Vie quotidienne
Gabriel : d’un amoureux à un frère.
15 février 2015
0

Pour un seul ex qui me déteste cordialement (mais je n’ai vraiment pas été correct avec lui, mea culpa), j’en connais au moins deux ou trois avec qui c’est le paradis. Gabriel, dont notre relation fut tout sauf classique (Lire aussi : Fragments d’une rencontre), j’en parlerai peut-être un jour, est la personne la plus proche de moi, depuis des semaines, encore plus depuis son déménagement, à dix minutes à pied de chez moi.

Nous nous voyons sans cesse, bien plus que lorsque nous étions un couple.

J’ai tous les avantages de pouvoir l’aimer comme un frère, un petit frère, d’être aimé par lui très fort, de pouvoir parler de tout et de rien, de sa vie, de la mienne et de lui proposer des sorties, des restaurants, des promenades et quasiment aucun inconvénient puisque chacun rentre chez lui, à la fin de la journée.

Je sais que les garçons le regardent avec convoitise. Il est beau. Du moins, je le crois. Je lui faisais remarquer hier, alors que nous cheminions pour les Fauvettes (le cycle James Bond, il découvre, je me régale, les Roger Moore ont pris un sacré coup de vieux…) que tel petit brun le dévisageait ou tel homme, dans la queue, ne cessait de se retourner vers lui. Il ne voyait rien. Presque pour moi-même, alors, je lui dis :

– Je me demande si je t’ai jamais trouvé beau. Je crois que oui. Peut-être une fraction de seconde, quand nous nous sommes rencontrés. Mais j’ai dû voir un tout, comme je le fais à chaque fois que je tombe réellement amoureux. Je me souviens de ta veste, de tes chaussures, de ta barbe blonde, de ton rire de gorge, de tes mains sur ce verre de vin, des boutons de ta chemise ouverts sur ta poitrine, deux ou trois boutons, je me souviens du brouhaha qui nous entourait dans cette pièce remplie de garçons dont beaucoup devaient me jalouser, je me souviens de ton ex qui était venu nous parler et du regard noir que tu lui avais lancé pour qu’il dégage mais je ne me souviens pas t’avoir trouvé beau extérieurement, enclenchant immédiatement un mode « Il est intelligent, il est doux, il n’est pas comme les autres, je n’ai pas à le séduire, nous nous entendons déjà à merveille« . Je t’ai trouvé superbe globalement, de l’intérieur, ça irradiait, tu étais irrésistible. Tu dois l’être, superbe, aussi, physiquement, puisque je vois tous ces regards posés sur toi, mais je ne te vois plus. Je t’appréhende, désormais. Je crois que j’aime ainsi, de cette manière, j’aime un Tout, immédiatement, un ensemble, un être, j’aime tout ce que j’ai perçu, en un instant. C’est si rare dans ma vie. Le reste du temps, avec la majorité des garçons, à la première rencontre, je suis excité comme si je venais d’acheter un nouvel iPhone et mon cerveau tourne alors en boucle pour dévorer l’autre mais cet appétit retombe rapidement, au deuxième ou au troisième rendez-vous ou bien je ne suis pas intéressé intellectuellement et je vais aborder comme un chacal, sans grâce, sans effort, assez vulgairement, pour passer le temps. Non, quand j’aime, vraiment, c’est sans angoisse, sans effort, j’aime dès la première seconde et je suis apaisé. Mon cerveau se sent libre. Cela m’est arrivé deux fois dans ma vie. Tu fus le deuxième.

– Et toi, le premier. Tu as un charisme incroyable. Ce soir-là, je ne pouvais pas faire autrement que te voir dans la pièce et te parler.

– Je l’entends mais ça me dépasse.

Nous nous prenons souvent dans les bras, Gabriel et moi, nous nous embrassons chastement sur la joue, nous nous touchons la main ou l’avant-bras régulièrement. La tendresse est infinie. Nous nous aimons plus fort, encore, je pense, que lorsque nous étions ensemble.

 

Source photo

About author

Related items

/ You may check this items as well

IMG_1502

Largué comme un chien !

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_1297

La mémoire des mûrs

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
img_7643

Il faut savoir dire merci

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *