Vie quotidienne
Je vais travailler à Hong Kong.
2 novembre 2012
25

L’une des choses les plus complexes à croire, c’est que lorsque vous énoncez à voix haute les belles choses que vous voulez pour vous, dans votre vie, il vous suffit d’attendre et elles arriveront. A un moment donné. Mais pour cela, il faut deux conditions :
– Que vous le disiez réellement à voix haute.
– Que cette chose soit juste pour vous.

Il n’est pas franchement pas très compliqué de dire à voix haute nos désirs et pourtant bien souvent (moi inclus) nous n’y pensons pas, nous contentant de ruminer nos envies.

Enfin, lorsque nous osons dire, il est plus simple de formuler des désirs sans avoir trop réfléchi à notre volonté réelle sur le sujet : bien souvent, nous parlons un peu trop vite. J’ai eu plusieurs fois l’occasion de constater la véracité de cette formule : be careful for what you wish for (Fais bien attention à ce que tu demandes, tu risques de l’obtenir).
Enfin, vous pouvez également obtenir (au prix de lourds efforts) quelque chose qui n’était pas juste pour vous. Mais cela ne sera jamais gratuit. Et jamais adapté…

J’ai souvent demandé, depuis que je le sais, à voix haute.
Je n’ai pas systématiquement obtenu ce que j’avais demandé, mais la plupart du temps, si.
Parfois avec humour, parfois avec la précision d’une horloge suisse (dans la minute qui suivait le départ d’un ami, par exemple) et parfois avec six mois de retard sur ma volonté, le temps que les pièces du puzzle se mettent en place : hé, l’univers a aussi besoin de quelques slides, parfois, pour mener à bien un projet. On ne bouge pas des routes parallèles en claquant des doigts.

Voici ma dernière synchronicité.

Je veux (je masque le projet réel) monter en haut du K2 les yeux bandés, avec un sponsor qui couvrirait les frais de trajet, les sherpas, tout ça.
J’en parle à gauche, à droite. Plusieurs fois les réunions se déroulent. Je perds mon temps, visiblement. Les gens ne comprennent pas mon intention réelle.
Je sens que ça ne se fait pas.
Je perds patience.
J’oublie de le demander à voix haute.
Un jour, je croise la route d’un garçon qui me dit “Je veux travailler avec toi”. Il s’appelle Jean-Noël.
Je l’entends, je l’accepte mais le timing n’est pas le bon.
Six mois à nous croiser.
Il me demande dix fois, dix fois on doit se voir, dix fois c’est reporté : je suis malade, il est occupé, je suis fatigué, il a un truc à faire.
Nous nous croisons alors dans une soirée puis une seconde fois, par hasard.
Nous finissons par nous voir.
J’accepte enfin que nous travaillions ensemble et je lui propose même de devenir mon agent.
Je suis free lance, désormais : vous pouvez me louer à la journée, si tant est que j’accepte.
Jean-Noël fixe le prix, encadre nos réunions et m’aide à poser mes réflexions.

Nous convenons que je lui parlerai de tout ce qu’on me propose.
Je rechigne un peu (mon côté borné) mais j’accepte.
Désormais, à chaque fois qu’un décideur ou un client ou vous veut travailler avec moi, Jean-Noël doit être au courant.
C’est mieux pour tout le monde.
C’est le deal.
Personne ne sait à part lui et moi que nous venons de toper là.

Deux jours après, je décide d’aller voir seul une entreprise avec qui je parle depuis une année, étant ami avec une salariée et cherchant à travailler avec elle sur un projet commun, empli de valeurs humaines. Elle a sollicité un collègue à elle, d’un autre service. La réunion est formelle, au siège social du très bel immeuble moderne.

J’expose mon projet de K2 les yeux bandés. Mon besoin de sponsor.
Je finis.
Le collègue me regarde et me dit :
– Très beau projet. J’aime. Je vais vous donner le nom de quelqu’un qui a l’habitude de gérer ça. C’est un consultant externe que nous sollicitons pour les projets un peu complexes. Vous le connaissez peut-être ? Il s’agit de Jean-Noël.
Je reste muet de stupéfaction un instant.
Puis j’éclate de rire.
– C’est mon…euh…agent depuis deux jours.
– Ah, parfait, alors.

Et, à cet instant, mon téléphone vibre.
“Jean-Noël”.

Je montre l’écran autour de la table.
– C’est lui qui appelle. Décidément, si je me fixe une règle, je dois me l’appliquer. J’aurais du lui en parler avant. Je suis désolé. On va devoir se revoir avec lui.

Mon amie, en face de la table, me confie, après :
– Si je n’étais pas là pour le voir de mes propres yeux, si je ne te connaissais pas, je ne le croirais pas.
– Je sais. L’histoire de ma vie.

Et Hong Kong, alors, dans tout ça ?

J’y viens.

Voilà ma demande, telle que je viens de la formuler hier, dans la rue, en rentrant du Franprix, le sac de courses à la main :

“Je veux travailler à Hong Kong régulièrement dans les cinq prochaines années, faire des aller-retours entre Paris et Hong Kong, en bizness ou en première, et développer un tissu humain, professionnel et artistique entre ces deux villes, quelque chose qui m’emplisse et me fasse savourer ma vie. Et, à chaque fois, je dormirai là-bas dans une chambre superbe avec vue sur la baie. Pas moins.”

Je ne demande pas l’impossible : je veux simplement ce qui me semble juste, aujourd’hui, pour moi, ce qui me comblerait et me porterait, dans de bonnes conditions. Nécessaires à mon équilibre, nécessaires à ma créativité.

C’est posé là.
C’est écrit.
C’est dit à voix haute.

Nous en reparlerons forcément un jour.
Là, alors, peut-être, seulement, vous me croirez.

Et vous, que vous êtes vous dit à voix haute aujourd’hui ?

About author

Related items

/ You may check this items as well

Capture d’écran 2018-01-04 à 17.28.06

C’est une belle journée, je vais me coucher.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_0103

2017 c’est (presque) fini

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Fichier_002

Les jours & les mois

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 25 comments

  • Gump dit :

    je suis particulièrement sensible à la notion de juste que tu exprimes là.
    Je l’entends à la fois comme (justesse / exact / adéquat ) et justice (mais c’est mon histoire).
    merci, William

  • anne dit :

    Moi j’aimerais bien un agent 🙂
    Aller à New York régulièrement
    Faire des reportages sur des gens qui produisent des choses qui se mangent avec un caméraman
    Partir en famille à Petra
    Voir Tahiti
    Passer 2 mois en Australie à la découverte de la cuisine et la culture locale
    Comprendre où disparaissent mes listes de courses
    Peut être one day?
    Enjoy William <3

  • cvrin dit :

    Merci William! Et quelle magnifique synchronicité, j’admire!
    Moi, aujourd’hui, je veux un nouveau travail. C’est tout simple et énorme à la fois. J’en ai besoin et surtout envie.

  • Yann Peru dit :

    Je pars Vendredi 9 Novembre sur Shanghai car “J’aimerai retourner sur Shanghai, trouvé un boulot, y faire de l’argent et retrouver ma joie de vivre que j’ai perdu il y a plus d’un an.”

    • William dit :

      Pas j’aimerais : je vais.
      Je vais trouver un boulot, y faire beaucoup d’argent et retrouver ma joie de vivre enfouie il y a plus d’un an.

      Oui 🙂

      Et je viendrais te voir.
      Quand tu auras trouvé la chambre d’ami avec la vue qui tue (presque plus belle que la tienne, dans ta chambre), tu sauras que c’est le bon lieu et tu pourras me dire de venir. Si, si.

  • laurence dit :

    Merci William pour le tuyau ! je ne sais si ça marche mais dans le doute, essayons ! alors dans le désordre je voudrais trouver le prochain job qui me permettra de changer (je change de job pour l’instant tous les 10/12 ans environ) de m’épanouir encore et , détail non négligeable, de gagner l’argent que je mérite. Et puis bien sûr je veux que mon histoire d’amour continue et perdure toujours 😉

    • William dit :

      Pas “je voudrais”. Je veux !

      Pour l’amour, par contre, c’est un travail 24/7.
      Pas un miracle 🙂
      Je crois que même le Karma ne peut sauver l’amour ^^

  • elodie dit :

    Je veux (et non pas je voudrais) partir vivre et travailler en Italie à Rome plus précisément. Mon travail actuel me mine…

  • Laurence dit :

    Moi je veux briser cette carapace que je me suis créée, je veux briser cette solitude. Quand je m’imagine je me vois joyeuse… alors voilà c’est dit à haute voix ! et si on peut dire plusieurs choses : je veux vivre à New York.

    • William dit :

      Intéressant, en tout cas. Cette carapace devait bien servir à se défendre de quelque chose. Elle a eu son utilité, basée sur une croyance. Trouve la croyance avant de niquer la carapace 🙂

  • noway dit :

    je me suis sentie un peu bête en disant à voix haute ce dont j’avais envie, mais je l’ai fait ! Je veux juste trouver un métier qui me plaise, je veux trouver ma voie…on verra ! en tout cas, merci pour tes articles, j’aime vraiment. Bonne continuation à toi, bises

  • Laurence dit :

    Je tente une fissure un peu tous les jours, je n’ai pas encore le courage de voir les choses en face et de tout envoyer valdinguer.

  • Chaton dit :

    Je veux plus que tout au monde en ce moment, être avec lui. Parce qu’on va être plus qu’heureux, et que c’est une évidence, et que quand il va aux toilettes, il me manque déjà!!!

  • Jean-Noël dit :

    A haute voix : “Je veux travailler avec William.”
    OH WAIT 😀

  • FR_Jess dit :

    Je veux avoir un meilleur job qui me permette de payer les dettes puis de commencer à construire une vraie vie. Je veux faire un enfant. Je veux que l’argent ne soit plus un problème. Je veux construire ma vie et non pas continuer à la subir.

    PS : Elodie, je vis à Rome et si je peux t’aider, ce sera avec plaisir. Tu peux demander mon mail à William puisque je l’ai communiqué pour écrire ce commentaire.

  • Christophe Lavaut dit :

    Je veux faire comme toi et vivre à Hong Kong…
    Ah non, je vais, et je t’attends là-bas puisque j’y serai dans quelques jours 😉
    A bientôt !
    Christophe

  • Anh dit :

    Je veux parler toute les langues d’Asie, découvrir leur savoir faire, préserver leur identité et leurs valeurs, et surtout travailler dans la créa à la haute joaillerie a hong kong pour wallace chan….continuer à créer,dessiner, penser, voyager, rêver et vivre ceux qui vaut le coup…

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *