Vie quotidienne
La vérité sur moi (ou Synchronicité #1)
20 mai 2012
11

Je ne les compte plus mais justement, je devrais. La première dont je me souviens avait pour témoin Caroline. Caroline qui vient de me faire vivre la première que je vais vous raconter « officiellement » sur mon blog. Désormais, je les noterai toutes.

1997 :
Surfant sur un modem 56K, payant internet à l’heure, nous sommes chaque jour, des heures, en ligne, à découvrir le web. Elle travaille dans le jardin botanique et me laisse les commandes quand elle part travailler dehors, je la paye en fin de mois pour chaque heure passée sur Infonie.
Un soir, tous les deux, face à la webcam, nous discutons avec un étudiant Australien adorable qui nous fait des coucou de l’autre bout de la planète. Le dialogue écrit fait passer les saccades de l’image, qui arrive comme elle peut.
Conversation de tout, de rien. Il me demande quel est mon film préféré.
Je souffle. Aucune idée, je ne sais pas quoi répondre.
Caroline cherche.
Je dis :
– Bon euh, aucune idée, je sais pas moi, allez, l’Arme Fatale II, en anglais, Lethal Weapon II.
Et je tape le titre.

12 000 kilomètres plus loin, je vois l’Australien sourire, relever son sweat et nous dévoiler son tee-shirt « Lethal Weapon II ».
(Le film est sorti 9 ans plus tôt…)

Cet hiver-là, je vais au cinéma voir Hasards ou Coincidences, de Claude Lelouch. J’apprends leurs places dans ma vie. Je n’y crois pas encore.

2012 Synchronicité #1
(les adresses réelles ont été changées)
Hier.
Caroline vient passer quelques jours à Paris. Elle a dormi chez Aude, juste avant, Aude sa meilleure amie depuis 15 ans et que je n’ai jamais, jamais vue. Entendu parler d’elle, déjà parlé avec elle au téléphone, mais jamais rencontrée. Aude habite en grande banlieue. Caroline dort une première nuit chez elle puis prend le RER, sort, prend le métro et arrive dans ma ville de proche banlieue. Qu’il lui semble reconnaitre. Elle passe dans une rue et, avant de tourner dans la mienne, s’arrête. Envoie un sms à Aude.
– C’est quoi, ton ancienne adresse, déjà ?
– Sur Paris ?
– Oui, là où tu es restée 12 ans.
– 47 avenue Jean Ferran.
– Je suis devant. J’ai reconnu le quartier.
– Pourquoi ?
– William habite à l’angle. On voit presque ton immeuble. Tu as déménagé il y a deux ans. Cela veut dire que vous avez passé sept années à prendre le même métro tous les matins et la même rue au moins deux fois par jour sans jamais vous voir. Vous êtes les deux seules personnes que je connais à Paris et vous avez habité au même endroit.

Bien sûr, je ne pourrai pas raconter TOUT car, parfois, certaines synchronicités touchent à l’intime. Mais je le ferai, désormais. D’après la voyante (stupéfiante) que j’avais vu en décembre, il n’y a presque pas de hasard, là-dedans. Je « sais » ce qui va m’arriver mais ne le visualise pas encore : j’énonce donc à voix haute ce que j’aimerais me voir arriver (« Le Roquefort me manque, à Tokyo, Synchronicité #2″) et, lorsque je le vois vraiment arriver douze heures plus tard, « par hasard », je me mets à sourire, pensant au karma ou à je ne sais quoi alors que c’est « simplement » ma vision. Je ne formule pas des voeux qui s’exaucent, j’énonce juste à voix haute des faits qui vont arriver.

C’est précisemment pour cette raison (folle) que je persiste à croire que tout cela est un amusement, un geste divin.
La voyante m’avait dit :
– Vous devriez ouvrir un cabinet de voyance, vous vous feriez des couilles en or. Vous seriez très, très riche. Mais, socialement, vous ne l’assumerez pas. Alors vous ne le ferez pas.

Effectivement.
– Tu fais quoi dans la vie ?
– Voyant.
Euh…Non. Jamais. Je peux pas.
– Tu fais quoi dans la vie ?
– J’écris.

C’est plus simple, non ?

About author

Related items

/ You may check this items as well

IMG_1527

Gigi, c’est toi, là-bas dans le noir ?

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Fichier_009(2)

Moi je veux mourir sur scène

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_3486

Les années

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 11 comments

  • Roberto dit :

    « j’énonce donc à voix haute ce que j’aimerais me voir arriver » : ça semble simple mais comme ça marche… – et pour le simple mortel, comme moi, tu crois que ça peut marcher ???

  • gump dit :

    Alors n’énonces-tu pas à haute voix non pas:  » ce que tu aimerais voir arriver  » mais plus ce « que tu sens/vois arriver » et qui correspond à tes désirs?
    et ça te permet d’être dans la vérité?
    je pinaille pas , hein, ça me fascine 🙂

  • viobulle dit :

    william, moi aussi j en vis plein des moments comme ca. c’est á chaque fois une surprise et á la fois une évidence.

  • dominique dit :

    Coïncidence? la vie quoi! elle nous réserve de drôles de choses…

  • Valérie de haute Savoie dit :

    Je fais ça pour les places de parking et cela marche à tous les coups 🙂

  • ally dit :

    des choses comme çà m’arrive aussi. Une fois je rentrais de voyage, j’avais une énorme valise à monter au 6ème étage sans ascenseur, j’étais crevée. Je me suis dit « si seulement mon voisin de pallier pouvait arriver et m’aider à porter la valise… » Et là qui je vois débarqué… C’est parfois incroyable, mais vrai.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *