Vie quotidienne
C’est une belle journée, je vais me coucher.
4 janvier 2018
8

Je lis la bio de Daho, en ce moment, alors forcément je n’écoute que ça et forcément je revois des moments de ma vie avec lui. Je l’ai croisé une fois, lors d’une soirée privée organisée par Polydor et je n’avais pas eu grand chose à lui dire à part “je vous aime beaucoup”, ce qui est toujours un peu quiche quand on rencontre un artiste mais qui a le mérite de résumer tout le bien qu’on pense de lui sans trop vouloir le saouler avec des détails “de fan” (que je ne suis pas…). Il avait lu un des articles écrits ici sur lui, une petite main lui ayant fait parvenir et j’avais été un peu gêné (pas trop non plus) car c’est quand même bien pratique de faire semblant d’écrire pour soi et pour personne d’autre.

Les heures passent de la pire manière qui soit, en ce moment, car figurez-vous que je suis de nouveau en transition vers autre chose : j’ai donc du temps devant moi, plein de temps, pas de souci d’argent (pas encore) et une ville Lumière qui ne demande qu’à m’éblouir. Evidemment, ça m’angoisse alors que tout mon corps crève de ces six derniers mois et il lui faut, en urgence : du repos, de la distance, du beau, du sommeil, de l’inspiration, une muse, du bon, du chaleureux, du sable et du soleil. Le départ en Guadeloupe dans quelques jours me fera le plus grand bien mais avant, avant, reviennent les mêmes angoisses habituellement muselées par un travail 8H/19H (au prix d’un ennui mortel, souvent) et elles s’éclatent, les chéries.

Tu ne te lèves pas ce matin pour aller bosser ? Mais l’Humanité entière bosse, mec. LOSER.

Tu n’as pas envie d’écrire aujourd’hui ? Mais TOUT LE MONDE a déjà pondu sept pages, LOSER.

Tu avais prévu d’aller voir une expo et tu as préféré lire sur le canapé ? Mais si tu crois que c’est comme ça que tu vas trouver l’inspiration, LOSER.

Tu n’as rencontré personne aujourd’hui alors que tu avais prévu de faire le tour des amis que tu ne vois jamais ? NORMAL tu es si décevant, LOSER.

Je vous en passe et des meilleures, je dois me concentrer très fort sur ma respiration abdominale pour ne pas me laisser aller à des pensées hautement négatives, culpabilisantes et productives en diable (elles). J’ai beau prendre sur moi, je fais partie de cette génération très seventies judéo-chrétienne à qui on a dit que le travail c’était la santé, qui sent confusément que le télé-travail c’est pour les autres et pour qui le temps de présence a presque autant d’importance que le travail réellement effectué. Bienvenue en France, aussi, ça fait partie du deal.

Pourtant tout va bien, hein. J’ai plein de belles choses qui arrivent, plein de projets excitants…mais non, j’ai un peu décidé d’écouter les vilaines voix de l’angoisse, ce soir. Pas taper. On ne se refait pas. C’est comme si je préférais me faire surchier et perdre des heures devant un écran, dans un open space à rester chez moi, m’inspirer et me nourrir en prévision d’un futur forcément meilleur. Cette phrase que Margot répétait sans cesse, comme un mantra, “The Best Is Yet To Come”, au final, je n’arrive jamais réellement à y croire. Ils le disent tous pourtant : amis, amants, collègues, oh que oui, le meilleur pour toi est encore à venir mais moi, non, aujourd’hui, sous cette pluie atroce et ce ciel gris typique, je choisis le chemin mille fois parcouru auparavant pour y fredonner la même rengaine dont je connais si bien l’air : “Jusqu’ici, tout va bien…”

Argh. Se faire confiance, putain.

Et si tu ne te fais pas confiance, aie confiance dans ton ange gardien, tu sais qu’il ne te plante jamais, lui.

Argh.

C’est peut-être une dame, d’ailleurs, qui sait ? Coucou, vous. Vous…voulez pas…juste me donner…une vague indication…pour février ?

Allez, quoi.

Et sinon, si vous avez un bon plan pour la Guadeloupe, je prends.

7214 lectures pour cet article. Merci pour votre fidélité.

About author

Related items

/ You may check this items as well

Capture d’écran 2018-05-02 à 16.46.47

Le lave-vaisselle

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_2845

Si loin, si proche

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_1133

Un ange à ma fenêtre.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 8 comments

  • Beatrice dit :

    Bonjour,
    Aller visiter le papillon n’est pas de tout repos mais est ce qu’il y a de plus enrichissant… Quand on y a “goûté”, on ne peut plus s’en passer…
    D’abord, profiter des aliments locaux : une tomate a le gout de tomate, les féculents type fruit à pain, igname avec du poisson frais pêché du matin, y’a que ça de vrai.
    A l’entrée du Gosier, il existe une camionnette qui fait des bokits ( notre hamburger local!) de dingue : gouteux, épicé et appétissant à souhait…
    Manger un morceau de poulet grillé arrosé de sauce chien et ce qu’il y a de plus “jouissif’ – voir les rôtisseries que l’on longe en allant à Point-à-Pitre…
    Profiter de la plage de Sainte Anne – la plage la plus réputée du “péyi” dans le “bourg” – le centre ville juste après l’église est un plaisir sans fin… Profiter du sorbet coco qui est vendu par des mamans kréyol, celui à la goyave est aussi une vraie tuerie… sans parler de cette jeune femme qui vend des punchs à se damner à l’entrée du bourg, ses punches portent des noms improbables!! Ne pas manquer d’acheter des fruits – bananes “figues pomme” – ces petites bananes si goutues! sans oublier de boire de l’eau de coco en directe de la noix!
    Aller visiter le Moule et son beau cimetière – ben oui, ça peut être bizzare mais le noir et le blanc, y’a que ça de vrai!!

    Et puis, il y a aussi la plongée sous marine qu’il est possible de pratiquer à Bouillante – la fameuse plage de sable noir ou profiter d’une ballade en bateau à fond transparent…
    En continuant sur la Basse Terre, aller voir notre volcan et profiter de la végétation luxuriante – maintenant la ballade est payante – mais elle en vaut la peine… remonter en voiture par la côte sous le vent avec cette impression que la voiture va tomber dans le ravin à chaque virage mais en même temps avoir des images inoubliables du panorama!
    Aller profiter pour quelques heures de la piscine thermale “Ravine Chaude” – eau chaude en provenance directe de la Souffrière…- là aussi c’est payant pour une durée de 2h si je me souviens bien.

    Enfin, aller faire un tour dans les dépendances – Marie Galante pour un peu de solitude; les Saintes et visiter les rhumeries- notre identité caribéenne dans toute sa splendeur et manger un tourment d’amour et des accras tous chauds dans un des restaurants qui se trouvent pas loin du débarquement des bateaux.

    il y a encore tant de choses à faire, à vivre que mon message ne serait pas suffisant. Je ne vais jamais me lasser de parler de mon ile… Oublier la bouffe européenne et le quotidien pour prendre son temps, apprécier la brise et les cocotiers..Faire la sieste… que dire de plus?
    Bon voyage et profitez bien!!

  • Beatrice dit :

    Ah oui, j’ai oublié…
    Louer une voiture qui peut monter et descendre sans encombre… parce que ça monte, ça descend.. les petites voitures ont du mal il faut bien le reconnaitre…
    Une Clio est le minimum pour ce qui me concerne!
    Parce que le Guadeloupe sans voiture est synonyme de cauchemar..Les transports en commun ne ressemblent à rien de ce que l’on peut connaitre à Paris!!

  • Alice dit :

    et puis trouver une place sur un des bateaux qui vont aux Îles de la Petite-Terre.
    Souvenir émerveillé, tellement émerveillé que je ne sais pas si je vais y retourner pour ne pas gâcher ce souvenir

  • cvrin dit :

    Salut William,
    Ce matin je me disais, tiens, m’en vais voir si un nouvel article est en ligne. Et paf tu parles à mon p’tit cœur comme tu sais si bien le faire. Le loser en moi me parle régulièrement ces derniers temps, même si je m’efforce de l’éloigner. J’entame mon dixième mois de chômage, qu’est-ce que j’ai pu entendre autour de moi… De mon côté je savoure, je prends le temps. Et je revis! Avec quelques rechutes «loseresque» ahahah
    Tu m’as intriguée avec le livre qui t’a poussé vers le piano, je l’ai commandé et reçu en un temps record. Maintenant il me nargue, il attend que je prenne sur moi à tourner la première page. Hâte et peur à la fois. Dingue non comme on réagit parfois. Trop d’émotions.
    Merci pour les mots lus ici ou là, c’est toujours un plaisir et beaucoup de réflexion!
    Profite bien de ton/tes voyage/s!

  • Myster.i dit :

    Argentum Nitricum 9CH 😉

  • Matinbonheur dit :

    Plus d’un an sans activité pro. Ça m’a beaucoup questionnée. Le paradoxe c’est que je suis épanouie, je travaille sur moi, ma vie sociale est cool et toute ma famille profite de ce “ralentissement”. Le bilan est très positif. Et tu sais quoi? Sans ce break je n’aurai pas oser ni eu la force de le faire ce dernier bébé… Avec le recul chaque période de “rien” dans ma vie était en fait une préparation pour un renouveau fertile

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *