Musique
Charlotte, forever
11 décembre 2018
2

Elle est immense, elle est incroyablement immense, je la vois de loin, je la reconnais immédiatement, elle est toute en souplesse, en élégance, en timidité, en sensualité, elle dégage un truc de dingue, c’est fou, c’est la vraie, c’est Charlotte. Charlotte Gainsbourg.

Evidemment, je suis ému. Je repense à ces concerts d’icônes de ma vie, ces gens que je croise de loin depuis plus de 35 ans. Je repense à Vanessa Paradis, vue deux fois, des étoiles plein les yeux, je pense à Etienne Daho, vu trois fois (dont une la semaine dernière en coulisses à l’Olympia, après un concert d’un chic…D’un chic…Et je revois encore les yeux de Laetitia l’apercevant à deux mètres, faisant la bise à tout le monde… »Oh, mon Dieu, c’est lui…« ). Je repense à Niagara, aussi, étrangement et derrière tous ces noms, ces rengaines, se cache mon adolescence et les souvenirs des années 80. 

Je ne peux décemment écrire que j’étais un adolescent heureux (est-ce que ça existe seulement, un adolescent heureux ?) mais j’étais un adolescent curieux et observateur du monde qui l’entourait, dévorant les livres, la musique, les films, les expos. J’avais des parents qui ne comptaient pas les sous pour la culture et j’en retire encore les bénéfices trois décennies plus tard. Un ado qui lit autant qu’il veut, c’est un ado qui ne s’ennuiera jamais, qui saura écrire et qui développe son imaginaire. 

Setlist concert Olympia Décembre 2018 / @gainbarre1963

Charlotte Gainsbourg, donc. Premier souvenir cinématographique : l’Effrontée. Premier souvenir musical : Lemon Incest, assez dépassé par la polémique et plutôt effrayé par la caricature qu’était devenu son père à cette période. Autre souvenir cinématographique et musical : L’un reste, l’autre part, avec ce titre peu connu interprété par Charlotte qui fait partie de mon Top 10 musical, ever : 

Charlotte et Yvan, Charlotte et ses publicités classieuses, Charlotte en duo, Charlotte en album (ah, la classe, les albums de Charlotte, la perfection, et sur scène, sur scène…Quelle claque !), Charlotte au cinéma bien sûr (La Promesse de l’Aube, elle y était hallucinante). Charlotte en interview. Charlotte, la femme. Enfin. L’adulte. Charlotte, un an de plus que moi.

Charlotte que je ne veux surtout pas croiser tant je serais ému.

Charlotte, touchante, hier soir. Forcément touchante. Assise sur son tabouret, un genou replié sur sa poitrine, la tête posée sur le genou, souriante : « Je suis très heureuse d’être là… »

Et moi donc. Si tu savais.

Crédit photo

About author

Related items

/ You may check this items as well

Capture d’écran 2018-09-06 à 20.51.17

2018 : films, concerts et spectacles vus / Voyages / Moments importants

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
The House

Mon pays aussi, c’est l’Amour

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_0103

2017 c’est (presque) fini

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 2 comments

  • Simone dit :

    Je t’ai lu.

  • John dit :

    Tu as gagné, je pleure.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *