Vie quotidienne
La liste de mes envies
22 novembre 2018
10
Cheval

C’est lors de la deuxième séance d’EMDR que j’ai réalisé, un peu stupéfait, que j’avais toujours dépendu du désir d’autrui, professionnellement, depuis plus de dix ans, et jamais du mien. Que ce soit avec X ou Y, que ce soit glamour ou pas, que ce soit bien payé ou pas, j’ai, depuis plus de dix ans toujours été approché, contacté ou chassé pour ce que je suis mais je n’ai jamais approché, contacté ou chassé qui que ce soit par envie parce que je n’ai pas d’envie pro.

C’est vrai. Je n’ai pas d’envie pro. Ou si peu.

Bien sûr, j’ai des qualités professionnelles plutôt pointues qui sont plutôt rares sur le marché du numérique, une expérience tout aussi riche et rare et quelques soft skills pas piqué des hannetons qui me valent d’être contactés régulièrement pour des jobs et de dire oui et souvent non.

Mais vous me verriez sur Linkedin. Une poule devant un couteau. Un salsifi presque décongelé devant une liste de jobs. Rien. Rien ne me plaît. Rien ne m’attire. Rien ne me fait envie. Si. Quand même. Des noms. Un peu au hasard, un peu magiques. Tesla. La NASA. Universal Music, je ne dirais pas non une deuxième fois. Mais le reste, tout le reste. Rien. Des noms, des marques qui défilent, des intitulés de postes qui ne me disent rien, des gens dans des plans de carrière qu’il faudrait démarcher, à qui je devrais expliquer, des carrés qui ont besoin d’un rond mais qui veulent en faire un carré une fois le contrat signé. ADP (Aéroport de Paris), ça me dirait. Air France, ça me dirait. Un lieu culturel de passage comme le Musée d’Orsay, la Tour Eiffel, le Louvre, ça me dirait. Mais le reste, tout le reste, ça ne me parle pas. Je scrolle, je lis les offres d’emploi quelques minutes et puis je passe à autre chose, je ferme vite l’onglet pour oublier que je n’entre dans aucune case et que ça me rend un peu triste.

En vérité, la liste des jobs auxquels je pourrais prétendre est assez longue mais celle pour lesquels je m’éclaterais vraiment est ridiculement courte. Cette envie doit venir de moi. Je dois la travailler. Je dois l’arroser régulièrement. Je dois veiller à y mettre de la lumière dessus, souvent, en abondance. Et je dois attendre qu’elle pousse.

Je ne sais que deux choses. Le prochain boulot viendra de moi. Et le prochain boulot devra être en grande partie déconnecté des réseaux sociaux et du numérique : les écrans me tuent, ils me fatiguent. Je veux du réel, de l’humain, du concret. Je veux du passage, du beau, du bon, du culturel ou du luxe, je ne sais pas, je veux des estrades, des micros, des gens qui s’assoient, je veux organiser ou animer de belles choses. Je veux travailler du soir au matin sans avoir vu passer la journée. Je veux faire se rencontrer des gens qui ne se seraient jamais rencontrés. Je ne sais pas ce que je veux exactement mais je sais très précisément ce que je ne veux plus faire.

J’ai donc enclenché de nouveau un cycle. Un pas dans le vide. Un acte de foi.

J’ai acheté la voiture que Nicolas vendait. Elle est gigantesque.

Je vais aller m’inscrire dans un club d’équitation.

Je vais devenir famille d’accueil pour chiens guides de malvoyants.

Et le reste viendra.

Telle est la liste de mes envies.

Je ne sais rien de plus.

Je n’ai envie de rien d’autre (à part toi).

Voilà ce que je veux.

2019, je suis prêt.

Mais cette fois-ci, c’est moi qui viens te chercher.

11343 lectures pour cet article. Merci pour votre fidélité.

About author

Related items

/ You may check this items as well

box-2953722_1920

Mes cadeaux en avance

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
radio-city-music-hall-2392559_1920

Antenne dans vingt secondes

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
sunrise-1756274_1920

You say you want a revolution

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 10 comments

  • c. dit :

    une piste: organiser des ateliers/workshops pour tes fidèles lecteurs en besoin de réel, d’humain, de vrai et de concret ✨

  • Agnes Disson dit :

    Ah enfin ! quelqu’un d’autre qui dit la même chose que moi… Tu choisis qui tu veux bien entendu, selon tes goûts et tes fantasmes. Ce qui fait problème, ce n’est pas tes choix, c’est ton insistance à nous souligner encore et encore la beauté (obligée) de tes conquêtes… Tu n’as simplement pas besoin de nous le dire (on s’en fout !!! tu sais quoi : on ne t’en admire pas davantage).
    Ce qui est curieux, c’est que tu ne voies pas du tout pourquoi ce besoin est irritant. Imagine l’inverse : un hétéro qui se vanterait sans arrêt de ne coucher qu’avec des blondes super bustées ou des brunes voluptueuses, on trouverait insupportable….

  • Séverine dit :

    «Une poule devant un couteau. Un salsifis presque décongelé devant une liste de jobs.»
    Rah la la, merci pour le fou rire!!! Parce qu’en fait je suis dans le même état lorsque je m’y promène. Oui j’appelle ça une promenade, tous ces gens qui se prennent tellement au sérieux! Et pourquoi au final… Vendre du rêve à des moutons?

    Rien ne me plaît. Ou plutôt, je hais la routine et enfin compris (merci l’ennéagramme!) que je n’étais pas faite pour travailler 42h par semaine (oui en Suisse c’est le minimum et c’est normal…) derrière un bureau. Polygraphe de formation (ça n’existe pas en France, on va dire typographe ou graphiste pour simplifier), j’ai aimé mon métier alors que tout le monde se foutait (et se fout encore) complètement de le respecter. Et j’en ai ma claque de devoir vérifier les fichiers des autres pour qu’ils soient bien imprimables après. Marre de nettoyer la merde des autres.
    J’ai besoin, non j’ai ENVIE de création! De discuter avec des gens, d’échanger, de me sentir bien le matin en me levant! D’avoir envie de me déplacer pour occuper ma journée et ne pas la voir passer! Et pas forcément en gagnant de l’argent à foison.

    J’en ai écrit un article hier, indirectement.
    «Pas d’enfants? Pas d’emploi? Mais alors tu glandes?». Pas vraiment non. Mais ça, peu de gens le comprennent!

    Je m’ouvre à d’autres possibilités. D’autres domaines. Un ami m’a fait comprendre il y a quelques mois que j’avais des capacités, des compétences à mettre en avant. Que changement il y aurait et qu’elles allaient m’aider. Je n’ai pas trouvé de job mais pour l’instant je m’éclate en découvrant le montage vidéo, je viens de terminer une mini formation en radio et me suis offerte une guitare électrique! J’ai décidé de me remettre à la musique après le piano, la guitare classique et la clarinette. Cela me manquait trop et j’ai toujours été attirée par l’électrique sans oser m’y mettre. Maintenant ben, y a plus qu’à 🙂

    Ahhh les envies… Je me demande bien jusqu’où elles vont me mener!

    *oups, me suis bien lâchée*

  • Simone dit :

    Je t’ai lu, chouette liste! Moi j’aimerais “trouver ma place”.
    Et sinon, tu ne voudrais pas faire une conférence TED des fois? Il y aurais une estrade, du réel, de l’humain, du concret, du passage, du beau, du bon, du culturel, des estrades, des micros, des gens qui s’assoient,tu animerais de belles choses. et tu ferais se rencontrer des gens qui ne se seraient jamais rencontrés!

  • Simone dit :

    C’est marrant, je ne voyais pas ça comme ça pour les quelques que j’ai vu…

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *