Vie quotidienne
Une envie de fuir.
15 janvier 2013
69

Je ne l’ai pas dit (ou je ne me souviens pas de l’avoir écrit) mais j’ai fui la France pendant un mois, en avril dernier, car la campagne présidentielle me détruisait lentement. Je n’ai pas réfléchi, j’ai opté pour le Japon car j’étais sûr de ne rien comprendre, de ne rien pouvoir lire ou écouter sur place. Je voulais être loin. La violence montait de tous les côtés et les rhétoriques me donnaient envie de vomir (surtout celles d’un camp). A Tokyo, la campagne n’occupait aucun espace. C’était parfait.

Depuis quelques semaines, de nouveau, et suite à l’inaction ou la mollesse (d’un autre camp), la violence apparaît de nouveau dans mon champ de vision.

Je suis né homosexuel.
Je n’ai pas choisi.
J’ai mis des années avant de l’accepter, de m’accepter et de vivre avec.
Je n’en tire aucune joie, aucune tristesse. C’est juste moi.
je ne suis ni fier, ni honteux, juste je vis avec ma (petite) différence et les mêmes impôts, les mêmes cons, les mêmes douleurs amoureuses ou les mêmes joies amicales que vous.

J’ai une chance, cependant, j’habite à Paris, dans une grande ville, où l’homophobie ne se voit pas trop et j’évolue dans un milieu culturel et médiatique où ma “différence” est tolérée/intégrée/invisible.

Depuis quelques semaines, cependant, ce que je suis intrinsèquement me saute à la gueule : on me le balance, comme une tâche de naissance, comme une déviance ré-éducable. On me dit que je serais incapable d’élever un enfant (alors que de ma vie je n’ai jamais pensé à en avoir) et que la mariage est réservé aux hommes et aux femmes (faites comme vous l’entendez, je veux juste que mon partenaire ne soit pas exclu du débat si je me retrouve inconscient dans un lit), que mon amour est impur, mes instincts ceux d’un animal (je connais des chiens d’aveugles qui mériteraient plus de respect que des hommes ayant défilé dimanche, entre nous) et que, merci Gabrielle, je suis mal élevé.

Je tâche de penser à autre chose mais, finalement, lentement, chaque jour, vous me radicalisez un peu plus. A force de me taper dessus, de me stigmatiser, vous réveillez en moi les couleurs du drapeau (arc-en-ciel) et je me mets à chantonner l’hymne de mon peuple d’adoption (“I am what I am”). Pire que tout, ma colère monte, ma propre insécurité sur laquelle je travaillais tous les jours retrouve le chemin de ma bouche et de mes mots, ma tolérance s’amenuise et j’ai envie de vous cracher dessus, de vous ostraciser, de vous montrer du doigt en me moquant. De vous faire subir ce que j’ai subi, ado. Plus vous enfoncez ma tête dans l’eau et plus elle se redresse entre deux inspirations pour vous cracher à la gueule mon mépris de petite pédale. La façon dont vous m’imaginez me fait frémir de dégout. Vous ne savez rien de ma vie, rien.

Quel échec, quel échec.
Cette loi va passer. Mollement.
Mais elle passera.
Les traces qu’elle laissera dans ma perception de la France, par contre, ne disparaitront pas.

Si je pouvais, je fuirais, loin, de nouveau. Là. Merci, Kenza.

Edit 1) Mes prochaines vacances sont prévues en Aout.
Edit 2) Merci à tous ces hétérosexuels anonymes ou pas qui sont là et qui me confient être aussi désemparés devant tant de…

About author

Related items

/ You may check this items as well

Capture d’écran 2018-01-04 à 17.28.06

C’est une belle journée, je vais me coucher.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_0103

2017 c’est (presque) fini

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Fichier_002

Les jours & les mois

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 69 comments

  • Erwan dit :

    Je ne suis pas parti au Japon, mais les sentiments sont les mêmes. Exactement.

  • vinsh dit :

    Mollement, oui, c’est ça. La loi va passer, mollement, avec la ferveur tiède de défenseurs qui n’auront de cesse de rassurer leurs adversaires en leur promettant que cette fois, c’est bon, c’est le dernier truc qu’on leur accorde, aux pédés, promis la PMA et la GPA n’ont rien à voir avec tout ça. Hypocrites. Couilles molles.

  • Nico dit :

    Énorme. Tellement ce que je ressens. Merci.

  • Todac dit :

    Tout pareil William. Malheureusement.

  • kangourourou dit :

    Au mot près ce que j’ai ressenti dimanche, quand j’ai croisé cette manif immonde qui passait près de chez moi. Impression de saturation absolue, de plus en plus de mal à prendre du recul, sentir la raison s’éloigner et l’instinct de défense violente monter, borderline sur l’envie de me radicaliser dans les propos. C’est la première fois je crois que je me sens autant attaqué, de moins en moins capable de débattre sur le sujet sans virer catégorique et accepter une opinion divergente. Il est temps que ce débat puant s’arrête et qu’on passe à autre chose, vraiment.

  • FilGB dit :

    Si ça peut vous rassurer, nombre d’hétéros comme moi ont aussi mal à leur France 🙁
    Ces débats me donnent envie de vomir.

  • Myriam dit :

    Un petit rien, en passant. Et qui ne sent pas le poney.
    Sans ton texte je n’y aurais pas pensé, pas trouvé l’occasion de t’envoyer un peu de chaud dans ce froid qu’ils installent. Cela ne compensera pas, ça s’ajoutera peut-être. Un peu de bien à côté du mal qu’ils te font.
    Une occasion, un prétexte, une opportunité de te (re)dire que je t’aime tel que tu es, dans ta différence, avec tes différences, toi William. Comme un signe de respect accroché à une bise tendre.

  • Félicia dit :

    Pareil, hétéro mais envie de vomir à entendre les horreurs de ces “gens bien élevés”. Autant de haine déversée, ça fait mal.

  • Tinange dit :

    “Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît.”
    Tout est dit.

    Je ne vois pas pourquoi les personnes ayant une orientation sexuelle différente ne pourraient pas se marier, ni même élever un enfant. Depuis que j’ai un enfant, j’ai beaucoup de mal à supporter l’idée que plein de mômes à la DASS manquent d’amour. L’adoption devrait être facilitée, y compris pour les “gays”.

    Il est temps que la France bouge un peu !

    Je ne comprends pas cette manif. Je n’en vois même pas le sens…

  • Emmanuel dit :

    Un hétéro de plus avec toi, et crois moi on est nombreux 🙂

  • Cathclaire dit :

    Je suis catastrophée moi aussi par ce discours haineux qui fait ressortir des clichés réactionnaires et stupides.
    Bon courage pour passer cette période difficile, la France n’est plus très belle en ce moment.

  • Marion dit :

    Je suis désolée face à cette France qui défile, à ces enfants qui répètent les mots haineux de leurs parents, à cette population qu’on exclue et insulte.
    Je n’ai pas choisi d’être hétérosexuelle, pas choisi de pouvoir me marier sans demander 17 permissions et devoir me justifier sans cesse, pas choisi de pouvoir donner naissance à ma fille. Mais je choisis de dire que tout le monde devrait avoir le droit d’avoir ces droits. Et je choisis simplement d’appliquer notre devise républicaine que certains être bien-pensants ont tendance à oublier ces derniers temps.
    Vivement que cette loi passe, plus les jours passent, plus le gouvernement va devoir tenter de réparer rapidement le mal qui est fait aux femmes et hommes homosexuels. Pourvu qu’il soit à la hauteur.

  • Mère Bordel dit :

    Hétéro, mère et ancienne infirmière puéricultrice, triplement attérée. J’ai fui les réseaux sociaux ces jours-ci comme tu t’es réfugié il y a quelques mois au Japon.

    Ne laisse pas quelques obtus cacher la forêt de tous ceux qui soutiennent activement, profondément, intensément l’égalité pour tous, l’amour et la tolérance.

    De tous ceux qui élèvent leurs enfants avec ces valeurs.

    Un baiser sur ton front.

  • Gwen dit :

    J’ai pas choisi d’etre hétéro, je suis née comme ça.
    Fille, femme, mère, hétérosexuelle donc (puisqu’il faut parait il se ranger dans des cases), vivant en concubinage, non mariée.
    Mais je pourrai l’être si je le voulais.
    Je trouve simplement juste que ce droit soit accordé a tous et toutes ceux qui le veulent, le désirent, le souhaitent.
    Cette bêtise ambiante, cet obscurantisme, cette intolérance de grenouille de bénitier me dégoutent et me révulsent.
    Accroche toi Will, ils ne méritent pas de te faire sentir comme ça.
    Gwen

  • Marcos dit :

    En tant que jeune (et hétéro puisque ce drame m’oblige à le préciser.) amant de la liberté de chacun je suis on ne peut plus choqué de voir qu’en 2013 la société refuse encore de comprendre que l’Homme est égal aux autres sous toutes ces coutures. La sexualité, la race, les différences… Toujours les mêmes débats, toujours les mêmes erreurs.
    Ces gens-là ont-ils d’autres arguments que ce pseudo “bon sens naturel” inexistant ou des propos spirituels totalement dépassés?
    Je suis profondément choqué de voir que tant de gens n’arrivent pas à intégrer la tolérance et l’égalité dans leurs esprits etriqués.
    Tu ne dois pas fuir, mais te battre pour tes droits. Car toi aussi tu es un être humain, comme les autres.

  • Vannina dit :

    Hetero aussi et consternée par la bêtise de tous ces gens surtout que ça va rien changer pour eux,j’ai du mal à comprendre qu’on aille manifester pour (ou plutôt contre) des choses qui ne nous concernent pas alors que ça peut donner des droits légitimes à une partie de la population qui en est privée.

  • stephane dit :

    salut William , je t avoue avoir suivi de très loin ce débat qui vole à ras les pâquerettes , car c est tout ce qu il est et qu il m inspire, affligeant !!!! cela permet de bien diviser les gens et faire régner la bêtise et ne pas rester concentrer sur les problèmes cruciaux que vis notre société aujourd’hui hui , mais je ne t apprend rien ….. cela dit en ce qui te concerne , ne t abaisse pas a cette bêtise ambiante qui ne fait que du mal et ne te grandis aucunement , extirpe toi de ce débat qui malgré tout te concerne , les gens ont toujours eu beaucoup de mal a changer , puisque c est synonyme de peur , mais ne te laisse pas aller à autant de bassesse , cela leur fait trop plaisir , car cela leurs donnent une excuse de plus pour se battre contre ce projet qui n a pas vraiment lieu d être , un peu comme cette histoire de foulard sur la tête des musulmans, tout le tollé qui il y a eu autour et toutes les passions que cela a déclenché !!!! de la bêtises confronté a elle même …. sois plus fort que cela , à bientôt .

  • Alice dit :

    Oui et moi je pense aussi aux enfants ayant des parents homosexuels, qui sont niés dans l’affaire et pour lesquels tout ça doit être difficile à vivre, ainsi qu’à leurs parents.
    Toute cette merde m’attriste vraiment.

  • Chloé dit :

    C’est si bien dit.
    Ce témoignage me renvoie à mes propres sentiments, à mon dégoût de la haine, mais aussi de la discrimination positive qui, plus insidieuse, plus “bobo”, stigmatise aussi tellement… Être homosexuel ça n’est pas “bien”. Ça n’est pas “cool”, ce n’est pas “mal” non plus d’ailleurs. C’est une sexualité, mais surtout c’est un amour. A force de ne voir dans “homosexualité” que le mot “sexualité”, les gens oublient qu’il s’agit avant tout d’une chose : on a tous (du moins je l’espère car je le souhaite à tous) eu un jour le cœur qui explose à la vue d’une personne, à sa pensée. Et il peut arriver que cette personne soit du même sexe que soi. Et malheureusement il peut arriver que cette “stigmatisation” dont tu parles, nous dise que c’est “dégueulasse”, “impropre”, “bizarre” d’aimer. Tout est ramené au sexe… Mais si un homme et une femme peuvent faire un enfant par hasard, ça me parait délicat pour deux personnes du même sexe. Et ce qui me fait pleurer en silence, sans haine, c’est que s’il a été apparemment difficile pour beaucoup de comprendre que l’homosexualité n’est pas qu’une affaire de sexe, là c’était l’occasion de le comprendre. Car il n’y a pas de sexe dans cette histoire. Il n’y a que de l’amour. Ce combat ne parle même pas du droit de recevoir quoi que ce soit. C’est un combat pour le droit de donner.

  • Robert Salmerde dit :

    Putain mais vos gueules tas d’invertis, dans une société ancienne on vous aurait noyés dans un marais (fait cocasse!) alors arrêtez de chialer comme les pédales que vous êtes!

    Si vous voulez réellement être comme tout un chacun et cultiver votre pseudo-tolérance, acceptez qu’une partie de la population ne vous aime pas. C’est dingue! Vous devenez chaque jour un peu plus abrutis et finirez par ressembler à ces putes fascistes d’antiracistes!

    • leducdeguermantes@yahoo.fr dit :

      – Que répondre à ça mon cher Palamède ?

      – Mon cher frère, j’hume à plein nez sous ces relents immondes de propos dignes de l”Action Française, une inversion honteuse de ce Robert Salmerde qui n’est pas assumée…

      – crois tu ?

      – Bien sur Basin ,laisse-moi ce petit Salmerde moi quelques instants et il deviendra tout roucoulant. Une vraie petite belcrotte !

  • Antire dit :

    Avez-vous remarqué cette manière qu’ont certains de préciser dans leurs commentaires qu’ils sont hétérosexuels (ou homosexuels (mais pas bisexuels, semble-t-il, ces pauvres bisexuels, il est vrai, sont souvent mal vus dans la ‘‘communauté’’ des homosexuels…)) ? Pourquoi cette précision ? En quoi est-elle pertinente, nécessaire ? Le communautarisme semble être désormais solidement installé dans les cerveaux. Je me plierai donc moi aussi à cet usage en précisant que je suis homosexuel, mais en ajoutant toutefois que si je n’ai certes pas choisi la nature de mes penchants, j’ai bel ai bien choisi de les suivre dans mes pratiques sentimentale et sexuelle ! Après tout, j’aurais pu, malgré mes penchants, ne coucher qu’avec des personnes de l’autre sexe ! Cela m’est d’ailleurs arrivé, par curiosité, ou par désir, même, mais jamais par honte, ou par souci de me faire passer pour hétérosexuel. Peut-être étais-je bisexuel, à une époque, je ne sais. Un point m’étonne, dans votre, texte, William. Vous écrivez qu’on vous dit que vous seriez incapable d’élever un enfant (alors que de votre vie vous n’avez jamais pensé à en avoir). Mais dans ce cas, pourquoi vous sentez-vous si personnellement, si intimement visé par les manifestations anti-mariage (et surtout anti-adoption). N’est-ce pas que, veuillez m’excuser d’être si direct, quelque chose en vous vous fait vous sentir personnellement visé, et peut-être même intrinsèquement victime ? Pour ma part, bien qu’étant homosexuel, je le répète, j’ai le plus grand mal à me sentir concerné par ces débats sur le mariage et l’adoption. Je ne dis pas que je ne suis pas un peu heurté par la manifestation des anti, mais je n’en suis pas blessé (et, soit dit en passant, moi qui vit dans une ville de province très semblable à celle dont vous êtes originaire, et d’ailleurs assez proche géographiquement (je vis à Mont-de-Marsan), je ne ressens que très peu les manifestations de l’homophobie) J’arrive très naturellement à faire la distinction entre mon orientation, mes pratiques sexuelles d’une part, et d’autre part mes idées sur les êtres, la société, le monde. Pour le dire autrement, bien qu’homosexuel, je me sens très détaché de ce que vous me permettrez d’appeler (peut-être un peu vite, mais par commodité) la communauté homosexuelle. Je la fréquente occasionnellement, bien sûr, mais je suis presque toujours indifférent à ses injonctions, ses pleurnicheries ou ses extravagances. Si j’évoque la communauté homosexuelle, c’est pour en revenir à cette faiblesse qu’il semble y avoir en vous, et qui vous fait vous sentir visé, victime. Le plus simple, serait d’expliquer cette faiblesse par l’expérience : dans le passé, vous avez beaucoup souffert des a priori, des idées reçues, de la bêtise, de la violence de ce qu’on pourrait appeler de nos jours la ‘‘communauté hétérosexuelle’’, mais qui n’était au fond que la vieille société patriarcale (pour le dire vite, là encore). Mais vous dites-vous-même qu’ayant beaucoup travaillé sur vous, vous vous étiez largement émancipé, libéré. Je voudrais donc faire cette hypothèse : et s’il fallait plutôt expliquer le réveil de votre blessure, non plus par les mêmes causes (la pression sociale du milieu hétérosexuel), mais par une espèce de nouveau surmoi, qui serait celui qu’imposerait désormais aux homosexuels la communauté homosexuelle ? Cette communauté a un certain nombre de revendication que feraient leurs la plupart des homosexuels, par un phénomène que je ne sais pas trop expliquer, mais qui s’apparenterait au surmoi. Ce serait cette nouvelle instance, contre laquelle s’érige une autre communauté, qui ferait se rouvrir votre blessure. Beau paradoxe, vous seriez blessé parce qu’une force (les anti mariage) œuvrerait à vous empêcher de vous soumettre à ce surmoi ! Mais cette blessure n’est peut-être plus la vôtre. Ce n’est pas votre désir que d’avoir des enfants, mais celui de la dite communauté homosexuelle… De même qu’un non arabe ne peut pas réduire un arabe à l’idée qu’il se fait de la communauté arabe (ce serait du racisme) ; de même qu’un arabe lui non plus ne peut pas se réduire lui-même à l’idée qu’on se fait ou qu’il se fait de sa propre communauté ; de même, les homosexuels sont des êtres libres : non seulement ils se sont guéris de la blessure infligée par un monde impérieusement hétérosexuel, mais encore n’ont-ils pas à se soumettre au mode de pensée de ce qui serait leur communauté. Il n’y a rien de bon dans ce communautarisme-là. Peut-être sommes-nous arrivés à un stade de l’évolution de notre société où le communautarisme homosexuel fait désormais plus de mal que de bien (il en a fait aussi bien évidemment beaucoup) aux homosexuels. Tout cela n’est qu’une hypothèse, et les causes de votre blessure sont peut-être tout autres. Mais je vous repose cette question : pourquoi vous sentez-vous visé, si vous ne voulez pas avoir d’enfant ?

  • Babette dit :

    Ce billet est magnifique !
    Je n’ai pas choisi d’être droitière, hétéro et de mesurer 1m62 . J’ai subi un sexisme modéré jusqu’à présent, loin des réflexions immondes que je vous imagine avoir entendues, et j’ai la chance de vivre dans un pays où les femmes ne sont pas cachées dans du noir comme en Arabie Saoudite.
    Cette manif est l’Arabie Saoudite des couples et des familles vivant avec des couples homosexuels.
    Je n’arrête pas de me dire : mais qu’est ce que ça peut leur FOUTRE qui se marie avec qui… Je ne comprends tellement pas…
    D’ailleurs moi, je vis avec le père de mes enfants mais j’ai choisi de ne pas me marier, jamais. On devrait tous avoir le droit de faire ce genre de choix, tous avoir le droit de ne pas être contraints et forcés de se replier sur une communauté.
    Je nous espère plus nombreux que ces gens qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas.

    • toto dit :

      Ce n’est pas la question du mariage qui pose problème mais l’adoption/GPA/PMA.

    • AdC dit :

      Les gens se mèlent tout à fait de ce qui les regarde : les enfants. Toto a raison. Je suis certain que la très grande majorité des français est pour l’union civile (arretez avec l’homophobie). J’ai défilé (avec les réactionnaires fascistes homophobes intégristes ringards haineux etc, donc) pour l’union civile, contre la PMA, contre la GPA qui en découle de fait. Vous êtes prète à “louer” votre ventre Babette ? L’enfant qui va naître ne sera pas “un peu” le votre ? Que les gays pensent eux aussi aux enfants : Pas de droit à l’enfant ! Les droits de l’enfant !

  • Mike dit :

    Me suis retrouvé par hasard dans la manif. Gros malaise devant tant de gens aussi ridicules. C’était à peu près aussi affligeant que le commentaire de Robert Salmerde. Des bises. Mike

  • Mike dit :

    (On voulait visiter les catacombes à Denfert qui se trouvait être un lieu de rassemblement. Je précise au cas où :))

  • Sofy dit :

    Pour faire suite au commentaire précédent, je pense que ceux qui ont précisé être hétéros dans les commentaires, c’est juste une façon de dire que, même s’ils ne sont pas DIRECTEMENT visés par ce qui blesse William, ils s’en sentent tout autant meurtris. C’est en tout cas ce que moi je ressens et c’est donc l’interprétation que j’ai faite des précisions d’hétérosexualité dans les commentaires précédents.
    Moi aussi j’ai la nausée devant tant de mensonges proférés, tant d’intolérance décomplexée (pour rester dans le champ lexical), tant de mépris (le texte sur “les gens bien élevés” est la poule puante sur le tas d’ordures…)… Mais là où mon avis diverge, c’est que ça m’embêterait franchement de laisser la France à ces personnes-là. J’aime ce pays et sa devise et souhaite qu’elle reprenne tout son sens. Alors pourquoi eux n’iraient pas voir ailleurs, si “la nature” est mieux respectée ? La lecture des quelques commentaires ici m’autorisent à y rêver et franchement par les temps qui courent ce n’était pas gagné.
    Merci à William d’avoir provoqué ça et aux autres pour leur humanité

  • Babette dit :

    Je n’avais pas vu le commentaire du bien nommé Robert Salmerde.
    Alors moi je vais le traiter de gros/grand/petit/gaucher/maigre/gros nez/sale brun-blond-rouquin etc et il devra accepter que je ne l’aime pas. Mais qu’il se rassure, contrairement à lui, ce n’est pas à cause de ça que je ne l’aime pas…

  • T3kr0m dit :

    Et bien il semble que j’aille à contre courant mais je suis contre le mariage homosexuel et encore plus contre la PMA et l’adoption.

    Ceci dit, ça n’excuse pas du tout le comportement que certaines personnes ont pu avoir à votre égard. Je pense qu’il faut voir les choses du côté inverse, un petit groupe de lobbying tente de faire passer une loi par la force et ça ne plait pas. Ce qui vous semble passer mollement est en fait un coup de force assez honteux reposant sur les axiomes vous avez voté pour moi donc je fais mon programme ( dommage que personne le lise et que beaucoup ait voté anti sarkozy ), être contre le mariage pour tous ou l’adoption ou la PMA c’est être homophobe.

    Vous n’avez probablement rien à voir là dedans, cette loi ne vous concerne que très peu mais pour certains c’est une destruction de leur repère et ça ne passe pas. Qui plus est historiquement, le PACS avait été créé avec à l’époque l’assurance que jamais il n’y aurait de mariage homosexuel. Rétrospectivement j’aurais tendance à dire que c’est une bonne chose puisque le PACS est pratique par bien des aspects ( et pas que pour les homosexuels ), l’élargir aurait été plus intelligent et certainement moins clivant que s’attaquer au mariage civil qui a, avant toute chose, le but de mettre en avant la filiation.

    Bref, tout cela pour dire que … Désolé pour vous et bon courage.

    • Sofy dit :

      @T3kr0m
      “Qui plus est historiquement, le PACS avait été créé avec à l’époque l’assurance que jamais il n’y aurait de mariage homosexuel.” Doublement étonnant comme argument.
      D’abord, je ne me souviens pas avoir entendu cette promesse lors de la création du PACS et puis…
      Historiquement, la peine de mort était encore en vigueur en France
      Historiquement, l’IVG était interdite
      Historiquement, les femmes n’avaient pas le droit de vote
      Historiquement, les seigneurs avaient des vassaux…
      etc
      Quant au mariage qui a pour but de “mettre en avant la filiation”, c’est justement de cela qu’on parle aussi : êtes vous au courant qu’aujourd’hui et depuis des années, des enfants sont élevés par des couples homosexuels… et que si par malheur le parent officiel, qu’il soit biologique ou adoptant, décède, l’autre n’a aucun droit ni aucune reconnaissance concernant les enfants qu’il a passé 1, 5, 10 ou 20 ans à élever et à chérir ?
      Si vous trouvez ça normal et juste, alors votre position est la bonne… Sinon, essayez d’y réfléchir encore un peu au lieu de craindre pour “la perte des repères” de tout un tas d’adultes que cette loi ne concernera même pas.

  • Cécile - Une quadra dit :

    Dimanche j’ai déconnecté de twitter, chaine infos, JT et autre source d’info car vraiment ça ne passait pas, je n’arrivais pas à supporter tant de hargne, incompréhension, haine et connerie contre des gens comme nous tous.
    Contre mes amis, mon collègues, mes copains et copines, qui sous prétexte qu’ils aiment une personne de leur sexe deviennent des rebuts de la société à qui on doit refuser un droit, pour qui il faudrait éventuellement aménager un truc déjà existant et récent mais surtout pas toucher à une “institution”, qui seraient incapables d’élever, éduquer choyer un ou des enfants, qui seraient notre future perte et seraient capables de polluer toute notre société.
    Mais ont ils pensés qu’un jour peut être un de leurs enfants qui était sur la manif reviendra en leur disant papa maman je vous présente X et on s’aime, si ils l’ont sans doute imaginé, mais avec la présentation d’une personne du sexe opposée, et si… Ces gens là ont ils pensé au fait que des couple homos durables il y en a bien plus qu’on ne croit, que des couples homo auraient bien besoin de pouvoir se protéger d’une situation précaire en cas de décès ou départ de l’autre sans pour autant avoir à débourser du fric en plus chez le notaire, à avoir des frais lourds à régler malgré tout etc, que des familles homo parentales ça existe et depuis pas mal de temps, des hétéros forcés, qui se sont reproduits, se sont rendu compte de la fausse route et sont devenus homos se retrouvent avec des enfants à gérer, des couples homos, principalement de filles, ont leurs enfants par insémination artificielle artisanale ou pratiquée à l’étranger, que l’adoption n’étant pas interdite aux célibataires il y a eu parfois quelques arrangements avec les textes et mon dieu ce célibataire (personne non mariée entre autre) était en fait homo, laissons le élever son enfant maintenant que l’adoption a été prononcée, mais en cas de séparation du couple, du décès de l’adoptant que devient l’autre ? il y a des risques qu’il soit traité comme un inconnu, un intrus par le reste de la famille qui aura tous les pouvoirs sur l’enfant puisque la loi l’y autorise, est ce que c’est vraiment mieux que de permettre à l’autre membre du couple de poursuivre seul l’éducation de l’enfant, d’avoir un droit de garde ou de visite régulier pour ne pas couper le lien, tout comme pour ces braves gens aujourd’hui mariés qui ont divorcé et font au mieux pour leurs enfants, bref de quel droit oublie t on une partie de la population la renie t on ?
    Oui ça me donne envie de vomir tout ça, parfois même ça me file des envies de violence physique à leur encontre, donc comme je ne souhaite pas entrer dans un combat stérile, un énervement démesuré et préjudiciable je déconnecte.
    Cependant le 27 je serai sur le pavé pour aller leur rendre la pareil, oui c’est probablement enfantin, puéril, mais un peu ras le bol qu’on entende surtout parler d’eux depuis que ce projet a été lancé, que des comportement perdus de vue depuis plusieurs années resurgissent, qu’une homophobie latente, difficilement contenue par la loi ressorte de plus belle, impunément, de façon éclatante ou larvée.
    Je me met à la place des jeunes homos, qui doutent encore, viennent de comprendre qui ils sont, ne se sont pas construit de carapace pour faire face à une certaine adversité, qui sont encore “tendre” ça doit être parfaitement affreux et destructeur ce genre de chose.
    Et sinon que suis je ? J’en sais trop rien, une amoureuse sans doute, j’ai aimé une femme pendant des années puis j’ai aimé un mec plus tard et comme c’était possible et facile on s’est marié et on s’est reproduit, mais je ne sais ce qui peut se passer dans les années à venir, l’amour est parfois surprenant et ne se trouve pas toujours là ou on croirait.

  • marie dit :

    Comme je partage ce que vous écrivez…
    Je ne suis pas homosexuelle mais je ne comprends pas tous ces gens qui manifestent pour interdirent le mariage pour tous: mais qui ils sont pour s’opposer à ça?

    J’essaye dès que je peux de faire comprendre aux gens que ce n’est pas une maladie, qu’on ne “choisit pas” d’être homo ou d’être hétéro;
    Et quand on voit la façon dont certains couples hétéro élèvent leurs enfants, on pourrait se poser la question: pourquoi tous les couples hétéro ont-ils le droit d’avoir des enfants?

    Ca me révolte de voir tous ces gens qui ont manifesté dimanche….

    Sinon j’adore votre blog, j’adore vous lire alors continuez!
    marie

  • AdC dit :

    Ne nous plaçons pas dans l’excès caricatural paranoïaque. J’ai manifesté dimanche. Ma position est claire : je suis pour l’union civile, pour l’adoption (faux débat), viscéralement contre la PMA et la GPA. On ne loue pas un ventre de femme. Le “droit à l’enfant” est une honte.
    Toutes les personnes qui m’accompagnaient partagent cette position.
    Nous savons très bien que la loi va passer, et cela me convient. L’objectif de notre présence était de garder le mieux, et d’éliminer le pire.
    Ce que je regrette profondément, c’est la façon dont le gouvernement a mené son projet, et les conséquence grâves qui en découlent. Je n’ai jamais vu autant de propos odieusement homophobes. Je n’ai jamais vu de propos si odieusement “hétérophobes”. Mot qu’il convient de faire entrer au dictionnaire. J’ai vu apparaître, effaré, un intégrisme gay, anticlérical et fascisant, aussi nauséabond que tous les autres intégrismes. (ne lisez pas que ce qui vous arrange)
    Il est temps que les personnes de bonne volonté, dans les deux camps, se tendent la main.

  • Alix dit :

    Bonjour,

    Je n’ai pas manifesté dimanche, mais je ne pense pas que ce projet de modification du mariage soit une bonne idée. Cela remet en cause pas mal de choses dans le code civil, et les impacts n’ont pas été étudiés. Alors qu’il serait tellement plus simple de modifier le pacs. Et je trouve que dans cette guerre d’adultes, on n’entend pas parler du point de vue de l’enfant, qui est le principal intéressé. C’est très dommage.

  • leducdeguermantes@yahoo.fr dit :

    – et toi, mon bon Palamède, Baron de Charlus qu’en penses tu ?

    – Un mariage entre hommes ?…. Ahahaha !!!
    quelle abjection nauséabonde. Et pourquoi pas une femme présidente du Conseil tant qu’on y est !

    – Allons, allons, Palamède. Ce petit Morel n’aimerais tu pas l’épouser ?

    – Mon cher frère, …il faudrait qu’il me le demande à genoux !

  • sofia dit :

    “Liberté, Egalité et Fraternité”
    Voilà en quoi j’essaye de me raccrocher à chaque fois que des membres de la société française font l’éloge d’idéologies d’arrière garde!
    Oui nous tous, nous avons le droit de penser ce que nous voulons, mais nous devons laisser l’espace de liberté nécessaire à l’expression des opinions des autres mais il y a des règles à respecter… Comme par exemple, quelqu’un ne connaissant pas l’énorme différence entre “Homosexuel” et “Pédophile” doit être traité avec impartialité et égalité par la justice.
    C’est à dire que si je profère des insultes, des diffamations sur la place publique (Trocadéro au hasard) ou des propos pouvant blesser l’intégrité morale (ou par ricoché physique) je m’attends à être poursuivie et jugée par mes pairs…
    Et là tous les propos infâmes et autres banderoles obscènes de Dimanche ne vont pas déclencher de procédures ?
    Non mais NON quoi, ce n’est pas possible de laisser passer cela!!!
    Ma colère ne fait sans doute pas avancer le débat ni ici ni ailleurs, elle peut même empêcher que je sois bien comprise par mes interlocuteurs. Mais voilà je ne supporterai jamais l’injustice et là c’est un flagrant délit, les couples/familles fondés par des personnes homosexuelles sont heureux avec ou sans le mariage, mais cette loi assure que leur situation civile est respectée et protégée par la justice civile française. Est-ce vraiment si bizarre comme désir pour un adulte de vouloir être un membre à part entière de cette société ?
    Rien ne me choque là, je dirais même qu’il s’agit d’une démarche dès plus responsable pour prendre soin de ses proches.

    Pour finir juste des paroles de Dalida (parce qu’elle a toujours raison):

    “Si la France se mariait avec elle-même
    Si un jour elle se disait enfin je t’aime
    Elle inventerait la ronde qui épouserait le monde…”

  • Cécile - Une quadra dit :

    Oui les gens sont “favorables” à une union civile mais au rabais qui n’accorde pas les même droit que celle des heteros, donc continue de marginaliser et créer des situations bancales,
    il faut se réveiller les couples homos avec enfants ça existe dans els faits et depuis longtemps, et ça continuera d’exister c’est comme ça, il faut faire en sorte que ces enfants là aussi soient protégés des aléas de la vie des adultes qui les entourent, tout comme ceux des hétéros.
    Pour la PMa si elle ne passe pas dans ce texte ni dans le suivant qui soit disant est en préparation ça sera une fois de plus la discrimination par le fric qui aura gagné, parce que les couples avec suffisamment de moyens iront en Espagne ou en Belgique et paieront le prix.
    Pour la GPA elle est interdite pour les heteros et les homos ne la réclament pas en ouverture donc basta ce n’est pas le sujet, d’ailleurs il n’en a jamais été question dans aucun texte parlant du mariage civil élargit aux homos

    • AdC dit :

      Vous êtes d’une naïveté. La PMA non plus n’était pas dans le projet. La GPA s’imposera, puisque les couples d’hommes réclameront “l’égalité”. Egalité du droit à l’enfant ! Le mieux serait de créer dès maintenant un site WEB pour acheter les enfants et les ventres des femmes : ebaby.com ?

    • Cécile - Une quadra dit :

      Oui mais la PMA est autorisée aux couple hétéros pas la GPA, ne pas confondre les deux.

    • AdC dit :

      Cécile, je respecte tout à fait votre position. La PMA fait partie du débat, car le gouvernement veut la présenter au parlement à terme. La PMA est destinée aux couples hétérosexuels ayant des problèmes d’ordre médical. L’homosexualité n’est pas une maladie. En se basant sur l’égalité révendiquée par les pro-mariages, si on autorise la PMA aux couples féminins, il faudra autoriser la GPA aux couples masculins. Je repose donc ma question, cela ne vous pose pas de problème que des femmes soient louées pour porter des enfants ? (en re-précisant que j’ai manifesté, que je suis pour l’union civile et l’adoption, contre la PMA et la GPA) (désolé William de cette conversation dans la conversation).

    • Cécile - Une quadra dit :

      L’égalité de traitement demandée est entre les couples homos et les couples heteros et nullement entre lesbiens et gay, tout comme pour certains couples heteros il ne reste que l’adoption comme solution dans une partie des cas.

      Quand à la PMA est pour les couple ayant des difficultés de conception, par uniquement médicales, la majorité des obstétriciens le diront une grand partie des troubles de la conception n’ont pas d’origines médicalement identifiées.

      Pour la GPA ou “location d’uterus” je ne suis ni farouchement pour, ni farouchement opposée, tout dépend les conditions dans lesquelles cela se passe. Mais ne fantasmons pas pas le comité d’éthique a toujours refusé ce service aux couples heteros qui l’avaient demandé à une période, pour pallier certaines situations médicales bien particulières, gageons qu’il n’est pas prêt de changer d’avis qui plus est pour les couples homos.

      Cependant/pourtant si on pousse la réflexion jusqu’aux limites ça serait une solutions qui pourrait être plus acceptable pour certains des manifestants puisque cela permettrait, si les contrats sont prévus pour, à l’enfant de connaitre sa mère biologique et même cela lui donnerai la possibilité éventuellement d’avoir des contacts avec elle, donc père et mère identifiés, image maternelle etc… tout bénéfice par rapport à l’adoption non ?

    • AdC dit :

      Evidemment, nous ne sommes pas en phase, mais j’apprécie votre argumentation. Nous ne sommes pas d’accord, car pour moi le corps humain est en quelque sorte “sacré” (je suis évidemment contre la peine de mort, la prostitution, logiquement la GPA…) mais je vous reconnais des arguments qui prêtent à réflexion. Donc merci Cécile, cela me change des “ringard homophobe réactionnaire fasciste” 🙂 et démontre peut-être qu’une partie des manifestants (pour moi, la très grande majorité) n’est par forcément si détestable, qu’elle se pose des questions très tournée vers les enfants, et a des positions qui n’ont rien à voir avec une quelconque homophobie.

  • aurelie dit :

    un texte de toi est affiché devant mon bureau, je le lis et le relis souvent, le connaissant quasi par coeur. Il me guide dans mon quotidien.
    Le texte que je lis aujourd’hui, voila c’est tout ce que je pense et que j’aurai aimé écrire… alors je vais le partager sur mon mur et fatiguer un peu plus mes contacts, moi aussi je me radicalise, je ne me connaissais pas ainsi ….

  • Karen dit :

    Pour ma part…bisexuelle, maman, divorcee deux fois, en couple avec un homme, et catholique pratiquante…et ce que je pratique le plus… La tolérance et le partage! Certes je ne me fais pas que des amis à l’église en prenant position en faveur du mariage pour tous (même s’ils ne connaissent rien de ma sexualité), mais tous ne sont pas farouchement opposés. Ce n’est pas le mariage religieux dont il est question, mais du mariage civile qui n’a pas de valeur au yeux de l’église… Les pères de mes enfants sont absent dans leur éducation, ne s’en préoccupent pas et ne les assument pas….mais ils sont très hétérosexuels, donc autorisés à être papas! Des tas de gays auraient été de meilleurs pères… Mes filles sont élevées dans la religion, la tolérance et le respect. Et je peux vous assurer que même ados, elles ont des amis gays au même titres que des amis heteros.
    J’ai le même sentiments de d’égouts que pendant les présidentielles qui m’ont tellement écœurée que je ne suis pas allé voter. Cette fois ce qui compte, c’est que mollement ou pas, cette loi passe, et vite!
    William, ne culpabilisez pas, vous nous apportez tellement avec vos livres, vos chronique et votre blog, chaque jours j’évolue un peu plus grâce à vos conseils… On vous aime pour ce que vous êtes, et tout ce qui en vous, fait ce que vous êtes….

  • Mickaël dit :

    Comme toujours, tu tapes là pile dans le mile. Rien à ajouter, si ce n’est bravo. Ne pas avoir peur des autres et du monde, c’est, je crois une des clés de départ.

  • Sandrine dit :

    Tout cette étroitesse d’esprit me fatigue et me répugne. Notre monde se modernise mais pas nos moeurs. C’en est désolant. Tous ces comportements sont primaires et idiots. Ma petite victoire? Inculquer des valeurs de tolérances et de non différenciation à ma fille. Après tout, l’important c’est l’amour. Qui avec qui…on s’en fout, non? Et puis tout le monde a le droit de s’unir…merde…pourquoi cela serait il réservé à certains et non d’autres?? Le plus écoeurant…sans doute ces amalgames ridicules. Bref, ce n’est pas bien réjouissant. Très beau billet comme toujours. Que j’aime vous lire depuis tant d’années.

  • Ditom dit :

    Juste merci.

  • véro dit :

    Cette mobilisation massive m’a effrayée.
    Cette terrible intolérance aussi.
    On a tous le droit d’aimer, on a tous le droit d’être heureux et quand on rencontre la personne qui nous fait vibrer peu importe ! Plus jeune plus âgée plus grande plus petite du même sexe ou pas…………
    L’essentiel c’est d’être heureux et de faire fi du regard et du jugement des soi-disant “bien-pensants”.
    Surtout ne fuis pas William!
    Thinking of U
    <3

  • CarnetsdeSeattle dit :

    Pareil. Sauf que je suis pas homo, mais pareil. A fond avec vous.

  • Lucie dit :

    Oui. Affligeant. :´(
    Vu d’ici, ce “débat” paraît tout autant surréaliste que vomitatoire.
    Ici, les homosexuels ont le droit de se marier et d’adopter des enfants depuis 2003.
    Ici ce n’est tout de même pas la Papouasie, mais un pays géographiquement et culturellement voisin du tien : la Belgique.

    Bien que je sache combien ça n’aide en rien… Je dépose ici tous mes voeux de courage, de sympathie, d’affection, de solidarité, de chaleur, pour toi William.
    J’aimerai pouvoir t’offrir un cocon tout doux, tout chaud, tout réparateur, où tu te réfugierais le temps que cette très méchante bourrasque s’apaise.
    Love.

  • Snail87 dit :

    Texte assez juste et émouvant, merci. La constitution de la personnalité d’un enfant et son épanouissement dépendent de tellement de facteurs autres que celui de l’orientation sexuelle de ses parents que bien malin serait celui pourrait conclure quoi que ce soit de discriminent et définitif à ce sujet. Je vous comprends, en ce moment, je pense vraiment que beaucoup d’homosexuels “morflent” et revivent leurs conditions d’ado dans une société bien pensante et sous le joug d’une religion qui aiguillonne le malin. Tout aussi préoccupant, en essayant d’avancer de “bons arguments” pour stigmatiser les couples homo, on se retrouve à entendre plein de discours syllogistiques qui remettent en cause le bien fondé de l’adoption tout court : N’adoptez surtout pas, votre enfant aura toutes les chances (oui, ils s’en réjouissent !) de présenter un déséquilibre affectif. J’aimerais bien savoir comme vivent les enfants d’adoptés (de parents hétéro) en ce moment mais, sans doute, pas très bien. Quand à tous les enfants élevés par des couples homo, ils n’ont plus qu’à se pendre tant on leur prédit de catastrophes et de malheurs. Les nombreuses réponses à ton billet, William, au delà du salut de la qualité de ton écrit, traduisent bien le malaise perçu par ton e-lectorat sur la clameur de la rue et l’homophobie ambiante larvée (vous savez toutes les interviews qui commencent pas “je suis suis pas homophobe” mais…).

  • Lola dit :

    Je n’arrive même plus à lire les commentaires tellement j’ai envie de ne rien savoir de ce débat. De ces échanges de coups bas, de ces vomissements de haine. Je comprends ton envie de fuir, William. Ces échanges sont l’occasion de faire remonter une vieille homophobie un peu mise en veilleuse jusqu’à il y a peu. Plus maintenant.
    Ces derniers temps, je ne regrette pas d’être loin de la France. J’aurais du mal à supporter.

  • Valérie de haute Savoie dit :

    Mais de quoi ont ils peur ces pov’couillons ?
    Un de mes cousins s’est marié il y a déjà quelques années avec son amoureux et notre famille a très bien supporté le choc.Personne ne s’est transformé en folle du désert, la famine et la maladie ne ce sont pas abattues sur nous, je n’ai pas eu une brusque poussée de barbe ni moustache…
    Vivement que cette loi soit votée, on s’en fou si cela est fait mollement, l’essentiel est qu’elle soit votée. Après tout, le bac une fois que tu l’as eu, on ne te demande plus si tu as eu avec mention bien ou assez bien non ?

  • Melanie dit :

    Très touchant. En tant qu’hétéro lambda, je te souhaite bon courage pour les jours à venir. Cette France là me fait froid dans le dos.

  • TheCélinette dit :

    A côté de ces intolérants, il y a aussi des milliers d’hétéro, qui ne sont sont jamais posé la question des choix sexuels de leurs amis. Parce que qu’un ami couche avec un homme ou une femme ça change quoi ? Rien.

    Il y a ces hétéros qui prennent aussi cette France rétrograde de plein fouet. Qui soutiennent leurs amis gays, par ce qu’ils refusent qu’ils soient traités comme des sous-citoyens.

    Quand j’étais enfant, on me disait la France est le pays des droits de l’homme. Aujourd’hui certains voudraient réécrire l’article premier de la DDDH de 1789 “Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits… SAUF TOI LA-BAS”

    Je pense à d’autre combat, que la France ne mène pas. Je pense à l’euthanasie. J’ai pu voir crever ma mère à petit feu mais si elle avait voulu abréger ses souffrances on lui aurait dit “c’est la vie ma petite dame, c’est l’cancer, c’est comme ça”

    Cette France me fait peur et je ne comprends pas comment nous en sommes arrivés là.

  • Pascale dit :

    Meurtrie de la même façon que toi…

  • Valvert dit :

    Tout a été (bien) dit ici… Mais au moins c’est fait.

    On a un vrai problème d’union dans ce pays. Quand on voudra bien s’accorder même les emmerdes paraîtront plus supportables. C’est possible, non ?

    #hug William

  • guignvry dit :

    Je ne l’ai pas dit (ou je ne me souviens pas de l’avoir écrit) mais j’ai eu honte d’être français pendant un mois, en avril dernier, car la campagne présidentielle me détruisait lentement.

    Depuis quelques semaines, de nouveau, et suite à l’inaction ou la mollesse (d’un autre camp), la violence apparaît de nouveau dans mon champ de vision.

    Je suis né hétérosexuel.
    Je n’ai pas choisi.
    J’ai mis des années avant de l’accepter, de m’accepter et de vivre avec.
    Je n’en tire aucune joie, aucune tristesse. C’est juste moi.
    je ne suis ni fier, ni honteux, juste je vis avec ma (petite) différence et les mêmes impôts, les mêmes cons, les mêmes douleurs amoureuses ou les mêmes joies amicales que vous.

    J’ai une chance, cependant, j’habite à Paris, dans une grande ville, où l’hétérophobie ne se voit pas trop et j’évolue dans un milieu culturel et médiatique où ma « différence » est tolérée/intégrée/invisible.

    Depuis quelques semaines, cependant, ce que je suis intrinsèquement me saute à la gueule : on me le balance, comme une tâche de naissance, comme une déviance ré-éducable. On ne m’a jamais dit que les homosexuels seraient incapable d’élever un enfant (et d’ailleurs très peu d’entre eux ont pensé à en avoir) et par contre on m’a dit que j’étais homophobe, et qu’il n’y avait pas d’autres solutions que de modifier le mariage pour que les homosexuels soient mieux protéger (il me semble que le PACS pourrait l’être, non? ), que je ne comprenais rien et que les enfants homosexuels de parents hétéro n’aurait jamais le droit d’aimer comme si le mariage donnait un droit à aimer !!

    Je tâche de penser à autre chose mais, finalement, lentement, chaque jour, vous me radicalisez un peu plus. A force de me taper dessus, de me stigmatiser, vous réveillez en moi les couleurs du drapeau (bleu ou rose) et je me mets à chantonner l’hymne de mon peuple . Pire que tout, ma colère monte, ma propre insécurité sur laquelle je travaillais tous les jours retrouve le chemin de ma bouche et de mes mots, ma tolérance s’amenuise mais je n’ai pas envie de vous cracher dessus, de vous ostraciser, de vous montrer du doigt en me moquant car je vous respecte. Par contre oui, j’ai envie de cracher sur le gouvernement qui fait la sourde oreille, de les montrer du doigt car il refuse le débat ! Plus vous enfoncez ma tête dans l’eau et plus elle se redresse entre deux inspirations pour me battre contre cette surdité. La façon dont vous m’imaginez me fait frémir de dégoût. Vous ne savez rien de ma vie, rien.

    Quel échec, quel échec.
    Cette loi va passer. Mollement.
    Mais elle passera et notre société continuera de s’écrouler au fur et à mesure.
    Les traces qu’elle laissera dans ma perception du gouvernement actuel, par contre, ne disparaîtront pas. Mais j’ai une lueur d’espoir qu’un jour la France se relèvera.

  • martin mary dit :

    stop, ne prenez rien au 1er degré, considérez vous comme au-dessus de tous ces apprioris, ces considérantions (sans considération) n’oubliez pas que dans cette foule, la plupart de ces gens sont radicaux, coincés et sans objectivité, catho , moralisateurs et sans intelligence… d’un autre temps…
    j’aurai apprécié une manifestation pour l’amour, sous toutes ces formes.. ou contre la violence faite aux femmes ou pour la reconnaissance du travail, contre le chômage, ou contre la société de consommation, contre le journalisme poubelle etc… mais non, les gens sont dehors, contre cune revendications des droits.. entre autre, le droit d’être libres…
    C’est un passage obligée, à chacun sa guerre, n’ayez honte de rien… même pas de ces gens.. de ces pauvres gens, car c’est là qu’est la pauvreté, celle de l’esprit..
    et vous.. continuez à avancer… vous le devez pour toute la jeunesse, celle qui vous succède…
    vive l’amour

  • Max Gilmour dit :

    Je ne suis pas consterné par la bêtise de ceux qui s’opposent.
    Il faut être plus philosophe que vous ne l’êtes.

    Il y a toujours des gens qui disent non, qui disent non à tout, il faut surtout les laisser dire non, c’est aussi leur droit car ils n’ont pas toujours toutes les cartes en main pour comprendre. Ils disent non à l’abolition de la peine de mort, non aux congés payés, non au vote des femmes, non à la majorité à 18 ans, non à l’IVG, non au port du voile, non à l’interdiction du port du voile, non à Internet, non à Facebook, non à Twitter, non aux SMS, non au mobile. Non.

    Mais comme au final ils se laissent convaincre, il faut faire doucement, expliquer, ré-expliquer, doucement, tranquillement, sinon, on les braque. La loi va passer et puis voilà, mais il faut les laisser dire non, ça leur fait du bien.

    Et surtout, ne rien confier aux politiques, ils transforment tout en caca.

  • laurence dit :

    J’ai juste honte … mais honte de tous ces pauvres ignares sclerosés et si sûrs de leurs “bons droits”… et on se dit évolués… quelle horreur, toute une bande de dégénérés, oui ! alors plein de hugs pour toi et pour les autres, William. C’est bizarre ils ne sont pas contre l’adoption d’un enfant qu’on va chercher (acheter ?) à des milliers de kilomètres ou de la pma pour des hétéros, mais pour des homos, oui ? mais à quel titre … je suis découragée (et hétéro puisque le hasard l’a choisi)

  • René Roch dit :

    Il y a dix ans, le plus haut tribunal canadien a déterminé que tous avaient droit au mariage pour la simple raison qu’au fondement dans sa constitution, il y a le principe que tous sont égaux. Point, c’est tout. Qu’est-ce qu’on ne comprend pas là-dedans en France?
    Au fait, rien ne s’est passé, aucun cataclysme. Qu’un imperceptible relâchement des tensions sociales, probablement. Si j’en juge par le sourd sentiment de mieux-être que j’éprouve dans toutes les situations sociales où mon homosexualité est un tant soit peu apparente, par exemple en présence de l’une ou l’autre de nos familles, à mon conjoint et à moi. Nous ne sommes donc pas bizarres, malades ou, allez savoir, meilleurs! Que des citoyens comme les autres – ceux qui n’ont pas vécu la situation contraire ont sûrement du mal à s’imaginer, mais ils n’en sont que plus méritoires d’avoir mis fin à cette anomalie millénaire.
    Je sais aussi que le même sentiment de vague plénitude est éprouvé au centuple par les jeunes qui, aujourd’hui, arrivent à l’âge où l’on commence à imaginer sa vie d’adultes amoureux.
    J’ai vécu en France un an, c’est un beau pays. Bien sûr, vu d’ici, la tournure qu’y a prise ce débat est d’une grande tristesse. Mais nul doute qu’on en viendra, là aussi, à cette évidence qu’on vit mieux dans une société qui ne distingue les droits des uns et des autres sur des bases irrationnelles.
    Peut-être faut-il simplement qu’on y fasse le deuil du mythe du “pays des droits de l’Homme”, en quoi il a depuis longtemps cédé la place.

  • dandan dit :

    j’ai honte d’être hétéro quand je les entends et qu’ils puissent penser que je suis des leurs……

  • William dit :

    Merci à tous.
    J’ai tout lu.
    Merci.

  • VD dit :

    Je ne me suis jamais sentie aussi investie pour une cause alors même qu’elle ne me concerne pas directement. Je n’ai jamais eu autant envie que de descendre dans la rue m’en prendre à eux, tous ces gens bien pensants, bien polis, bien propres sur eux…

    Alors même que je suis antimariage. Alors même que je suis hétéro.

    Mais au nom de quoi pourraient-ils décider de la vie des autres ? Et leur renvoyer dans la gueule qu’ils n’ont pas droit aux mêmes choses ?

    Peut-être suis-je plus consciente de ses problèmes parce que j’ai été confrontée moi aussi à une équipe médicale qui m’a rappelée que je n’étais rien pour l’homme avec qui je vis depuis 10 ans parce que nous ne sommes pas mariés. Peut-être aussi parce qu’on s’est engagés sur la voie de la PMA et qu’elle me semble déjà bien difficile pour un couple hétéro et qu’elle est refusée à d’autres.

    Et comme tu le dis William, j’ai bien peur que ces manifestations laissent des cicatrices profondes, sensibles. Là où je pensais -naïvement- ne plus avoir à en voir en France.

  • Jeanne dit :

    Bonsoir,
    je suis hétéro,et je te soutiens.

    Je suis peinée d’avoir lu ton texte. La différence ne plaît pas. Nous sommes sur cette terre que de passage, alors pourquoi autant de médisance, à midi j’ai regardé un reportage de Delahousse, sur les enfants qui travaillent à 5 et 8 ans, et qui sont frappés, parce-qu’ils ne travaillent pas assez. Je pense que des homos ne feraient pas de mal a des enfants comme cela.
    Notre corps nous appartient et il est fait pour aimer qui l’on veut.

    Avant je communiquais avec toi sur twitter, et tu m’as à plusieurs occasions répondues, au sujet de ton passage à france5 etc… Je n’y vais plus depuis quelques temps, cela me gavait un peu. je ne suis pas très forte pour les textes mais je tiens à te dire que tu es une personne que j’apprécie, et qui ne sait jamais pris la tête lorsque tu interviewais des artistes. Merci

    “Le jour où quelqu’un vous aime, il fait très beau,
    j’peux pas mieux dire, il fait très beau !”

    C’est encore ce qui m’étonne dans la vie,
    Moi qui suis à l’automne de ma vie
    On oublie tant de soirs de tristesse
    Mais jamais un matin de tendresse !

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *