Voyages
Japon Jour 7 : le catalogue des curiosités et divers trucs & astuces
21 avril 2012
5

Plein de parfums inédits chez Häagen-Dazs au Japon…

Bon, c’est mon septième jour consécutif de marche et mon corps, ce matin, me l’a fait sentir pour la première fois. Il faut dire que je ne le ménage pas : j’adore marcher. Et je trouve que ça fait un bien fou. Mais marcher sept jours d’affilées, lui, il fait un peu la tête. Donc, aujourd’hui, en prévision des semaines à venir et parce que je pense qu’il est bon, en vacances road-trip de faire une petite pause de temps en temps, voici ma journée OFF. Et l’occasion de vous sortir les moments WTF ou incasables du voyage jusqu’à ce jour.

Ce moment où tu reconnais une rue, de ta précédente visite, et que tu la connectes dans le plan mental global que tu te fais de la ville en te disant « Ah mais c’est là ? C’est juste à côté de là…et moi qui venais à métro… »

Je mange au Japon ce que je trouve et je mange quand j’ai faim. Je ne « cherche » pas de restaurant : la solution la plus simple et la moins coûteuse reste les supérettes, une à tous les coins de rue, ils ont un coin chaud qui vend des brochettes de poulet pané ou de porc pané à 1 euro la brochette. Avec une canette de coca Nex (= Coca Zéro), ça nourrit son homme. Sinon, une saucisse au curry à Kamakura ou des plats végétariens, souvent, ce qui me permet de tester des champignons amers, des concombres piquants ou des trucs dont je ne soupçonnais même pas l’existence. Un seul bémol : les canettes, impossible de vraiment savoir ce que je vais boire.

Hier, je me prends une « bouteille d’eau », en apparence, qui s’avère être une boisson énergisante. C’est écrit en Japonais, tout, tout le temps. Les emballages de bouffe sont donc peu renseignants : voulant acheter un café en canette pour goûter, j’ai topé un Actimel local. Et tombant enfin sur du café froid en canette, j’ai tout recraché, il était infect. Le Starbucks (qui, je le précise, n’offre plus le wifi gratuit au Japon) est aussi cher qu’en France pour des portions riquiqui. Les sandwichs y sont délicieux, par contre. McDonalds offre le Wifi aux résidents contre un abonnement de 400Y par mois…DTC le WIFI mais j’ai trouvé une solution via Twitter. L’annonce faite dans les Starbucks :

Ce qui me surprend le plus : l’abondance de personnel dans les lieux. Au grand magasin Isetan, des hommes font la circulation, d’autres tiennent la porte. Dans la rue, dans le métro, dans les transports, partout, des petites mains offrent un service « humain » fort appréciable : il s’agit de retraités se payant un complément pour survivre. Sans tomber dans le misérabilisme, chaque station de métro ou de train (et ça en fait) compte encore un ou deux guichetiers qui aide les passagers perdus ou…vous laissent passer quand vous n’avez pas de ticket valide mais un passeport global pour le train : un Japan Rail Pass, qu’on doit montrer à chaque fois qu’on passe un portillon. Quelle que soit l’heure, le lieu…et il faut donc bien quelqu’un pour vous laisser entrer ou sortir.

J’ai donc opté pour un Japan Rail Pass de 21 jours, achetable uniquement à l’étranger et réservé aux touristes, qui permet de prendre gratuitement et autant de fois que vous voulez le train au Japon sans réservation. Je disais hier que je réserve quand même pour avoir un ticket résumant mon trajet, l’heure d’arrivée et le temps de voyage car les annonces se font souvent en Japonais, une fois quitté Tokyo. Il existe deux classes dans les trains japonais, la seconde et la Green Class (la première). La seconde est très confortable et me suffit largement.

Le Japan Rail Pass s’achète à Paris, je suis allé rue Saint Anne, mais vous pouvez également le commander sur Internet et l’échanger contre l’original en débarquant de l’avion. Un conseil, pour gagner du temps : il y avait sans mentir 45 personnes avant moi pour l’obtenir, à l’aéroport, et je n’avais aucune envie d’attendre. J’ai donc préféré payer mon ticket vers le centre ville (pas cher) et échanger mon JPR à la station de métro. On peut en effet échanger son JPR dans plein d’endroits, à Tokyo (ou ailleurs, si vous atterrissez ailleurs). Ne vous prenez pas la tête : j’étais le seul à la station de métro et ça m’a pris 5 minutes…ATTENTION, ne le perdez pas, il coute 550 euros et il n’est pas remplacé. Pour info, il est « remboursé » en deux voyages en train, en gros. J’avais rentabilisé le mien le quatrième jour…

Les équipements podotactiles pour aveugles sont partout : c’est bien ! Obligatoires en France à partir de 2015.

La sécurité n’est pas une obsession dans ce pays fort tranquille. Pourquoi je vous dis ça ? Parce que souvent je peux monter en haut des tours de bureaux, tout en haut, pour observer la vue. Il me suffit de pénétrer dans le hall, de prendre un premier ascenseur et puis un autre et me voilà en haut, à regarder Tokyo. Vous pouvez essayer, c’est assez intéressant et ça vous fera des vues différentes des autres touristes qui, eux, vont à la Tokyo Tower ou à la tour Roppongi.

On enlève ses chaussures dans certaines cabines d’essayage donc ne faites pas comme moi : j’ai fait répéter dix fois à la pauvre vendeuse sa phrase, ne comprenant pas ce que « No rouz plisse » voulait dire…(No shoes, please). Bon, le plancher est propre mais…il n’y avait ni banc, ni chaise. Va comprendre, Charles ! (je suis pas totalement gaga, je me suis assis dans le couloir pour prendre la photo, hein !)

Deux de mes idoles mises en avant : Graham Coxon et Madonna. Voilà un pays qui aime la musique, on le savait.

Le nombre de personnes âgées en pleine forme me scotche : ce ne sont pas les seniors qui visitent le plus (ils bossent encore !) mais les seniors-seniors, à qui le régime poisson-riz a dû faire un bien fou.

Au Japon, même quand il n’y pas une voiture en vue, on ATTEND que le feu soit bon pour le piéton. Sauf quand on est Français, ce qui provoque la stupeur des Japonais me prenant pour un fou…Par contre, tu peux crever pour qu’on te laisse passer sur un passage piéton, dans une rue sans feu. Si tu attends sagement qu’une voiture s’arrête, tu y seras encore demain. Faut y aller, quoi.


Ma mission du jour : trouver des OREO au Thé Vert au supermarché pour mon petit-déjeuner demain…Pas évident !

Ils raffolent du café en canette !! Il y en a des dizaines de marques et c’est absolument infect :

Ami fumeur, tu vas être bien ennuyé : quelle marque choisir ? Pas la tienne, en tout cas…

About author

Related items

/ You may check this items as well

IMG_1297

La mémoire des mûrs

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
21032698_10214563133738713_8022843653912950513_n (1)

Le beau Danube bleu : Hongrie – Slovaquie – Autriche

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_4542

Dernier jour : Brooklyn, Manhattan.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 5 comments

  • ally dit :

    miam les oréos au thé vert, j’avais goûté des gâteaux de la marque oréo au thé vert à san francisco (mais c’était pas des oréos) c’était trop bon <3

  • Michel dit :

    Il faudrait vraiment importer ce concept « d’abondance de personel dans les lieux » en France !

  • JP_Cendrier dit :

    Je ne pense pas que les anciens que l’on peut voir travailler le font uniquement pour un complément de revenue. L’inactivité est mal ressentie par les anciens eux-mêmes. Rester chez soi à ne rien faire, c’est se mettre en dehors de la communauté. Et les japonais sont très grégaires (abondance de clubs, de sortie de groupe, etc.).
    Bravo pour la transmission de votre voyage quasiment en « direct ». J’espère que l’incident ophtalmique de ce jour (samedi) n’est plus qu’un mauvais souvenir.
    JPC

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *