Vie quotidienne
Mes premières rides, ma semaine en images, Elephant, Le Grand 8, Mutine, Cannes
16 décembre 2012
2

Pour me suivre en temps réel sur Instagram, c’est par ici.

J’ai vu apparaître sur mes pommettes mes toutes premières rides, cet automne. La crème n’y peut rien : j’ai l’âge que j’ai.
Le fait de ne pas fumer et de ne pas m’exposer (du tout) au soleil n’y a rien changé. Elles sont arrivées.
Je sais aussi que je vieillis du visage car je passe plus de temps au maquillage qu’il y a quelques années, quand j’allais sur des plateaux TV (mine de rien, je commence à avoir ma petite expérience des lieux, depuis “Ce soir ou jamais” en Octobre 2006, ma première télé “officielle”. Mon premier vrai passage TV remonte à l’adolescence, dans une émission pour ados à la Question pour un Champion, où des lycées s’affrontaient et dont j’ai oublié le nom). Je vois bien que la maquilleuse met la dose sur mes cernes, parfois. Et parfois c’est moi qui le demande.

Je mets de la crème sur le visage depuis que j’ai 18 ans, en gros. J’étais passé aux huiles essentielles, à la rentrée, mais je repose un peu mon visage, ces derniers-jours.

Sarah Garson est une ancienne collègue d’Universal. Elle s’occupait des promos TV quand j’étais là-bas et moi j’étais le red’ chef de OFF : nous buvions souvent des cafés ensemble. Quand je la retrouve, sur le plateau du Grand 8, en compagnie d’Olivia Ruiz, je suis heureux comme tout. Sept mois se sont écoulés depuis mon départ et j’ai changé de vie professionnelle. Ca me touche de la voir dans ce lieu. C’est un mélange de mon ancienne vie et de ma nouvelle vie. C’est un peu magique, quelque part, quand d’anciens collègues se retrouvent, comme ça, dans ces circonstances. Je l’aime beaucoup.

Je sais où est la caméra, désormais et ça se voit ! Je ne la lâcherai plus des yeux, la coquine 🙂
Que vous dire sur Le Grand 8 que je ne vous ai pas dit déjà ?
Disons simplement alors que jeudi dernier j’ai vécu, pour cette quatrième fois, une nouvelle forme de peur, entre la frayeur rétrospective de ne m’être pas raté les fois précédente et la prise de conscience que je marche tout de même sur un fil, chaque fois que je passe en live. Je ne m’accorde pas le droit à l’erreur. J’ai donc été malade physiquement, cette fois-ci, avant l’antenne, pour la première fois. Boule d’angoisse, nausée, mal de tête et envie de partir en courant qui m’a traversé l’esprit pour de vrai mais je me suis dit que Laurence (Ferrari) (Elle est formidable, Laurence, si vous saviez, elle est tellement bienveillante quand elle me regarde, je me sens super porté, avant, pendant et après…) allait me courser et me rattraper par la peau du dos pour me coller sur le canapé, furieuse. Enfin, j’aime me l’imaginer comme ça 🙂

J’ai donc vécu un truc de dingue : quatre minutes dans un tunnel, à parler, parler, sans le moindre souvenir (vraiment) de ce que j’ai pu raconter. Il ne me tardait qu’une chose, arriver sans encombres au bout de ma chronique et sortir respirer. C’est dingue comme mon état varie d’une semaine à l’autre. Je pensais, fort naïvement, avoir appris à gérer mon stress lors du passage et il m’est tombé dessus puissance mille jeudi dernier.
Mon passage est visible ici, à partir de la 17ème minute, pour les masos.

Sony Music avait privatisé l’hôtel Amour pour le groupe Elephant, dont voici le clip et que j’aime énormément. “Collective mon amour”. C’est vraiment bien, non ?


Vendredi, je suis parti à Cannes, rejoindre les Mutine, pour deux jours (intenses) de tournage dont il restera des moments magiques, dans quelques semaines…Silvio, en photo ci-dessus, avec Manon, forment un groupe qui m’épate. Les voilà tous les deux dans une session acoustique au Studio de la Grande Armée, juste parfaite. Juste parfaite :

Cannes, vendredi soir
Manon chantait et finissait sa première prise.
Silvio, sans prendre le moindre gant, tout en touchant sa guitare, la guide :
– Plus douce, moins neutre, les vibes à la fin, non. Enfin, je pense.
Manon, concentrée :
– Oui, tu as raison.

Et la voilà qui reprend, en souriant, dans une autre interprétation, encore plus belle que la première. La magie des artistes. J’étais scotché.

Silvio : je veux que tu t’achètes un … Tu-sais-quoi. Je ne travaille plus avec toi tant que ce ne sera pas le cas. Je t’embrasse. Manon, courage. On va y arriver 🙂

J’ai quitté mon hôtel Cannois pour aller m’acheter un truc à boire, un truc frais. Je claque la porte de ma chambre, trouve le Monoprix, revient avec mon smoothie et tente vainement pendant deux bonnes minutes d’ouvrir la porte. Rien à faire, la clef ne marche plus.
Je descends à la réception et me plains. Le type me fait remarquer que ce sont les clefs de mon domicile que je tiens à la main.
17H dans les pattes (5h/22h) et je ne savais même plus ce que je faisais.

Ce pied de micro fluo est juste une tuerie, non ?

Dans l’avion du retour, je me suis retrouvé assis à côté d’un homme dont j’avais dit du mal (j’étais payé pour) et je me suis excusé.
Il a ri :
– Tout ça n’était qu’un jeu ! Je jouais le mien, tu jouais le tien.

Il s’est battu pour avancer sans préjugés dans la vie, je me bats pour ne plus avoir peur. Il me confie que c’est strictement la même chose.
Je lui dis que j’ai besoin d’être amoureux pour écrire, contrairement à 99% de la planète.
Il me répond qu’être amoureux, c’est souffrir. Et que je ne suis donc pas si original que ça.

Touché.

Et tout ça, c’est ma

1750 lectures pour cet article. Merci pour votre fidélité.

About author

Related items

/ You may check this items as well

rob-potter-364323-unsplash

T’as le look, coco.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
The House

Mon pays aussi, c’est l’Amour

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
le cosmonaute

Un matin comme tous les autres, un nouveau pari

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 2 comments

  • yann dit :

    Très bel exercice d’écriture “transmédia”.
    J’ai la sensation qu’au delà du fond, toujours aussi bon, la forme même de ton écriture évolue avec le temps.
    Me trompe-je ?

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *