Vie quotidienne
Les jours & les mois
7 décembre 2017
2

Le temps passe à une vitesse effrayante, désormais et je posais, un peu benoîtement, je le confesse, cette question à un trufficulteur passionné par son métier, l’autre soir :

– Je m’emmerde pas mal et le temps passe si vite, je voudrais savoir s’il passe aussi vite pour vous qui êtes passionné ?

– Oh, que oui. Je n’aurais pas assez d’une vie pour faire tout ce dont je rêve, mes journées sont bien trop courtes.

Du coup, peut-être que de m’ennuyer me fait gagner un peu de temps ? J’arriverais à le ralentir et à le rendre plus perceptible par sa pénibilité. Je ne sais pas. C’est un peu con, comme approche, non ?

Allez, récit et apprentissages des trente derniers jours.

Ma dernière séance chez le dentiste, la première depuis juin 2015, s’est formidablement bien passée. Une femme d’une douceur inouïe, sensible et prévenante, tellement à l’écoute. J’ai demandé un soin au gaz Meopa (je vous en ai souvent parlé, de mes séances parfois terribles chez le dentiste ici et ici, par exemple) et je l’ai obtenu sans souci, pour 150 euros. Certains facturent à la minute (le gaz est très cher), d’autres au forfait. Je me suis allongé, elle a posé le masque sur mon nez, j’ai respiré bien fort et…j’ai tout oublié…pendant une dizaine de minutes, le temps du soin qu’elle a pu faire comme elle le souhaitait puisque je n’opposais aucune résistance, aucun signe de stress ni de souffrance. Je me suis “réveillé” dans la dernière minute, heureux et soulagé. Oui, bien sûr, cela n’est pas gratuit mais ce n’est rien comparé à ma souffrance émotionnelle et à mon angoisse démesurée lorsque je commence à ne plus dormir deux jours avant la séance. Bref, une fée. Dr Wagner, Paris 12ème. Je la recommande +++++

Evidemment, je dors très mal depuis quelques jours, pour des raisons que je vous expliquerai dans quelques mois ou pas, mais que beaucoup pourront deviner. C’est ce que nous appellerons pudiquement  “une période de changement intense“. Ma vie est un éternel recommencement et je me souviens de mon pote Ludo se moquant de (moi et de) Madonna lors de son Reinvention Tour, une énième version d’elle-même, pour le plus grand plaisir des fans. I go back so far, I’m in front of me. 

Alors ré-inventons nous. Je n’ai pas le choix, semble-t’il.

J’ai revu Benjamin Biolay, il y a quelques jours au Zénith et le son était atrocement fort et métallique (hashtag le Zénith) mais l’Homme, l’Homme, quoi, confirmant pour la seconde fois après Pleyel tout le bien que je pense de lui, devenant presque la seule vraie bonne raison de regarder Nouvelle Star, et donnant tellement sur scène. Un répertoire immense, une classe folle, une sensualité, aussi, oui. Il me suit sur Instagram, les copines sont vertes de jalousie et moi j’ai toujours un peu peur avant de poster qu’il ne m’unfollow dans la foulée. A quoi ça tient, hein.

J’ai été approché par un réalisateur (doublé d’un acteur) au talent fou qui m’avait bluffé sur un court métrage. Le genre que vous voyez une fois et dont certaines images vous hantent encore quatre ans plus tard. Il aimerait adapter mes livres pour une série TV. Nous en sommes au tout début…mais la fluidité, cette fois-ci, l’évidence de la chose et probablement le recul désormais que j’observe lorsque je regarde dans le rétroviseur mes années de soignant (si loin, si proche) me font considérer avec vigueur et sérieux cette proposition-là. C’est comme si, pour la première fois, je pouvais poser mes paravents d’autofiction et les supercheries narratives déployées à l’époque pour ne pas réellement mettre (mon) le personnage en péril et narrer – enfin – toute la complexité psychologique qui fut la mienne et celles d’autres soignants croisés lors de journées où le Bien et le Mal se brouillèrent et où la logique n’avait plus réellement sa place. J’avais été filmé en décembre 2013 pour un documentaire sur la maltraitance et j’avais dû plusieurs fois interrompre ma narration, ému et furieux à la fois, ne trouvant pas les mots sans larmes ; ce film n’est jamais sorti et je crois que c’est une bonne chose, quelque part. Me voilà de nouveau face à mon sujet.

Une phrase notée, une pensée, un rebond sur une conversation entendue : “l’enfant culpabilise puis devenu adulte blâme ses parents” mais rien n’est juste, au final, dans tout cela

Une manière d’évoluer, une façon de clarifier une situation complexe : s’enregistrer sur son dictaphone, évoquant un problème à voix haute, pour s’entendre dire avec ses mots tout ce qu’on a sur le cœur. Les paroles devenant réelles (et non plus “chimériques” lorsqu’elles traînent ou sont ressassées dans le cerveau) prennent alors un sens : elles sont posées face au Monde, combien de fois vous-ai je suggéré de prononcer à voix haute ce que vous désiriez obtenir, encore faut-il oser, et les paroles une fois lancées dans le réel nous permettent de nous affirmer, de faire entendre qui nous sommes et comment nous voyons notre avenir, les mots que l’on ose prononcer deviennent désormais les nôtres et ne sont plus empruntés à notre cerveau (nos angoisses) ou glissés par des esprits malins cachés dans nos émotions. Ces mots lancés dans le temps qui s’écoule, dans l’air qui se respire, dans les sons qu’on entend & propage et prononcés par le palais, la langue et le larynx, expirés par l’air contenus dans nos poumons, ces mots-là deviennent le Sens qui nous manquait et la direction à prendre. Il n’y a qu’à écouter des mois plus tard l’enregistrement pour s’en convaincre, d’ailleurs.

Une méthode, enfin, testée pour apaiser une relation malsaine, une emprise néfaste sur vous et tenter de passer à autre chose après une rupture : les bonhommes allumettes. Tentez. C’est trop simple et trop beau pour être vrai ? Tentez. Vous n’avez rien à perdre. Vous trouvez ça stupide ? Tentez. Nous en reparlerons un jour.

Je vous embrasse.

About author

Related items

/ You may check this items as well

IMG_1527

Gigi, c’est toi, là-bas dans le noir ?

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Fichier_009(2)

Moi je veux mourir sur scène

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_3486

Les années

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 2 comments

  • Magalie dit :

    Merci William, très sincèrement, pour ces partages. Et tout particulièrement pour la technique des bonhommes allumettes. Mais pas que ❤️

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *