Vie quotidienne
Le cercle
13 juin 2017
14

Il va falloir qu’on se présente.

Bonjour, moi c’est Dwayne. Et vous ?

Je me suis beaucoup lamenté sur mon absence totale de bande de potes, surtout depuis quelques années, et je vivais assez mal les photos « We are all together au Festival Rock de Cabourg #SOFUN » ou autre « Soirée The Voice chez moi samedi » que je trouvais ça et là sur Facebook avec 8 personnes taguées dedans sauf moi. C’est bien simple, ça renforçait encore plus mon sentiment d’exclusion et d’angoisse car cela ne cadrait absolument pas avec le reste, à savoir ce que je suis fondamentalement 40 heures par semaine, a « people’s person » comme on dit ici, quelqu’un de vraiment heureux quand il croise les autres, de sincèrement ravi de pouvoir échanger, collaborer et travailler, d’authentiquement là quand on me parle. Beaucoup d’adverbes pour dire que je ne me reconnaissais pas hors cadre pro dans la manière dont les gens se fréquentent. Comment poubais-je être aussi présent, moi-même, apprécié et aimant au boulot et aussi peu présent dans des cercles de potes dans ma vie le reste du temps ?

Et puis soudain, l’autre soir, la révélation, l’épiphanie, l’apaisement.

Je n’ai pas de potes parce que je n’aime pas ça.

Je n’aime pas les « potes ». Je n’aime pas les « bandes de potes ».

Je déteste les groupes de gens qui font la fête ensemble. Je fuis tout ce qui ressemble de près ou de loin à un amas d’humain reliés entre eux par la fête, l’alcool et un sentiment de camaraderie. Je ne m’y retrouve pas. Pire, ça m’angoisse à mort. Je viens aux soirées pour faire plaisir car je sais que c’est important pour celle ou celui qui m’invite mais j’arrive le premier et je repars dès que le groupe dépasse 6 ou 7 personnes. Au-delà, j’étouffe.

Je n’ai donc pas de potes.

En revanche, j’ai des amis. De vrais amis. Et pas un ou deux, non. J’ai des amis. Ultra-différents, un peu éparpillés partout sur le continent ou dans Paris. J’ai des amis qui me connaissent et savent qui je suis, comment je fonctionne, qui admettent mes limites et louent mes éclairs de clairvoyance, qui partent en vacances avec moi ou se portent caution quand j’en ai besoin, qui me sortent au spectacle ou appellent pour demander mon avis sur un problème familial épineux, qui viennent à Ikea le samedi matin avec moi (si c’est pas de l’amitié, ça…) ou qui me proposent de venir boire du vin rouge sur leur terrasse. Des amis qui me confient leurs problèmes de couple, d’argent. J’ai des amis que j’aime profondément et qui me le rendent bien. Oui, je peux accompagner mes amis au crématoire, au tribunal ou à l’hôpital, sans gêne, sans réciprocité. Mes amis peuvent compter sur moi dans les moments complexes. Ils m’ont parfois entendu pleurer ces deux dernières années, souvent entendu maudire « les garçons »

Et ça me va.

Je n’aime pas rester à la surface des gens. Alors, sans le comprendre, sans trop savoir comment, de manière naturelle, j’ai fait le nécessaire pour être entouré de personnes profondes, morales et belles. Faillibles. Oui. Humaines, forcément. Mais de belles âmes. Devenant moi-même un répulsif 100% bio aux personnes souhaitant parler uniquement de la pluie et du beau temps.

Et ça me va, oh oui que ça me va.


Je suis un peu convalescent de l’écriture (et du reste). Totalement vacciné il y a quelques semaines et pensant toujours chaque mot écrit dans le billet précédent. Je ne sais pas encore où j’en suis.

La période avril /mai a été très difficile. J’en parlerai un jour. Atroce. J’ai du lutter et m’accrocher très fort. Fermer les portes, les fenêtres, me centrer sur moi me permet toujours de me sauver. Le repli.

Ça va mieux.

L’appartement m’attend, il est en plein travaux.

Chez moi.

About author

Related items

/ You may check this items as well

IMG_1502

Largué comme un chien !

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_1297

La mémoire des mûrs

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
img_7643

Il faut savoir dire merci

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 14 comments

  • Claire dit :

    J’ai laissé un petit mot sur « le repli », j’ai envie d’en laisser un autre ici. Merci d’être revenu, et merci de continuer à me toucher avec tes notes et tes mots.

  • cécile dit :

    Merci d’être revenu ! tes mots me manquaient. Par hasard, aujourd’hui, je viens voir si tu as tenu ta promesse. Ouf, il n’en est rien .. j’espère encore beaucoup te lire

  • Sylvie dit :

    Un petit cancer non ? Oh si, j’en suis persuadée…

  • Myster.i dit :

    Il semble que la pleine lune du mois d’avril (« lune rose ») a secoué pas mal de gens…
    http://www.messagescelestes-archives.ca/pleine-lune-rose-11-avril-2017/
    La période est aux forts bouleversements, aux profondes mutations. Bon courage ! 🙂

  • Myriam dit :

    Quelle bonne surprise que ce post, moi qui m’était fait une raison.
    J’espère qu’il y en aura d’autres de temps en temps.
    Pour ce qui est de l’effet « bande de pote », je suis comme toi, je n’aime pas tellement cela. Mais j’ai découvert qu’il y a des degrés différents : je me surprends à adorer aller boire un verre de temps en temps le soir avec des potes/collègues, riant et refaisant le monde autour d’un ou plusieurs verres. De véritables amitiés se sont petit à petit révélées comme cela.
    Mais sinon: mille fois oui à ces moments précieux entre amis!
    Merci encore de ton passage sur le blog.
    Myriam

  • JM dit :

    Je ne commente que très peu (je lis surtout beaucoup ici et là et surtout ici) mais là, je ne peux pas lire et ne pas te remercier pour ce billet qui me rassure beaucoup et qui me permet de faire taire la même angoisse que j’avais chez moi ! Merci beaucoup 🙂

  • Laurence dit :

    Bonjour William
    Je ne sais pas écrire (toujours peur de ne pas trouver les mots justes, de me planter sur la conjugaison… petit handicap qui pourrit une vie !) mais lire certaines phrases qui font écho à sa propre histoire et voir tes mots sur une page cela soulage et apaise même.
    Pas très clair tout ça mais je me comprends 😉
    Merci de revenir ici.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *