Télévision Vie quotidienne
Choses apprises à la télé (1)
18 janvier 2016
1

Jeudi soir, devant une centaine de personnes (et une majorité d’inconnus), on m’a demandé, à un moment de la soirée, de lancer officiellement mon nouveau livre. Un petit speech. Un discours, quoi. Je n’avais évidemment rien préparé car je n’avais pas pensé à cette éventualité. Il m’a fallu alors trouver un couteau, un verre de vin vide et cogner dessus plusieurs fois pour attirer l’attention. Les conversations se sont taries. J’ai attendu que le groupe se soit tu complètement et que tous les regards soient tournés vers moi.

Laurence Ferrari, à quelques instants de mon premier direct, en 2012, était venue me trouver pendant la pause publicitaire, derrière le décor où je faisais les cent pas. J’étais au-delà de méga-nerveux. Mon texte ne rentrait pas dans ma tête (je ne sais pas apprendre par coeur) et je me demandais vraiment ce que je foutais là. J’hésitais entre l’excitation de faire un truc de dingue pour la première fois, maquillé, habillé de vêtements neufs, entre 5 femmes, sur un plateau télé, devant des caméras (Et ça ne se refuse pas, ça, non ?) ou partir très vite en courant mais comme j’ai peu d’endurance, je ne serais pas allé bien loin et ils m’auraient rattrapé. Vite.

Laurence, tu n’as pas un conseil de dernière minute, là ?

– J’en ai deux. C’est de la télé. Prends la parole avant de savoir ce que tu vas dire, lance toi sans rien avoir préparé sinon personne ne te tendra le micro. Le truc, c’est d’ouvrir la bouche avant que ton cerveau n’aie la moindre idée de ce qui va en sortir.

Da-Da-Da-kor (HOLYFUCKINGSHITMOTHEROFGOD). Et le deuxième conseil ?

– Tu ne peux compter que sur toi. Welcome on stage. Allez, viens, on va rire.

ANTENNE DANS 30 SECONDES TOUT LE MONDE EN PLACE. MERCI. ENTREE DE WILLIAM SUR LE PLATEAU. GÉNÉRIQUE ! GO GO GO !

Trois ans plus tard. Presque au jour près. Dans un restaurant du 6ème.

J’ai alors regardé très loin devant moi un point au-dessus du bar (premier truc de télé : regarder loin, très loin dans le public) et j’ai ouvert la bouche sans la moindre idée de ce qui allait en sortir. Je savais juste deux choses : il fallait être un peu solennel (j’avais écrit ce livre, quand même, bordel), il fallait faire court car tout le monde déteste les discours et je devais finir sur une punchline.

Quelques minutes plus tard, alors que je finissais sur des rires et des applaudissements, une autre phrase de Laurence Ferrari me revint en mémoire : « La télé en direct, c’est une piscine olympique. On va t’y jeter dans ton plus beau maillot, sans bouée, sans flotteurs, en te chronométrant et en te demandant d’aller le plus vite possible rejoindre l’autre bord. Sauf qu’il n’y a pas d’autre bord. L’important n’est pas que tu saches nager, l’important c’est que tu puisses recracher plus d’eau que tu n’en avales… »

Crédit Photo 

About author

Related items

/ You may check this items as well

1382865

6 bonnes raisons de regarder la Nouvelle Star 2017

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_1527

Gigi, c’est toi, là-bas dans le noir ?

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Fichier_009(2)

Moi je veux mourir sur scène

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There is 1 comment

  • Suze dit :

    J’ai découvert ton blog je ne sais plus quand, je ne sais plus par quel lien qui de clique en clique, Mais j’ai tout lu, (bon , presque) et ça je ne l’oublierai pas. J’adore internet pour cet accès vers le talent!

    Merci

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *