Vie quotidienne
(J’ai trouvé) le sens de ma vie
2 avril 2012
20

C’est parfois fou comme on peut avoir, dans sa vie, des signaux qui vous indiquent quelle direction prendre et comment, tant qu’on n’a pas décidé (oui, décidé) d’y prêter attention, on peut parfois perdre des années à lutter sans fin, à se prendre des murs ou à endosser des combats qui ne sont pas les vôtres. J’ai beaucoup appris grâce aux Beatles, depuis 1992, et j’ai probablement plus encore à y trouver dans les prochaines années, quand j’aurai décidé de m’y coller sérieusement.

McCartney me disait déjà, en 1993, d’être cosmiquement conscient, mais ce n’étaient que des mots, le titre d’une chanson d’une obscure face B. Il m’a fallu presque vingt années de plus pour réaliser que j’avais déjà, à l’époque, une flèche qui pointait vers quelque chose de bon pour moi. Je n’avais jamais été chercher dans un livre ce que ce “Cosmiquement conscient” signifiait. Et je ne vous en donnerai pas la définition ce soir. Après tout, votre chemin à vous ne passe peut-être pas par ce titre-là.

J’ai trouvé le sens de ma vie, la semaine dernière. Sur le documentaire consacré à George Harrison par Martin Scorsese (fort mauvais, si vous voulez mon avis).
George expliquait qu’il avait passé la deuxième moitié de sa vie terrestre à se préparer à quitter son enveloppe charnelle sans souffrance, ni angoisse : sa mort devait être la plus douce possible et pour cela il fallait travailler, de son vivant, à la vivre pleinement. Vivre en accord avec ses valeurs, donner avant de prétendre recevoir, accepter ce qu’on vous donne et qui vous dépasse (être un Beatles, dans son cas), se consacrer à ce qui vous fait du bien même si le monde entier trouve ça déraisonnable (renoncer à être un Beatles, dans son cas).

Et c’est exactement ça. J’ai vécu ce moment dans le documentaire comme une réelle illumination alors que je m’ennuyais depuis le début du film. Voilà. C’est ça : je dois me préparer à quitter mon corps, un jour, sans souffrance ni peur, dès aujourd’hui, en vivant pleinement en accord avec ce que je suis, ce qu’on m’envoie, mes valeurs et mes envies. En pleine conscience cosmique. De grâce, n’allez pas chercher ça dans Google. Les sites qui en parlent me font peur. Je vous recommande plutôt la lecture de “Think On These Things”, de J. Krishnamurti. Ou de “Siddhartha”, d’Hermann Hesse.

Ma meilleure amie me disait hier :
– Mais tu n’as pas peur de passer pour un illuminé, en écrivant des conneries pareilles sur ton blog ?
– Non. C’est exactement ce que j’essaie de devenir : quelqu’un d’éclairé par la lumière. Un lumineux, si le terme te paraît moins péjoratif.
– Tout de même…
– Écoute. Je suis heureux. Je suis épanoui. Je ne souhaite de mal à personne. Personne ne me souhaite de mal. Je ne dois d’argent à personne. Personne ne me soutire de l’argent pour que j’aille mieux. Je suis entouré de gens qui m’aiment sans contrepartie et je les aime également comme je peux, du mieux que je peux, quand j’arrive à me détacher de mon ego. Je ne commets pas d’actes inconsidérés. Je suis inséré dans la société. Je ne force personne à me lire, à m’écouter, à me croire. Je ne représente un danger ni pour moi, ni pour les autres. Es-tu si inquiète ?
– Mais tu bouges sans arrêt !
– C’est normal : je suis en chemin.

1642 lectures pour cet article. Merci pour votre fidélité.

About author

Related items

/ You may check this items as well

26814644_10215856938243017_7079322755806628143_n

N’abandonne pas.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
eglisematin

One is the happiest number

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_3186

Goethe, la CIPAV et moi.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 20 comments

  • LeReilly dit :

    Tout ça ne nous dit pas si tu vas avoir des super pouvoirs de lumières qui jaillissent de ton corps. (auquel cas je signe tout de suite)

    Non mais en vrai je comprends. Je partage pas parce que je suis encore un jeune con mais je comprends.

  • Dominique dit :

    Pas après pas, pierre après pierre. La route est longue mais s’il y a la lumière alors nulle crainte effectivement. Bonne route man.

  • Gump dit :

    le sens ou la direction?
    ton côté illuminé ne m’inquiète pas car au contraire, il est éclairant.
    merci pour ça.

    • William dit :

      La direction. Pour le sens (merci de jouer sur le mot), c’est effectivement autre chose mais je ne suis pas encore prêt à en parler publiquement.

  • Virginie dit :

    Merci. J’en suis là aussi. 28 ans dans l’ombre. 1ère année dans la lumière. Ce n’est que le début. C’est beau de le voir écrit par autrui.

  • Snail87 dit :

    Dans la famille Réjault, je voudrais le gourou !
    C’est périodique dans son Dao, rien de grave…

  • Aédia dit :

    Depuis des années que je vous lis, je me disais bien que ce moment arriverait…
    Bonne route !

  • Mc dit :

    Et je n’ai, pour compléter, envie de ne citer qu’une phrase de François Garbit, ‘cosmiquement consciente’ :

    « Mais enfin mon vieux, chacun fait ce qu’il veut de la vie. Les uns la traîne dans la boue. En quoi salissent-ils la nôtre ? Ils nous montrent comment on peut la rendre ignoble. Profitons de la leçon et faisons la splendide ! »

  • VD dit :

    Comme je t’envie d’en être arrivé là. Peut-être avec le temps, j’y arriverai…
    En tout cas, as usual, tu sais très bien l’écrire. 🙂

  • Snail87 dit :

    Dao, non Étienne 🙂
    道, dào, la voie…

  • Florence dit :

    Trop fort cette compréhension via George.
    Merci pour ce billet.

  • Raphaëlle Dess dit :

    J’adore, J’adhère ! Je partage ! 🙂

  • Chloé K. dit :

    Dans la famille photosensible ton texte est plein de douceur.

  • Marie-Lore dit :

    Je t’adore :o)

  • ally dit :

    ‘se consacrer à ce qui vous fait du bien même si le monde entier trouve ça déraisonnable (renoncer à être un Beatles, dans son cas)’
    Tout est dit <3

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *