Vie quotidienne Voyages
Nous dire au revoir ?
7 août 2019
36

Cela va faire quinze ans que j’écris ici (lire le billet du 14ème anniversaire). Les temps ont changé. Je me pose beaucoup de questions (je m’en suis toujours posé, j’ai déjà fermé le blog plus de six mois suite à un harcèlement en ligne dont je n’ai jamais parlé mais qui nous avaient traumatisés, mon ex et moi), l’hébergement me coûte super cher depuis deux ans (plus de 200 euros / an pour une dizaine d’articles) sans que je comprenne très bien pourquoi, le site aurait besoin d’être allégé, d’être mis-à-jour, je ne sais pas, je ne sais plus.

Les temps ont vraiment changé, moi aussi j’ai changé. Je ne communique plus du tout sur Twitter, encore un peu sur Facebook. Je suis essentiellement sur Instagram. La liberté de parole diminue, selon moi. Il faut diviser, il faut cliver pour exister. On fait taire les voix du milieu. Entre gris clair et gris foncé, c’est so last century.

Je rêve parfois à une newsletter comme la formidable Géraldine Dormoy le fait avec tant de talent. Parfois je me vois aussi silencieux dans mon coin, me recentrant sur je-ne-sais-quoi. Parfois, je me sens responsable du lieu et je me dis que je ne peux pas laisser tomber tant de lectrices (oui…) silencieuses ou pas, parfois je me dis que je ne dois rien à personne et que chaque chose à une fin. Parfois, je me dis que je devrais ouvrir un espace ailleurs, vierge de tout, sous un faux nom. Parfois, je me dis que je serais malheureux sans mon espace ici et parfois, enfin, j’ai peur qu’il me nuise, ce lieu, que tout ce qui a été écrit avec honnêteté et transparence me saute un jour à la gueule (ça m’est arrivé en 2017, je n’en ai jamais parlé ici, mais le traumatisme a été gigantesque).

Bref, je ne sais pas.

Vous en pensez quoi ?

9766 lectures pour cet article. Merci pour votre fidélité.

About author

Related items

/ You may check this items as well

Skyline

Deux ou trois choses que je sais de moi

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Suisse

Une bien curieuse année

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
ice-cream-cone-1274894_1920

L’ironie de la chose

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 36 comments

  • danyhube dit :

    J’en pense que la décision que vous allez prendre sera la bonne décision.
    Merci pour vos post ici ou ailleurs.
    Des bises

  • Funambule dit :

    Moi qui lis pas depuis 15 ans mais au moins depuis 10 je regretterais mais je comprends. L’idée de la newsletter est bonne aussi, peu importe le support en fait j’aime lire vos réflexions, votre évolution, et constater et réfléchir à ce qui résonne en moi, à l’effet miroir. Et il y a cette tendresse pour celles et ceux qu’on suit, même en silence, depuis des années.

  • Alice dit :

    Hello
    Lectrice silencieuse en général, qui te te suis ( pas régulièrement) depuis 14 ans je dirai. Sur insta aussi.
    Alors déjà tu ne dois rien à personne.
    J’aime ( j’ai aimé ?) suivre ton parcours depuis tout ce temps, tes doutes, interrogation, réussite. Et quel parcours, quelle vie! Je serai sans doute un peu déçue de ne plus avoir de tes nouvelles. Alors bien sûr je ne nie pas le côté voyeurisme de ma démarche, mais je t’assure qu’il y a de la bienveillance voire une certaine tendresse.

    • Pmgirl dit :

      Oh la la! Moi aussi je suis dans les parages depuis 14 ans.
      J’aurais forcément envie que tu restes mais je comprends ta reflexion

  • Ascaso Émilie dit :

    Ne pars pas ❤️

    • Julie dit :

      J’en pense que je lis beaucoup de « parfois » dans ce post. Se poser et observer ces parfois qui se succèdent, peut-être ? Est-ce qu’on a vraiment besoin de cliver pour exister ici ? Est-ce que rester là, ça serait pas redonner ses lettres de noblesse à la nuance entre le gris clair et le gris foncé ? Est-ce qu’on a pas le droit d’être ambivalent ? Est ce qu’on a vraiment besoin de connaître le sens précis de quelque chose si on sait que ça en a un ? Bref, j’en pense que ça pose encore plus de questions !!! Suis ton intuition, en tant que lectrice j’ai pu constater qu’elle était très souvent bonne. Et puis dans le doute, s’abstenir, une des bonnes leçons à retenir de l’hôpital. Je t’embrasse.

  • Cilou dit :

    Je lis depuis longtemps. Depuis la fin de google reader, je passe quand j’y pense. Quand vous avez sorti un nouvel écrit ça me fait ma journée. Parfois j’ai plusieurs textes de retard. Vous ne devez rien à personne par contre, mais il est plaisant de vous lire. Bonne continuation, quelque soit la forme que ça prendra. Par choix je n’ai pas de réseau social, juste un compte Facebook que je consulte peu et le moins possible, mais j’irais voir de temps en temps ce qui vous arrive. Les blogs comme le vôtre m’ont rendu la vie supportable à un moment où j’avais besoin. Merci pour ça 🙂

  • Mag64 dit :

    Je te suis depuis le début et j aime te lire, je ne saurais expliquer pourquoi mais ça me fait du bien et ca me permet de réfléchir.
    Avec le recul tu t es souvent rendu compte que tu avais pris les bonnes décisions, peut importe le domaine. Je suis certaine qu il en sera de même pour l avenir de ce blog.
    Bise du sud ouest

  • lunapart dit :

    j’ai toujours aimé te lire, depuis le blog de Ron, plus ou moins régulièrement. J’aime beaucoup revenir ici de temps en temps quand un post est annoncé sur FB (il y a bien longtemps que je ne fais plus mon « tour des blogs » matinal car je n’en lis presque plus) c’est comme une jolie pierre trouvée au bord de la route, on s’arrête et on est content d’être tombé dessus…
    J’aime beaucoup aussi le contenu de la newsletter de Géraldine mais c’est la seule à laquelle je suis abonnée, c’est très inhabituel comme support pour du texte qui ne fait pas de publicité, je ne sais pas si j’aimerais lire plus de textes comme ça dans mes mails, pas sûre….
    J’ai remarqué aussi que j’apprécie de plus en plus de lire des longs textes sur IG, les photos bien léchées avec juste 3 mots en légende m’ennuient finalement. Il y a de beaux échanges là-bas (et puis il y a les stories pour l’éphémère).

  • Delphine dit :

    Sans originalité aucune je dirais que vous seul allez savoir et décider le meilleur mais que fidèle lectrice depuis Ron je serais désolée de ne plus vous lire.

  • Magaliej dit :

    Bonjour,

    J’en pense que les questions sont les bonnes, que je n’ai pas de réponse à apporter, pas de décision à prendre, mais que je serais un peu triste de ne pas vous lire ici.
    Mais j’en pense aussi que tout change, tout le temps, que la vie est ainsi, et que l’acceptation du changement et de l’impermanence est la seule voie. Que la seule réponse est l’amour, et que ça n’aide en rien à choisir, ni à vous aider à choisir.

    Merci pour le partage passé et actuel.

    Je vous envoie des pensées amicales et souriantes et vous souhaite une excellent journée.

  • Gump dit :

    Est-ce la peine de le décider ?

  • Cécile dit :

    Bonjour,
    Oui mais non (belgicisme).
    Je te suis depuis presque 10 ans . Ton blog est celui auquel je suis la plus fidèle ! Tes articles sont le point d’orgue de ma journée et je prends toujours un immense plaisir à rattraper mon retard de lecture. J’ai juste très peur de perdre ta trace si tu renais ailleurs !

  • Ponya dit :

    Faisez surtout comme vous voudrez
    Toujours nous nous retrouverons
    Demain ne meurt jamais!
    A bientôt

  • Sandrine dit :

    Tant que tu es aligné avec toi même, bien dans tes baskets avec cette décision, nous la respecterons.
    Mais tu nous manqueras. Si si…
    Prends soin de toi

  • Zelda67 dit :

    Je vous suis depuis plus de 10 ans aussi et vous m’a fait découvrir tant de choses, je m’en rends compte maintenant. Et je vous en remercie. Pourquoi pas une newsletter en effet ?

  • Christophe dit :

    Je suis là depuis le tout début Mr Bond….
    Tel le flux et le reflux tes écrits rythment nos vies…. Je serais triste de ton silence mais le respecterai …. souvent on a besoin d’un écho qui vient frapper notre âme et tu es celui là .

  • Séverine dit :

    Quelle est ton envie première William?

    La question est-elle à poser?

    J’ai adoré suivre les aventures de Ron. Découvrir ta plume évoluer au fil du temps. Des livres parus. À paraître!
    C’est une évolution. De toi. Ta vie. Tu en es le Capitaine, tu en fais ce dont tu as envie!

    C’est touchant de nous demander notre avis. On aimerait tellement conserver tes écrits et continuer tel quel. C’est beau ce qu’on trouve ici!

    Bisous et… La fondue t’attend toujours!

  • alice dit :

    Égoïstement noooooon reste, je te suis depuis ron l’infirmier, j’ai si souvent sourit, si souvent eu l’impression qui tu écrivait pour moi, mais en vrai… bien sûr que la décision t’appartient et surtout merci merci merci

  • Marieve dit :

    Rien de plus que les autres, je lis en silence depuis Ron et je serais bien triste de ne plus vous lire. J’ai souvent été touchée par la justesse de vos ressentis et j’ai aimé grandir et évoluer avec vous et les autres lecteurs. J’espère pouvoir garder votre trace, sinon vous manquerez, assurément.

  • Emilie dit :

    J’aime tant vous lire, j’aime vos doutes, vos interrogations, votre sensibilité, votre écriture. Je ne sais pas ce qu’il y a de mieux à faire, et votre décision vous appartient, évidemment! Mais quand même, j’aime venir ici, lire et relire certains textes.

  • Aurelie dit :

    Les temps changent, les envies passent , les choses se terminent … il est vrai …. mais je pensais à quelque chose ….
    Pour moi William , tu fais partie de ma vie depuis oula au moins 15 ans. Je te lis comme un grand frère et il me ferait peine que ça s’arrête…. mais puisque nous sommmes de fidèles lectrices, si chacune de nous verse 1 euros par an , ton hébergement est peut être largement payé.
    Si cela peut être un argument, je verse ces pièces avec joie !!!!

  • Marie-Aude dit :

    Fidèle lectrice silencieuse, je participerais volontiers à la cagnotte, même s’il n’y a pas d’article fréquent, même si le blog reste silencieux pendant longtemps… La mort d’un blog me rend toujours triste, le vôtre m’a très souvent touchée. Et justement, ce n’est pas un espace clivant, il est plein de nuances et de sensibilités.
    Mais c’est avant tout votre blog, votre envie, et votre décision

    (PS un allègement ça peut se faire relativement facilement)

  • Aucune idée de quand j’ai commencé à te lire, et évidemment égoïstement je voudrais que tu continues à venir là. Mais c’est à toi de décider, et si tu pars, je te souhaite d’être heureux, c’est tout 🙂

  • Fannoche dit :

    Très égoïstement je veux que tu restes, que tu continue. J’aime tellement te lire…
    Mais je comprends ton cheminement de pensée…
    Ne disparais pas totalement de nos vies, reste au moins sur insta !
    Je t’embrasse.

  • Mireille dit :

    Le mail du vendredi à 16h de Geraldine est devenu un moment de plaisir auquel je ne m’attendais pas! Ça serait un plaisir équivalent de te lire sous cette formule

  • Muriel dit :

    Vous me manqueriez beaucoup William, si vous fermiez ce blog (ou si vous n’y écriviez plus rien…). Je repense à toutes les rencontres que j’ai faites grâce à vos écrits : Marie-Laure (à l’époque où elle l’écrivait encore Marie-Lore), et puis grâce à elle, Tristan, son ex-compagnon qui m’a beaucoup, (mais alors beaucoup!) aidée à prendre certains virages de vie difficiles plus en douceur, Irène Grosjean aussi (que je n’ai finalement pas suivie sur son chemin du cru, parce qu’au final cela ne me convenait pas, mais qui sait? j’y reviendrai peut-être… ou pas… mais c’était intéressant de sortir de mon approche alimentaire habituelle, et de me poser des questions…). Et puis, j’ai réalisé en rigolant que si nous ne nous connaissions pas du tout, vous et moi, nous connaissions certaines personnes en commun (un certain Boris V. dont la soeur est une de mes plus proches amies). Enfin, il y a eu les moments où votre moral baissant dangereusement, vous m’avez fait peur (et c’est l’une des rares fois où je vous avais laissé un commentaire, car j’avais vraiment peur que vous « fassiez une bêtise »…). Bien souvent je constate que nous n’avons pas forcément les mêmes idées, les mêmes opinions, mais cela ne m’a jamais gênée, étant de ceux qui apprécient la diversité de points de vue et ayant des amis reflétant un panel hyper-éclectique d’opinions politiques ou de points de vue intellectuels. Bref, au final, je pense souvent à vous comme à un ami (y compris dans les longues périodes où vous n’écriviez plus ici), dont la « disparition virtuelle » me ferait quelque chose (certains de vos autres écrits, vos livres, sont dans ma bibliothèque, mais ce n’est pas pareil…). Je reconnais d’ailleurs que c’est bien l’un des problèmes de l’exposition sur les réseaux sociaux puisqu’il y a une totale dissymétrie entre celui qui écrit et ceux qui lisent : nous, lecteurs, avons parfois l’impression de connaître la personne qui écrit, de vous connaître, à force de vous lire année après année, or c’est faux (ou très partiellement vrai…), et cela nous donne l’illusion d’une relation alors que ce n’est pas le cas. Par ailleurs, nous ne soupçonnons pas du tout ce que vous pouvez ressentir si certains de vos lecteurs se montrent agressifs ou menaçants puisque ça c’est une partie que nous ne percevons pas du tout. Et je suis bien certaine que ce doit être glaçant. Je crois que c’est une des raisons pour lesquelles je ne suis qu’une petite souris sur internet, lisant beaucoup, laissant parfois un commentaire (rarement), ne livrant pas grand-chose de moi (et même de moins en moins, car comme beaucoup, j’ai pas mal semé sur Facebook au début et puis de moins en moins, et désormais presque plus…). J’aurais donc beau jeu de vous demander de rester (de quel droit de toutes façons?!) et de vous exposer alors que moi-même je cherche plutôt l’ombre protectrice de l’anonymat… Mais bon, voilà, vous me manqueriez quand même, il fallait que cela fût dit…

  • Simone dit :

    je t’ai lu et te lirais encore! Très égoïstement je dis: ne part pas!!! tu me manquerais…

  • Sylla dit :

    Je te lis depuis 2005 ( je dis  » tu  » parce que tu as l’âge de mon fils… et moi 68 ans).
    Je te lisais du temps de Ron et te lis depuis me désolant de ton peu d’assiduité même si la comprends.
    Pour le reste c’est ton ressenti, ta vie, ton choix et il n’appartient qu’à toi.
    Fermer un blog qui marche je connais. Et je regrette. Il avait 17 ans et je l’ai  » tué  » dans un moment de doute, de lassitude, et de je ne sais quoi qui avaient changé quelques heures plus tard….
    Le stand by n’est pas mal quand on est sûr de rien.

  • Eric MAILLARD dit :

    Je croyais à un joke dans ton texte, les commentaires me font réaliser que je suis un des rares lecteurs parmi de nombreuses lectrices !

  • Mme rouge dit :

    Cher William, j’ai envie de te dire reste mais je comprends totalement ta réflexion, et ces décisions n’appartiennent qu’à toi. Mais reste

  • Fred ( de Romans) dit :

    Ben il fautcintinuer , à ton rythme, sans publication pendant plusieurs mois, et puis avec un texte quand tu en as envie, besoin.
    Je Te lis depuis Ron, irrégulièrement; je commente peu mais j apprecie toujours autant . Et certaines réflexions m ont bien aidé. Continue donc, à ton rythme.
    Mais c est vrai, tu ne nous dois rien. C est a toi de voir ce qui te convient le mieux.
    PS: au fait, on devait prendre un pot un jour à Paris. Tu devais m apprendre un truc! Bises

  • JacquieB dit :

    1Ah non William il ne faut pas nous lâcher, on vous aime et on vous suit depuis si longtemps … mais vous seul pouvez juger de votre envie de continuer ou non.
    Je vous embrasse très fort.

  • Aurélia dit :

    Je ne commente généralement pas. Je te lis depuis des années. J’apprécie énormément l’évolution de tes écrits, de ta pensée, de ta vision de la vie. Surement parce que cela résonne en moi.
    Evidemment, j’aimerais continuer à te lire. Mais je comprends parfaitement que la question se pose aujourd’hui de continuer ou pas. Merci en tout cas, pour tout.
    Chacun voit midi à sa porte.
    Espérant te relire 😉

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *