Musique Télévision
J’ai rencontré Madonna hier soir et pourtant…
3 mars 2015
13

Remerciement tout spécial : Clémence Mermoz

Julien me l’avait promis, quand je travaillais chez Universal Music :
– Je te jure que si elle vient à Paris, si elle fait un peu de promo, tu la rencontreras, je te le jure, tu m’entends ?

Hélas, la promo pour cet album (MDNA) avait été expédiée, réduite au strict minimum : j’avais pourtant été rencontrer Martin Solveig, longuement, car il avait produit quelques titres. J’avais quitté Universal Music quelques semaines plus tard, partant seul au Japon plus d’un mois pour une quête personnelle et spirituelle dont je vous ai souvent parlé ici.

J’avais ensuite payé mes places pour Madonna au Stade de France, au milieu de mes anciens collègues mais je n’avais pas osé demandé s’il était possible de la rencontrer. Et puis je suis déjà sacrément verni : j’étais présent au VIP Room (Novembre 2005) pour le lancement de « Confessions » et à l’époque, le choc avait été si violent, la voir si près, si réelle, à deux pas, que j’avais dû détourner le regard pour mater la retransmission sur les écrans géants autour de nous. She wasn’t supposed to be real, you know. Je l’ai ensuite vue à l’Olympia pour un showcase (places gagnées sur NRJ en appelant le standard, quand le Karma veut, le Karma veut) et plusieurs fois en concert au SDF, à Bercy.

Fan ? Peut-être. Grand amoureux de la femme, des convictions et du flair pour les singles, indéniablement.

Et puis j’ai rencontré Madonna, hier soir, et pourtant ça ne devait pas se faire.

– J’avais 39 de fièvre. Je frissonnais.
Mais je me suis dit : mec, ce soir, c’est once in a lifetime dans des conditions uniques.

– Je n’avais pas mes papiers sur moi et ils demandaient une pièce d’identité, sécurité +++

– Et puis, enfin, je faisais partie des rares privilégiés à pouvoir la rencontrer après l’émission mais…on avait oublié de me donner mon bracelet « all access ».

Tu sais quoi ? Quand ça veut, ça veut. Quand le Karma te dit que c’est ton moment, c’est ton moment.

Alors que je repartais vers le vestiaire, vers 20H45, un peu dépité de ne pas voir la Dame, je vois soudain la tête de Julien dans l’entrebâillement d’une porte. Je pousse un petit cri, trop heureux de le revoir, et il me demande ce que je fais là :
– Ben écoute, j’étais censé rencontrer Madonna en privé, quoi.
– Mon gars, tu es un peu à la bourre, je crois qu’ils sont déjà tous passés. Mais viens.

Nous avançons de quelques mètres, mes anciens collègues Steeve et Sarah sont là aussi. Je n’ai pas le temps de parler, Steeve me prend par les épaules et me tire devant, me faisant dépasser des gens qui attendent dans une queue.
– C’est le dernier !
Le garde du corps, me regardant, crie en anglais :
– He’s the last one !
Et moi, sans bien trop comprendre ce qui vient de se passer et pourtant réalisant en un instant QUI m’attend de l’autre côté de la porte, je répète sans y croire :
– I’m the last one !

J’attends quelques instants.

Je pousse la porte.

Et elle est là, derrière.

Nous avons parlé. Elle m’a fait une réflexion adorable sur mon sweat « Basque ». J’ai répondu en parlant de son travail. Elle a souri très simplement, touchée, et m’a remercié.

Nous avons pris une photo.

Je pourrais vous dire mille choses de ce que j’ai perçu d’elle (les larmes dans ses yeux quand elle étreint Luz, sa prestation superbe sur Ghosttown, son culot habituel quand elle coupe JM Apathie « Je n’avais pas fini de parler ! ») mais ce que j’ai retenu, en vrai, en lui parlant, en lui serrant la main, ce sont ces deux petits yeux clairs adorables, adorables, qui vous regardent avec un mélange d’ironie, de bienveillance et d’intelligence, en mode « Mec, j’ai déjà tout entendu, tu sais, donc réfléchis avant de me parler« .

Ces yeux.

J’ai souvent dit que je faisais ce métier pour une seule raison : afin de rencontrer les gens qui comptent dans ma vie et deviner, dans leur regard, leur essence.

Hier soir, Madonna, je t’ai trouvée si humaine que j’ai enfin compris pourquoi je t’aimais autant depuis 30 ans. Il ne pouvait pas en être autrement…

About author

Related items

/ You may check this items as well

U2-I-Still-Havent-Found

J’ai peut-être enfin trouvé ce que je cherchais

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

Rencontre avec Bernard Lavilliers

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
COCOON_017-®Yann_Orhan-bd

Rupture, clash, maladie, insuccès : Cocoon revient de loin. Je raconte.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 13 comments

  • The B. dit :

    Elle a pas les yeux bleus Madge ?

  • The B. dit :

    Ah. Bon. Elle porte des lentilles depuis longtemps en public alors parce que même dans le clip de Like a prayer je lui trouve des yeux bleus sur les arrêts sur images. Mais comme tu l’as eu juste devant toi je te fais confiance 🙂

  • LeGlaneur dit :

    c’est bien qu’il y ait des gens comme elle…
    c’est bien qu’il y ait, des gens comme toi pour le voir 🙂

  • Matoo dit :

    Et la photo alors ???

  • Greluchablabla dit :

    Contente de lire un billet si positif !
    Je pense que tu as du rayer un des items sur ta liste « Rêves à réaliser » et ça, ça n’arrive clairement pas tous les jours.

    • William dit :

      Pour être totalement transparent, je ne pensais pas UNE SEULE SECONDE que j’allais la voir dans ma vie en vrai une deuxième fois d’aussi près et j’étais prêt à rentrer chez moi après le live. Comme je n’attendais RIEN de particulier, je n’ai pas bien réalisé…

      C’était pas un rêve mais un moment offert, oui. Magique…

      Paul McCartney, par contre, c’est un rêve…

  • Myriam dit :

    Comme quoi la vie peut parfois vous faire de ces cadeaux!
    Contente pour toi, en te lisant depuis plusieurs mois, je pense que tu fais partie de ceux qui méritent ce genre de rencontres.

  • elodie dit :

    Dieu que j’aime cette femme. Je sais qu’elle a plein de défauts (trop de botox, une dose de mauvais goût, ne chante pas toujours très juste…) mais je l’aime!!! Une vraie source d’inspiration. J’arrive même à trouver des qualités à ses albums Hard Candy et MDNA. Elle surpasse toutes les autres et de loin. Toujours imitée, jamais égalée.
    Chanceux William 😉

  • Sveta dit :

    William, qu’est ce que je te comprends ! Et tu as vraiment vraiment vraiment eu de la chance. En te lisant je pense à moi sauf que malheureusement personne n’a pu me trouver un moyen d’aller sur le plateau

  • Christian dit :

    Madona a eu de la chance de te rencontrer! =-)

  • Julie dit :

    « J’ai souvent dit que je faisais ce métier pour une seule raison : afin de rencontrer les gens qui comptent dans ma vie et deviner, dans leur regard, leur essence »

    Merci .. pour cette phrase (parce que jusque là je me trouvais bien futile d’accorder tant d’importance à ce genre de choses mais que quand c’est écrit par quelqu’un d’autre, je me dis que finalement … )
    … pour ce blog aussi car il a le don de me rappeler qu’il faut croire en ses envies et que si on se bouge, ça peut éventuellement finir par payer. En bref, merci pour cette lueur d’espoir 😉

    Une insatisfaite de sa vie, qui ne fait rien pour en changer mais qui un jour peut-être réussira à avoir le courage de faire comme vous …

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *