en ce moment je tiens grâce au gras, à vous et à la presse en ligne) et ma mère m’envoie des SMS pour me demander comment ça va, je réponds bien bien et puis elle me dit « sois prudent » et je dis « oui bien sûr » tout en marchant et là, une seconde après, j’entends une énorme « explosion » derrière moi et je sens du verre projeté partout autour de moi. Je me retourne : là où j’étais deux mètres plus tôt, une énorme enseigne de verre d’une centaine de kilos git sur le trottoir, éclatée, tombée du premier étage.

Voilà, voilà. #RESTEZCHEZVOUS

(Moi qui suis très Karma et synchronicités, je vous laisse le soin de me dire ce que vous en pensez et surtout comment vous aurez trouvé ma mort, stylée ou pas, tué par une enseigne Foot Max en pleine épidémie de Covid19)

J’en ai eu le coeur battant pendant deux heures, je ne comprends pas très bien le sens de tout ça, j’ai clairement un ange gardien, non ?

« Tombé du ciel, à travers les nuages, quel heureux présage »

J’ai évidemment acheté le double de gras chez Picard et je suis rentré, tremblant comme une feuille, en me disant que celle-là, on me l’avait jamais faite, quand même !

BREF.

J’ai demandé sur mon instagram (vous pouvez me suivre ici) quels sujets vous souhaitiez que j’aborde sur le blog et j’ai eu droit à quelques demandes amusantes (ou sérieuses) donc voici la première : quel est ton morceau de musique ultime, ton préféré de tous les temps ?

C’est chaud-patate, quand même. Un seul, comme ça, c’est difficile. Disons que, sans tricher, pour te répondre sérieusement et en considérant que c’est un seul morceau constitué d’un long et époustouflant medley, je te répondrai le « dernier titre » d’Abbey Road, 16 minutes parfaites. Si vous n’avez jamais entendu ce chef-d’oeuvre, je vous envie. Le voici, juste en dessous. Il clôture tous les concerts de Paul McCartney depuis 20 ans.

Paul McCartney a bien sûr retenté le coup, avec moins de grâce, une deuxième fois, et c’est probablement moins fort car ça manque de John et de George mais ça vaut le coup quand même de le découvrir. C’est à peine 4 ans plus tard, sur l’album Red Rose Speedway.

Je ne dirais pas que c’est aussi fort mais ça reste indéniablement un très gros coup de génie et de culot musical. J’aime sa voix, son interprétation, les mélodies, le brio avec lequel tout se mélange et une certaine madeleine très 70’s, très pop-kitsch, très insouciante.

Voilà. Si je devais vraiment répondre par UNE chanson, je vais écouter ce que mon coeur me dit ce matin et je vais choisir J’adore la reprise de Drive par Julio Iglesias (si, si) car c’est un type qui me fait dresser les poils, dans toute son oeuvre et plus particulièrement sur ce titre. Voilà, tu n’es pas déçue du voyage, hein. Mais je te promets que je ne me fous pas de toi, je peux écouter ce titre mille fois et ne jamais m’en lasser, j’aime ce qu’il en fait, comment il se l’approprie, comment ça sonne 80’s et très Los Angeles en même temps, voilà. Ce titre est pour moi un chef-d’œuvre, j’écoute rarement les paroles d’une chanson mais là, oui, et dans sa version d’origine ou dans celle-ci, je suis subjugué par tout ce qui s’en dégage. Ça me transporte, ça me chavire. C’est magnifique. Mais celle de Julio est plus belle.


Je posterai tous les midi sur mon site le temps du confinement. A demain. Si vous avez lu et aimé, commentez. Partagez. Montrez que vous êtes là. Si vous ne savez pas quoi écrire en commentaire, dites moi  quel est votre titre préféré, de toutes les chansons qui existent, et si c’est trop dur de choisir, dites-moi juste celui du jour, demain il sera sûrement différent, c’est la vie.

Je voulais également ajouter que je vous remercie d’être là, vous n’avez pas idée à quel point ça me fait tenir. Merci, de tout mon coeur. Merci.

About author

Related items

/ You may check this items as well

cyclists-601591_1920

Et à Austerlitz c’est Waterloo

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
musee-dorsay-1089166_1920

Alors c’est quoi ?

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
forest-4960706_1920

Annus horribilis

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 37 comments

  • Bertrand Yannick dit :

    Moi une chanson que j’adore c’est le « temps qui reste » de Serge Reggiani. Et elle prend tout son sens dans le film « deux jours à tuer »…

  • Fabulous Fabs dit :

    Cette histoire d’enseigne tombée du ciel, quelques secondes avant ton passage, mais c’est énorme!!!! Pour utiliser une phrase un peu cliché, je te dirais: « Bin William…. C’était pas ton heure!!! »

    Ma chanson préférée c’est « Stripped » de Depeche Mode. Quand j’ai rencontré mon mari en 1990, il me faisait des « mixed tapes » (à l’époque révolue des cassettes), sur le dessus de la cassette c’était toujours marqué « Love Boris Tape #… » (c’est son nom) et cette chanson est un peu devenue notre chanson (J’aime beaucoup la version de Rammstein aussi).

    Mais c’est vrai que choisir une seule chanson, c’est un peu difficile.

  • Chloë dit :

    C’est glaçant cette enseigne qui tombe !
    Je ne connais pas ce morceau de 16mn, je le garde pour tout à l’heure, merci !

    Mes chansons préférées changent très souvent, mais longtemps ça a été « Des lendemains qui chantent » de Benjamin Biolay. L’autre soir il l’a enregistrée en version acoustique pour son Instagram : je l’ai écoutée 5 fois, j’ai pleuré 5 fois. Elle prend un tout nouveau sens en ce moment. Quels lendemains ? Chanteront-ils ?
    Mais ça reste si beau.

    Bon après-midi William, à demain

  • fred dit :

    *et bien oui , ce n’était pas ton heure! tu es encore là pour un moment, pour notre plus grand bonheur à tous tes lecteurs.
    *ma chanson: « les gens qui doutent »…j’écoute en boucle depuis un bon moment. demain , ce sera sans doute l’air de mime dans Siegried , quand il fabrique l’anneau….
    ** et donc: prends soin doublement de toi!!

  • Dominique dit :

    Oh.. tu viens de me faire mourir de rire avec la manière que tu as bien à toi de décrire ce qui s’est passé hier…Ça n’était pas ton heure, ça n’est pas toi qui choisis et les instances supérieures en avaient décidé autrement. Tant mieux…je vais pouvoir te lire encore quelque temps…
    Merci pour la musique, j ecouterai ça ce soir, au calme chez moi. Là, suis en pause sur mon lieu de travail ( assurances).

  • Sofy dit :

    D’après moi oui, ange gardien il y a (ou bonne étoile… ou cul bordé de nouilles, au choix de ses croyances !)
    Pour les titres, mon coeur balance aujourd’hui entre deux qui me font frissonner à la 1000e comme à la 1e écoute : « Stir it up » de Bob Marley dans une version acoustique où sa voix et sa guitare suffisent à mon bonheur et « La Rua Madureira » qui réussit la prouesse de me filer les yeux mouillés ET une irrésistible envie d’onduler de tout le corps.
    Bonne dégustation américano-Picardesque !

    • Sofy dit :

      Oh, j’oubliais :
      Bravo et merci pour le gros sourire provoqué par le titre de ce post, bien sûr 😀

  • Olivia dit :

    J’avais vu ta story instagram sur cette chute d’enseigne et qui à quelques secondes près, aurait pu te tomber dessus. C’est assez dingue, oui. Peut-être un signe pour te dire, mec tu es protégé, tout va bien.
    Et ta mère juste avant qui te dit « sois prudent », tu me diras c’est souvent ce que disent les parents à leurs enfants.
    Ça me rappelle une histoire avec ma mère justement.
    Il y a quelques années, je suis allée en Thailande, ce voyage et le pays m’ont profondément impacté. Je n’avais jamais voyagé aussi loin. Avant de partir, ma mère qui est quelqu’un de très angoissé et anxieux me fait toute une batterie de recommandations, habituelles pour la plupart. Et puis d’un coup, elle me dit : ah oui et évite le bateau, vraiment, vraiment fait attention, ne monte pas sur un bateau. Moi : oui oui t’inquiètes. Mais au fond, ça fait quand même un peu tilt chez moi, parce que nous avons des antennes je dirais dans la famille et si elle me dit ça, c’est que quelque chose se trame. Je pars.
    Là bas, je vais à Bangkok et ensuite je vais sur deux îles (pas les plus touristiques). Un temps incroyable tout le séjour. Le dernier jour, un temps pourri, de la pluie, des vagues énormes. Avec ma pote, nous devons d’abord prendre un bateau, puis un minibus, qui nous doit nous emmener à l’aéroport prendre notre avion.
    Il y a des retards par rapport aux bateaux. Certains ne repartent pas tellement la mer est houleuse. Je m’imagine déjà appeler à Paris pour prévenir mon copain de l’époque et mon boulot que je ne serais pas là à la date prévue. On se regarde avec ma pote, pas rassurées.
    Finalement notre bateau de taille assez importante arrive. Les gens descendent, ils sont blêmes, certains avec des pochettes en papier kraft, d’autres soutenus par leurs proches.
    Nous montons dedans, pas tranquilles. Le bateau prend la mer et là c’est l’horreur. Il y a des baies vitrées et on voit tout. Assise, crispée sur mon siège, ce que je vois ainsi que les autres passagers ce sont des vagues énormes qui nous arrivent dessus, des vagues, très très hautes, violentes, qui claquent le bateau. C’est la vraie tempête. Je regarde les marins, j’en vois certains très tranquilles et d’autres très moyennement. Le bateau est malmené et tous les passagers sont brinquebalés. Des gens vomissent, hurlent, font des crises. Moi et ma pote essayons de rester calmes, mais c’est dur. Je ferme les yeux aussi forts que si j’étais dans un manège de montagnes russes. Je n’en peux plus, j’ai envie de hurler, mais je me retiens. A un moment moi et ma pote, on se promet que nous ne vomirons pas. Pourquoi je ne sais pas, mais on se le promet.
    Et puis à un moment, je lâche, je pense à mes proches, je repense à ce qu’à dit ma mère et je me dis advienne que pourra, mais je sens que ça va aller et je regarde par la fenêtre et je vois un rayon de soleil percé très nettement un nuage.
    Le bateau après 1 heure de ce chaos, a un premier arrêt, des gens descendent dans un sale état, d’autres montent et nous regardent éberlués, inquiets, parce que je pense que nous faisons peur à voir. Le bateau repart, c’est encore la tempête, mais ça va mieux et le voyage se passe mieux.
    Nous arrivons finalement à bon port à Bangkok.
    De retour à Paris, ma mère me demande comment ça s’est passé, je lui dis très bien et je ne mentionne pas le bateau.

    J’ai entendu littéralement le titre de l’article et la scène m’est arrivée dessus direct. Ah la la ce ski.

    Pour le titre, en ce moment, j’écoute beaucoup Dua Lipa. J’en suis la première surprise. Je la connaissais vaguement par rapport à son précédent album. Je n’avais pas été alpaguée et là elle en a sorti un nouveau. Par curiosité (ou via une recommandation youtube je ne sais plus) j’ai écouté les premiers singles et je m’écoute en boucle Don’t start Now. Avec elle j’écoute aussi Lizzo « Juice » et Ariana Grande « Into You ».

  • Séverine dit :

    Cette enseigne qui tombe c’est tellement dingue! Lu sur Facebook juste quand tu l’as posté, j’en ai eu des frissons. Ton ange gardien doit suer parfois avec toi hihi
    As-tu déjà lu Richard Bach? J’aime beaucoup sa vision de l’ange gardien.

    J’étais sûre de voir The Beatles dans ta réponse!!! Et c’est le seul album d’eux que j’ai, je comprends tout à fait ton choix pour ces 16 minutes qui sont magnifiques.
    Tu m’intrigues avec ton choix du jour, m’en vais écouter Julio!
    Comme toi je n’écoute jamais les paroles, c’est un « instrument » avec les autres pour moi. Si je croche je vais lire et traduire au besoin. C’est l’harmonie qui m’importe en premier!

    Pour moi, la chanson ultime c’est Andrew Bird: Three White Horses
    C’est tiré d’un petit album, 8 titres, magnifique. Cette chanson m’a foudroyée dès la première écoute, je ne m’en lasse pas. L’écouter en ce moment est particulier…
    https://youtu.be/3yzNN3Zukl8

    Sinon mon dernier coup de cœur c’est avec un groupe américain (la fille qui manage des groupes suisses même pas foutue d’en placer un hihi) que j’ai découvert récemment: The Infamous Stringdusters
    Leur chanson qui me chavire: Truth and Love
    https://youtu.be/NvHJDRbLC78
    https://youtu.be/qW9svu9Am-o

    J’adooore le bluegrass et newgrass, les harmonies sont splendides, les textes racontent de belles histoires, les instruments sont originaux et si je me suis mise à la mandoline c’est pour pouvoir en jouer/chanter de mon côté!
    Il y a des Suisses qui en jouent, je m’occupe d’un groupe qui fait du cajun (français) et bluegrass (anglais). Bientôt un autre, quand le machin dehors sera dompté. C’est une musique festive qui rassemble les gens, je me réjouis de voir le public danser d’ici quelques mois!

  • Séverine dit :

    Cette enseigne qui tombe c’est tellement dingue! Lu sur Facebook juste quand tu l’as posté, j’en ai eu des frissons. Ton ange gardien doit suer parfois avec toi hihi
    As-tu déjà lu Richard Bach? J’aime beaucoup sa vision de l’ange gardien.

    J’étais sûre de voir The Beatles dans ta réponse!!! Et c’est le seul album d’eux que j’ai, je comprends tout à fait ton choix pour ces 16 minutes qui sont magnifiques.
    Tu m’intrigues avec ton choix du jour, m’en vais écouter Julio!
    Comme toi je n’écoute jamais les paroles, c’est un « instrument » avec les autres pour moi. Si je croche je vais lire et traduire au besoin. C’est l’harmonie qui m’importe en premier!

    Pour moi, la chanson ultime c’est Andrew Bird: Three White Horses
    C’est tiré d’un petit album, 8 titres, magnifique. Cette chanson m’a foudroyée dès la première écoute, je ne m’en lasse pas. L’écouter en ce moment est particulier…
    https://youtu.be/3yzNN3Zukl8

    Sinon mon dernier coup de cœur c’est avec un groupe américain (la fille qui manage des groupes suisses même pas foutue d’en placer un hihi) que j’ai découvert récemment: The Infamous Stringdusters
    Leur chanson qui me chavire: Truth and Love
    https://youtu.be/NvHJDRbLC78
    https://youtu.be/qW9svu9Am-o

    J’adooore le bluegrass et newgrass, les harmonies sont splendides, les textes racontent de belles histoires, les instruments sont originaux et si je me suis mise à la mandoline c’est pour pouvoir en jouer/chanter de mon côté!
    Il y a des Suisses qui en jouent, je m’occupe d’un groupe qui fait du cajun (français) et bluegrass (anglais). Bientôt un autre, quand le machin dehors sera dompté. C’est une musique festive qui rassemble les gens, je me réjouis de voir le public danser d’ici quelques mois!

  • Séverine dit :

    Je crois être passée dans ton spam 🙂
    Navrée si mon message apparaît deux fois!

  • Isabelle dit :

    Memory dans Cats
    je frissonne à chaque fois

  • danyhube dit :

    Merci de notre part à votre ange gardien !!!

  • Sandrine dit :

    Oui tu as un ange gardien, tu viens d’en avoir une preuve indiscutable…
    Et j’ai eu en tête « c’est passé à ça de ma mère » quand j’ai lu ton post hier !!!
    Même sensation il y a quelques années où le vol que j’ai pris pour Altlanta s’est écrasé le lendemain de mon voyage (même numéro de vol, juste 24h d’écart…). Un sentiment mélangé de peur et d’incompréhension. Pourquoi moi ? Pourquoi pas moi ? Qui en décide ?

    Pour la chanson ? « Bijou », merci Freddy. A 50% avec « Your Song », merci Elton.

  • Pierre K dit :

    Foot Locker, j’aurais compris le message (Utilise tes pieds pour rentrer chez toi et Locke toi bien sans ressortir). Foot Max…

    Comme les autres (et ce genre de rendez-vous manqué avec la mort m’est déjà arrivé), je dirais que ça n’était juste pas ton heure. Et c’est une bonne nouvelle pour ton amoureux et pour nous…

    Sinon LA chanson… Piano Man de Billy Joel (et puis New York State of mind, du même, surtout en ce moment…). Et puis Les Champs Elysées. Cette chanson de Joe Dassin c’est extraordinaire : tout le monde la connait, dans le monde entier. J’ai tenté l’expérience de la chanter en karaoke (oui, bon, ça va) à l’autre bout du monde : la salle entière reprend en chœur.

    Alors puisqu’il n’en faut qu’une… Les Champs Elysées

  • Véro b dit :

    Ange gardien, bonne étoile, bref c’était pas le moment
    Belle découverte cette version de Julio ! Merci…
    1 chanson ? Les mots bleus de Christophe…désolée j’ai pas fait exprès on retombe sur l’actualité
    Take care

  • Emilie dit :

    Pfiou quelle histoire !!
    Bien heureuse que vous soyez encore là !
    Best chansons : Flower de EELS et Laissons entrer le soleil reprise par Julien Clerc

  • Aurelie dit :

    No surprises de Radio Head sans l’ombre d’un doute. Ma chanson a vie.
    Ah les mères ça vous protège votre vie. Mourrir cognement en pleine pandémie tu n’airais Vraiment pas eu de classe.
    Et moi pour vrai j’aurai eu le sentiment de perdre un proche, oui je sais, je te le répète toujours, et bla bla et bla bla … tu es comme mon grand frère et bla … une chance qu’en tu ne sois pas venu dormir à Montréal
    alors comme dit ta maman, sois prudent.

  • Flo dit :

    Le bol… j’espère que ça ne te trottera pas trop longtemps dans la tête.
    Surprenant ce choix de Julio, mais en même temps pas tellement. Je l’écouterai pour voir si elle me parle. En même temps, j’écoute quasi tous les jours un morceau de Mendelssohn juste parce que Laurence Haïm en avait parlé une fois en interview…
    Mon titre préféré est « Rock’n roll suicide » de Bowie mais actuellement, j’écoute beaucoup The Struts ( tout)

  • Anne dit :

    Foot max? Mourir par un grand pied ? Surréaliste
    Enjoy life .
    Ma chanson : le coeur battant de Eva

  • Corinne dit :

    Oui tu as un ange gardien et ça devait être un signe… par rapport à Picard !!! nan !!! pas la malbouffe !!! ( en même temps, je rêve d’avoir un Picard, parce qu’ici – the asshole of the world- il n’y a pas de de Pic Pic ! eh non). Merci à ton AG.
    Pour la zik, impossible de choisir.
    Et MERCI.
    Merci de me rappeler que Julio existe… Avec mes soeurs et frère, on roulait les yeux à s’en masser le cerveau dès que mon père mettait la cassette ( eh ouais je vous parle d’auto radio à cassettes ! ), c’étati parti pour une heure… Mais maintenant, c’est mon délit, j’adore, en Espagnol, en Français, en Anglais… c’est Julio quoi !

  • Magalie dit :

    Hello !
    J’ai lu et j’ai aimé, et je confirme pour l’ange gardien, en liaison directe avec ta maman, visiblement. Take care !

  • Jade dit :

    Ca raisonne assez avec ton article « Liste des choses interdites… » où ton amoureux te dit que tu vas enterrer tout le monde!
    en réalité, je suis persuadée que nous passons notre temps à frôler ce genre de moment, sans forcément nous en rendre compte. Ce moment là fait partie des signes plus manifestes de la fugacité et de la fragilité de la vie.
    Enjoy life!

  • Myriam dit :

    Allons-y pour la chanson du jour : la Java des bombes atomiques de Boris Vian. Tu connais? En ce moment j’enfermerais bien certains chefs d’état avec une bombe. J’adore le verbe de Vian dans cette chanson! Merci de nous écrire chaque jour William.

  • Fannoche dit :

    Ah sacré Ange Gardien!
    Heureuse que tu sois encore là. Alors maintenant tu restes tranquille à la maison et tu bouges plus. Ca suffit les émotions hein!
    Ma chanson préférée du monde entier: (même que elle sera diffusée pendant mon enterrement)
    Ain’t no sunshine de Bill Withers.

  • Olivier dit :

    Vu ton expérience d’aujourd’hui, j’aurais assez tendance à reciter : « Aimons-nous vivants »… 🙂
    Mais je choisis plutôt celle qui était dans ma tête au réveil ce matin (et qui fait partie de celles qui me bouleversent le plus au monde) : « I’ll be there » des Jackson 5

  • Alice dit :

    Comme quoi il nef faut jamais s’arrêter pour repondre à sa mère mais le faire en continuant…. de vivre.
    Where is my mind des Pixies.
    La Superbe de Biolay.

  • Marie dit :

    Aujourd’hui ma chanson préférée de tous les temps, c’est I will always love you – particulièrement l’interprétation de Whitney Houston. Parce que le génie d’écriture de Dolly Parton, parce que la voix de Whitney… J’ai mis des années avant d’écouter vraiment les paroles et de comprendre que ça parlait de rupture – et que même, c’est elle qui part, et qui est sacrément grand seigneur (grande dame ?) avec son ex. C’est un hymne à l’indépendance, à l’amour de soi, à la générosité et à la grâce.
    Voilà, j’ai mis des années à assumer tant le film Bodyguard est cucul, mais c’est bon, maintenant, c’est fait 😀

  • Muriel dit :

    J’ai moi aussi vu les photos de ta mésaventure sur Instagram et ma première réaction a été de me dire que oui, tu as bien un super ange gardien…, et ma deuxième réaction : que tu as dû avoir une de ces peurs!!! Je ne sais pas du tout ce que ça peut vouloir dire, vu que c’est quand même pas fréquent (heureusement!), et qu’en plus, ce genre d’événement aura forcément une signification différente pour chaque personne à qui ça arrivera. Je veux dire que pour une ce sera : « Dernier avertissement avant montée en gamme : prends-toi en main! (c’est ton des-tin!) » (ahem…), pour une autre, qui était en train de rêvasser en se disant qu’elle partirait bien au bout du monde avec ce beau brun rencontré l’avant-veille pour monter ce centre de voltige équestre sur patins roulette qui a l’air si prometteur quand il en parle : « NEIN!!! ». Et pour une autre, qui se prend pas pour une demi-bouse : « Rappelle-toi que tu es mortel, descend un peu, veux-tu ? ». Donc je pense que tu es le seul à pouvoir interpréter cet épisode, si tant est qu’il y ait matière à interpréter…

    La seule chose qui m’a fait tilter en revanche dans ton récit, c’est le fait que ta mère t’ait dit juste avant « Sois prudent! ». Alors bien sûr, ça veut peut-être dire que ta mère a des antennes de malade et qu’elle a senti venir un truc… Mais moi ce qui m’a fait réagir aussitôt, c’est que dans ce genre de circonstances, la prudence ne change rien à l’affaire : ce n’est absolument pas une question de prudence! Comment veux-tu être prudent dans un cas pareil? Il faudrait pour cela non seulement regarder en l’air, mais aussi là où on met les pieds, et puis dans son dos aussi, et même avec des caméras infra-rouges et à zooms rapides dans toutes les directions, simultanément… Impossible ! Alors peut-être que le message de tout ça serait : « Tu sais, ce n’est pas une question de prudence… », avec l’idée de ne pas oublier qu’une grande part de ce que l’on vit échappe à notre volonté/entendement/contrôle/luxe de précautions… (c’est juste une hypothèse, je n’en sais rien en fait, mais dans ma vie à moi, c’est ce que ça m’évoquerait…).

    Je crois assez fortement que ce qu’on vit serait une sorte de co-création, un mix entre ce que l’on émet plus ou moins consciemment comme voeux et la façon dont ça rentre en résonance avec le monde (et les gens) qui nous entoure(nt). J’ai plus de mal avec l’idée d’un truc écrit pour nous par une entité supérieure, avec des décisions prises « en haut lieu » (un peu comme les dieux de l’Olympe se jouaient des pauvres humains selon les Grecs de l’Antiquité). Mais penser qu’on participe au moins un peu à ce qui nous arrive me pose bien souvent beaucoup de problèmes sur le plan éthique, parce que si on prend un peu trop vite les raccourcis, ça reviendrait à dire que les victimes d’abus, de violences ou même d’accidents divers et variés auraient appelé tout ça de leurs voeux (même inconsciemment) et que donc, forcément elles l’auraient un peu cherché… Or ça, ça me révulse parce que c’est exactement ce qui me met en rage dans le « victim blaming » (« t’as vu comment elle était habillée, aussi… », « il avait bu, dommage pour lui… », « il a snobé cette enseigne « Foot Max » en passant devant sans la regarder, normal qu’elle lui soit tombée dessus… ») : non seulement c’est double-peine pour les victimes, mais en plus c’est une façon tellement dégueulasse de dédouaner les coupables (quand il y en a dans l’histoire, car il est plus difficile d’en trouver quand c’est une plaque de verglas qui a fait déraper la voiture…). Donc non, je ne pense pas qu’on ait « désiré » cet accident de voiture ou qu’on a pu « souhaiter » se faire frapper par son conjoint. Que quelque chose en nous ait attiré ce genre de circonstances, ça, oui, peut-être, pour des raisons qui en grande partie m’échappent… Pour autant jamais je ne penserai qu’on pourrait en être tenu pour responsable, et encore moins coupable. Mais dans l’ensemble, en partant de ce principe pour ce qui me concerne (je n’en fais pas une religion, et je ne l’applique qu’à moi-même, laissant aux autres le soin d’en penser ce qu’ils veulent…), j’arrive à me dire que ce qui m’arrive a forcément partie liée avec moi de façon totalement personnelle et particulière, que ce n’est ni gratuit ni dénué de sens, mais que ce sens, parfois, eh bien il m’échappe totalement, et que peut-être, je peux quand même continuer à avancer sans parvenir à tout comprendre, à tout ranger dans des petites cases, bien en ordre et bien étiquetées (comme j’adoooorais le faire avant… oui bon, et même encore maintenant…). Depuis peu, ce manque de prise sur ma vie me paraît de plus en plus acceptable. Pourtant, j’ai longtemps vécu avec l’idée qu’en étant très attentive à tout, en faisant bien tout comme il faut, en étant une bonne élève en quelque sorte, je pourrais échapper aux pires difficultés (ce qui, quand on y réfléchit bien est franchement puant comme façon de voir les choses, parce qu’en gros, ça signifierait que les « mauvais élèves », les cancres, quoi, eh bien, ils mériteraient d’avoir des bonnes vies de merde en fait…). Avec ce genre d’idées, je ne te dis pas la vague de culpabilité qui m’assaillait quand malgré tout quelque chose de douloureux m’arrivait (« j’aurais dû faire plus attention », « je n’ai rien vu venir, quelle nulle! », « j’ai baissé la garde, je n’aurais pas dû », « j’ai dû faire quelque chose de mal/de travers sans m’en rendre compte, je suis bien punie maintenant… »). Et c’est arrivé souvent, bien sûr… Et là, c’est double-peine, oui : on a déjà une grande tristesse sur les épaules, mais en plus on s’imagine que c’est parce qu’on a merdé quelque part qu’on doit subir ça… Pour cette raison, j’ai longtemps été dans une forme d’hyper-vigilance à propos de tout, tout le temps, hyper-vigilance qui pouvait aller jusqu’à m’empêcher de dormir lors des périodes les plus tendues de mon existence (« rester éveillée pour tout surveiller ») ou me faire faire de stupides rituels supposément protecteurs (un peu comme des TOC, mais en moins envahissant quand même…). Et puis, il y a quelques mois, le déclic, en séance d’EMDR (oui, encore…), une sorte d’épiphanie : je pourrai bien être prudente à l’infini, je n’éviterai pas tous les accidents de la vie, ni pour moi ni pour les autres… parce que ce n’est, justement, pas (qu’)une question de prudence ou de vigilance. Et parce que ce n’est pas non plus une punition quand on rencontre le difficile ou le douloureux. Parfois ce peut être une bénédiction, même (chose à ne surtout pas dire à quelqu’un en plein dans sa douleur, en revanche, parce que moi la personne qui m’aurait dit ça au moment où mon fils était tous les 4 matins à l’hôpital, par exemple, elle aurait pris ma bénédiction dans la gueule… C’est quelque chose qu’on peut se dire à soi-même, et à soi-même seulement, après, quand on est sorti de la tempête, et j’imagine qu’il faut une force d’âme hors du commun pour parvenir à voir le beau et le bon quand on patauge dans le caca… Moi je n’en suis pas capable.). En plus, parfois, eh bien non, ça ne tourne pas bien. L’épreuve de vie est trop lourde à supporter, on se replie sur son malheur et sa tristesse et rien de bon n’en sort. Cela aussi, j’arrive à l’accepter désormais, même si cela m’est plus difficile. Je me dis que jusqu’à présent j’ai toujours su me relever, mais je sais aujourd’hui que je ne peux pas le garantir pour l’avenir. J’espère juste que j’en aurais toujours la force, mais je comprends bien que cette force-là peut venir à manquer et que ce n’est pas une faute si tel est le cas, qu’on a aussi le droit d’être à bout de forces. Dans tous les cas, j’ai enfin compris que tout ne dépendait pas de moi, et de mon « bon » ou de mon « mauvais » comportement. Que les épreuves ne sont pas le résultat de « mauvais » choix. Qu’il n’est pas forcément souhaitable de les éviter (ou de chercher à les éviter à ceux qu’on aime), même s’il est probablement tout à fait possible d’apprendre autrement que dans la douleur (ce que je nous souhaite à tous). Bref, j’en suis arrivée enfin à cette conclusion apaisante : je fais ma part, de mon mieux, en étant raisonnablement prudente, ni plus ni moins. Et c’est assez ainsi. Le reste ne m’appartient pas, ou alors de si loin que je ne peux pas avoir de prise dessus. Je peux cesser de m’en alourdir, de m’imaginer en être la garante ou de m’en croire coupable quand ça tourne mal. Donc en gros, si ç’avait été moi qui avait échappé d’un cheveu à la chute d’une enseigne de 100 kg, je pense que j’en serais arrivée à cette double conclusion : « Nan mais ça va pas la tête de me faire péter des trouilles pareilles???!!! » et « Bon, ça va je suis pas mourue, merci c’est cool les gars, j’aurais préféré un peu moins d’adrénaline là tout de suite, mais ça va, merci les anges gardiens, vous assurez grave quand même!!! » (alors qu’avant ç’aurait été « Rhhaaa, le Ciel me prévient que je fais quelque chose de mal en ce moment, bon sang c’est quoi? c’est quoi? si je trouve pas je vais mouriiiir la prochaine fois!!!! » et je serais partie me terrer chez moi sans oser sortir jusqu’à ce que je trouve (supposément) ma grande faute, et que je tente (supposément) d’y remédier…).

    Bon et sinon, du côté de ma chanson préféré de tous les temps, bon, alors oui, c’est difficile de choisir, parce que quand même j’écoute vraiment beaucoup (mais alors beaucoup) de musique, de toute sorte, et que forcément, j’ai plusieurs chansons préférées de tous les temps… Là tout de suite, celle qui me vient c’est « My name » de Lhasa. Elle me met les poils à chaque fois que je l’écoute. J’aime tout dans cette chanson, son côté hypnotique, la voix de Lhasa, les paroles, tout, j’aime tout. Et parce que ce n’est pas une chanson mais un morceau de jazz, j’ajouterais « Annobon » du trio Romano, Sclavis, Texier. Sclavis, au saxophone, la plupart du temps il est strident, aigu, agressif, pénible. Là son saxophone est d’une douceur et d’une sensualité incroyables. Ce morceau me fait planer (il me rappelle plein de souvenirs aussi). Je dirais même plus : il me fait du bien. Physiquement du bien. Et sinon, allez une dernière pour la route, parce que je l’écoute de loin en loin depuis 1988 (tout ceci ne nous rajeunit pas…), l’oubliant parfois des années durant, mais la ressortant du placard tous les 4/5 ans environ et la redécouvrant toujours avec un immense plaisir : « Twist in my sobriety » de Tanita Tikaram. Je la réécoute beaucoup depuis quelques jours.

    • Muriel dit :

      Oui et du coup, ce que je voulais ajouter et que j’ai oublié dans mon précédent commentaire, c’est que le message dans ce qui t’es arrivé ne serait du coup peut-être pas : « Sois prudent », mais « Tu peux avoir confiance… » car ce qui ne dépend pas de toi sera arrangé au mieux pour toi. Voilà. Je t’embrasse William!

  • Valentine dit :

    Be my Baby – Vanessa Paradis
    Stairway to Heaven – led zeppelin
    I will Always Love you – whitney Houston (j’ai attendu longtemps très longtemps qu’elle passe à la radio pour pouvoir l’enregistrer avec le micro du lecteur K7 Fisher Price de mon petit frère, j’étais tellement contente qu’on m’entends faire un petit cri de joie , autre époque )

  • Laurent dit :

    Tu peux être fier de toi, plein de gens ont écouté Paul Mc Cartney suite à ton billet 🙂 écouter tes 16 minutes parfaites m’ont donné de l’énergie pour la journée, merci.

  • estèf dit :

    Ah c’est terrible ça, je suis passé à côté d’une usine 20 mn avant qu’elle n’explose. J’ai eu une peur panique alors que je n’avais rien et que la ville était sinistrée.
    Ça va passer.
    Ferrat. Deux enfants au soleil.

  • Claire dit :

    Ah cette chanson, Drive, pour moi c’est la saison deux de american crime story sur l’assassinat de gianni versace… une version reprise par aimee mann à couper le souffle

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *