Vie quotidienne
Ma main dans ma gueule
3 octobre 2012
11

Je me prends une bonne claque ces derniers jours : à croire que, désormais, mon corps a trouvé la manière de me faire stopper avant le précipice, genre dix kilomètres avant et genre quand il n’y a même pas de précipice en vue. Je ne peux poser un pied par terre sans grimacer (une épine calcanéenne est la responsable) et je ne peux ouvrir l’oeil sans pleurer (un chalazion, cette fois-ci). J’ai, pour une fois, très bien entendu la leçon : reste chez toi et travaille. Devant ton ordi. Ne sors pas. Ne perds pas de temps. Travaille. Tais-toi. Tu as honte de ton oeil ? Ne le montre qu’à des gens qui te connaissent déjà. Pas besoin de rencontrer des inconnus : bosse. Tu as mal au pied ? Reste donc sur ta chaise et finis ce que tu as commencé. Si tes amis veulent te voir, ils connaissent la route de la maison.

Je n’ai rien dit, je me suis mis au boulot.
J’écris, j’écris, j’écris. Mais je ne PEUX PAS écrire dix heures par jour, c’est impossible. Quatre heures, déjà, ça me semble beaucoup. La tête explose au bout d’un moment et je ne sors pas de bonnes choses. Depuis que j’ai commencé à écrire, j’ai identifié en ce qui me concerne deux genres de sessions :
– Celles où ça coule tout seul (les meilleures, transcendé par les mots)
– Celles où ça vient plus péniblement, mais où, en posant un plan, en me levant régulièrement pour faire le plein de sucre, j’arrive peu à peu à poser les chapitres, lentement mais sûrement. Celles qui deviennent mon quotidien, en fait.

Alors j’avance. Sur ma chaise.

J’aime beaucoup l’image qui illustre ce billet et qui résume tellement mon malaise sur mes premières années de blog, quand j’avais un pseudo, l’envie réelle d’écrire ce que je vivais et la peur d’être jugé pour ça. J’ai mis des années à comprendre que si je parlais exactement comme je pense, je ne risquais strictement rien. Depuis mars, ici, je suis moi. Les lecteurs l’ont compris. Et je n’ai jamais été plus moi que depuis mon départ de mon ancien boulot. Et je n’ai jamais été plus moi qu’en vous racontant les petits (ou les grands) combats de mon quotidien, les échecs inclus.

Je vous laisse, j’ai acheté des bonbons Haribo pour oublier que j’ai passé quatre heures aux Urgences Ophtalmo 🙂
“Ça partira tout seul, c’est la vie” m’a dit le Docteur.

Voilà, c’est la vie.

1546 lectures pour cet article. Merci pour votre fidélité.

About author

Related items

/ You may check this items as well

romance

Ce doit être épuisant

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
old-photo-1581300_1920

Les vieux amis

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Statue

Il y a dix ans…

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 11 comments

  • nelly du labo dit :

    rhooo la symbolique des maux !! les yeux: je ne veux pas voir et les talons je suis mal dans mes bottes !et je marche sur des oeufs ! je ne veux rien “casser”
    bon je m’arrête avec ces explications a 2 balles ! j’adore ces textes là !!!

  • avec2t dit :

    Prochaine urgence ophtalmique (en espérant que ça n’arrive pas) : fondation ophtalmologique Rothschild dans le 19è. 1h d’attente max. Autant d’heures de gagnées pour rester à bosser devant ton bureau.

  • Lola dit :

    Mon fiston, entre 3 et 4 ans, a eu des chalazions à répétition. L’oeil rouge et gonflé (les photos en témoignent) pendant des mois, tous les soirs des gouttes, des pommades et des massages. Ça partait, ça revenait… Il a même eu une opération chirurgicale.

    Et finalement, 2 choses ont vraiment marché:
    – l’homéopathie (j’essaierai de retrouver l’ordonnance de l’ophtalmo, si ça t’intéresse)
    – des lunettes avec une correction adéquate.

    Ça part tout seul, c’est vrai. Un petit coup de pouce homéopathique, ça peut accélérer les choses.

  • pskl dit :

    Tu racontes remarquablement tes soucis et bobos.
    Je te dois un immense merci : grace à toi j’ai rencontré Florence (ton billet sur ton carnet) ; j’aimais déjà son travail (vu sur le web) et j’aime la personne, Florence est une vraie belle personne… MERCI

  • Lola dit :

    Désolée pour le délai, mais j’ai fini par remettre la main sur l’ordonnance (datée de 2002!)
    Thuya 7 CH – 3 granulés le matin pendant un mois
    Staphysagria 7 CH – 3 granulés le soir pendant un mois

    Peut-être que ton problème de chalazion s’est résolu entretemps, mais si ce n’est pas le cas, tu peux toujours essayer l’homéopathie!

  • Lola dit :

    Bizarre “formatting”. Le Thuya, c’est 3 granulés le matin, et le Staphysagria, c’est 3 granulés le soir. Tu me diras si ça fait de l’effet.

  • Lola dit :

    Sur la même ordonnance, il y avait aussi des médicaments “classiques” (collyre maxidrol et pommade sterdex), mais je suppose que l’ophtalmo t’en a prescrit. Et puis les compresses d’eau chaude …

  • Lola dit :

    Tant mieux! J’espère que l’amélioration ne va pas s’arrêter là. Mais prends-en pendant un mois entier, même si le chalazion disparaît complètement, pour éviter les récidives. Je savais qu’il y avait une raison pour laquelle je faisais suivre cette ordonnance, de déménagement en déménagement!

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *