Musique
Etienne Daho à l’Olympia
6 novembre 2014
6

Photos d’illustration trouvées sur les réseaux sociaux

Compte Twitter de l’Olympia (qui LT les concerts !)

J’ai une histoire un peu passionnelle – et donc forcément compliquée – avec Etienne Daho. Je l’ai beaucoup, beaucoup écouté. Je l’ai oublié. Je l’ai retrouvé avec passion. Je l’ai, dans le fond, toujours aimé. Je l’ai croisé une fois, une fois seulement, dans une soirée organisée par Polydor où nous fêtions son arrivée dans le label et j’avais pu lui serrer la main et lui dire à quel point j’étais heureux de le rencontrer, enfin, “en vrai”. Il avait rougi comme s’il entendait ça pour la première fois et j’avais été attendri par son immense humanité, sa simplicité incroyable et, aussi, oui, ce charme de dingue se dégageant de sa timidité (énorme). Il m’avait regardé avec une infinie douceur. Je crois que mon petit coeur avait du manquer une ou deux notes dans la poitrine, restant suspendu aux yeux d’Etienne Daho, ne voulant plus jamais quitter son regard.

Et cette voix, cette voix, ce velouté de voix.
Et ce déhanché, ce petit mouvement de bras quand il danse, tenant son micro d’une main, faisant glisser l’autre dans l’air, vers nous, majestueux et sexuel, aussi, toujours en retenue néanmoins. L’élégance.
Et ses noms qu’il donne du bout des lèvres : Jacno, Dominique A, Charlotte Gainsbourg et tous ses noms qu’il ne cite pas mais qui sont présents, là, dans l’air juvénile (les phéromones adolescentes envahissaient l’Olympia hier soir, hommes et femmes ne pensaient qu’à deux choses, et danser venait en deuxième position, nous avions tous quatorze ans de nouveau ou, mieux, dix-sept. Oui, dix-sept ans…Mes dix-sept ans, sainte verge, enfin bon, j’abrège…)

Les lumières ciselaient une silhouette qui n’avait vraiment pas besoin de ça, le son était parfait (comment rater le son à l’Olympia, en même temps ?) et la setlist prouva que les titres du dernier album (un chef d’oeuvre) passaient décidément la rampe sans le moindre problème. Je l’aurais même écouté en entier hier soir, un Pop Satori II de mes quarante ans, ma main dans la tienne, toi découvrant “Epaule Tatoo” et me glissant, ému : “Que j’aime les paroles, que j’aime la mélodie…Merci de m’avoir emmené là…“.
Pouvoir s’extasier devant un titre pour la première fois. Tu en as de la chance. 1986. L’année de ta naissance, moi je tombais pour la France et toi hier, tu me regardais danser et moi je savais que j’étais bien, avec toi, éperdu, léger, vous m’avez sollicité, j’pouvais pas lutter.

Daho, je vous avais déjà vu quelque part, pas besoin de me rafraîchir la mémoire, vous ne m’aviez, en fait, jamais quitté.

About author

Related items

/ You may check this items as well

1382865

6 bonnes raisons de regarder la Nouvelle Star 2017

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_1527

Gigi, c’est toi, là-bas dans le noir ?

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
U2-I-Still-Havent-Found

J’ai peut-être enfin trouvé ce que je cherchais

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 6 comments

  • Unimaru dit :

    Beau et sensible billet, qui me rend encore plus impatient de revoir Daho, mais ce sera à Lyon pour ma part…

  • Myriam dit :

    Depuis que j’ai lu ce billet, j’ai La Peau Dure dans la tête, je vais m’en mettre un petit coup dans les oreilles, tiens!
    J’avais assisté au Kaleïdoscope Tour à l’Olympia en 98, je crois, j’en garde un super souvenir.
    J’ai un peu le même rapport que toi à Daho, cyclique: je l’ai parfois écouté en boucle, puis oublié pendant des années, et tout d’un coup, un épisode de ma vie m’y a ramené et je le réécoute à nouveau en boucle pendant plusieurs semaines, découvrant des albums à côté desquels j’étais passée.
    Merci d’avoir partagé ta rencontre, qui correspond à l’image que je me fais de l’homme.

  • elirossi dit :

    J ai ressenti les mêmes émotions il y a 3 semaines quand j ai revu Étienne 26 ans après mon premier concert et que cela soit le jour de mon anniversaire fut une émotion de plus…le premier jour du reste de(nos) vie(s)

  • isa dit :

    Que ce texte est beau…

  • Nelly dit :

    DAHO égale douceur , classe mais aussi une voix ! émotion !
    Moi aussi je l’ai vu en concert dans une petite salle …..intimité …ce qui lui convient le plus …il est toujours dans mon ipod …je suis fan mais en silence …chuuuut,

  • karine b. dit :

    j’ai hâte de le découvrir sur scène, pour la première fois, à Seignosse le mois prochain…

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *