Voyages
Partir un mois au Japon : trucs, conseils, astuces, budget
16 mai 2012
29

Pour conclure (ou presque) ma série de billets sur le Japon, j’aimerais vous résumer, sans façon, les quelques conseils, trucs et astuces que j’ai pu glaner avant, pendant et après mon voyage. Oui, on apprend des trucs après. Qui servent pour la fois suivante.

0) Retirer de l’argent liquide au Japon peut-être un peu compliqué (pas de parano inutile, ce n’est pas non plus la croix et la bannière, simple vigilance à ce sujet recommandée) : je me suis donc promené avec beaucoup de liquide sur moi en permanence, chose que je ne fais jamais en France ou ailleurs dans le monde car j’avais une mauvaise expérience de mon précédent voyage. Impossible de trouver des distributeurs de billets adéquats en claquant des doigts (ATM, en anglais) sauf…à la Poste (à savoir !). Et lorsqu’on en trouve, genre dans une supérette ou une banque, ils n’acceptent pas la Visa (ou les autres cartes de crédit étrangères). Cette fois-ci, moins d’angoisse pour deux raisons :
– La plupart des lieux acceptent la carte bleu comme paiement, même pour les micro-paiements (contre un surcoût, évidemment)
– J’avais donc toujours 20 000 yens sur moi, minimum.
J’ai utilisé systématiquement les ATM du réseau Citibank car ils acceptent la carte VISA !  C’est plutôt rare, au Japon. On repère le logo, on le mémorise et on n’hésite plus à s’arrêter quand on en voit un ! Carte des Citibank et numéro de téléphone ici.
Lors de la Golden Week, j’ai noté qu’il y avait écrit ça et là que les distributeurs n’allaient pas être autant approvisionnés. J’ai donc prévu le coup et retiré plus d’argent le week-end d’avant.

1) J’ai acheté un Japan Rail Pass de 21 jours, à 550 euros, en deuxième classe. Il existe une première classe nommée Green Card, pour 200 euros de plus. Ce pass permet de prendre autant de fois qu’on veut et sans réservation tous les trains rapides du pays (sauf quelques uns) et se rentabilise en un seul voyage, si vous allez loin, en deux voyages, la plupart du temps. Il vous ouvre les portes de certaines lignes de métro à Tokyo, Osaka, du ferry à Miyajima, etc.

Faut-il prendre la Green Class ? Niveau confort, pas forcément, on est très bien en seconde.

Faut-il réserver pendant la Golden Week ? Je vous conseille de réserver systématiquement de toute façon, rien que pour avoir en main vos horaires de départ et d’arrivée, inscrits en anglais. Cela permet de ne pas s’affoler si on s’endort et qu’on ne comprend rien à l’annonce d’arrivée en gare…Certaines gares possédant des noms qui se ressemblent furieusement. Sur chaque panneau, en gare, le nom de la station et deux autres noms : celle dont on vient, celle qui arrive ensuite. Pratique. Très.
On réserve dans chaque gare, comme en France, ils parlent tous un anglais sommaire et sont adorables. Ils se relèvent pour vous donner vos billets et s’inclinent, bien sûr. Oh, que j’aime ça.

Si vous détestez réserver, ne réservez pas : sautez dans le prochain train qui vient, les voitures 1/2/3 sont dédiées aux voyageurs sans réservation. On se prend pas la tête : hors Golden Week, j’ai vérifié, il y a toujours de la place vu la fréquence des trains. Et si vous pensez rester debout, que nenni, le contrôleur vous propose une place assise quand il le peut, en venant vous chercher (vécu deux fois). Le contrôleur, au Japon, se plie en quatre pour vous aider, y compris lorsqu’il s’agit de régulariser.

Le Japan Rail Pass se présente à l’entrée sur les quais, une seule fois, après c’est Démerdassek : vous allez vous assoir dans le train de votre choix. Certains ne sont pas accessibles pour les détenteurs du Pass (les très très rapides), et donc attention, vous devrez payer un surcout directement au controleur si vous grimpez dedans. Raison supplémentaire pour réserver ou vous renseigner à minima, avant.

Le train n’est pas que là pour les grandes traversées, du style Tokyo/Osaka, le pays est très bien desservi. On change de quai pour prendre un train plus petit et tout aussi fiable niveau horaires afin de rejoindre une gare perdue, comme en Suisse. Excellent réseau. Parfois, pour aller à Kamakura, par exemple, il faut sortir de la gare, passer dessous, remonter et rejoindre la deuxième gare, collée à la première mais pas accessible directement. La beauté WTF du Japon, aussi…

Pourquoi réserver son shinkansen, sinon ? Perso, la réservation m’a permis de ne PAS voyager 6 heures en voiture « Fumeur » lors de la Golden Week. Ah, oui, on n’a pas le droit de fumer dans certaines rues ou quartiers…mais on peut fumer dans certains wagons ou des restaurants. Va comprendre, Charles. Super désagréable. Vraiment très con, si je peux oser une remarque. Le coin réservé aux fumeurs empeste tout le lieu, je ne supporte plus du tout la fumée pendant que je mange. En règle générale, de toute façon, je ne la supporte plus.

Non mais, TOI, as-tu constaté plus de monde pendant la Golden Week ? C’était l’horreur ou bien ? J’ai voyagé en pleine Golden Week. Je confirme que le prix des hôtels explose et, surtout, qu’ils sont bien pleins ! C’était spectaculaire : je regardais mes hôtels de jour en jour, en fonction de mon voyage, et j’ai vu les prix quadrupler sur Osaka en une nuit. Euh…Evidemment, il restait plein de nuitées libres à 200 ou 250 euros, ce ne sont pas les plus chers qui sont pris d’assaut, tu ne te retrouves jamais à la rue. Juste tu payes plus cher. Il y a plus de monde dans les lieux touristiques, que j’ai donc évités comme la gale. Néanmoins, Golden Week ou pas, il y avait des collégiens à 7h30 du matin dans certains lieux magiques comme Miyajima alors un conseil qui vaut pour les voyages comme pour la vie en général : lève-toi tôt. Tu auras tout le temps de dormir quand tu seras mort euh dans ta prochaine vie réincarné en Lama porteur d’eau pour avoir osé voter Mélenchon à ton retour en France.

2) J’ai booké mes hôtels via booking.com qui me permettait d’annuler sans frais si je changeais de destination (pas à la dernière minute, bien sûr, mais 24h avant, oui). J’ai profité en dernière minute d’un aller-retour Paris/Tokyo plus quatre nuits d’hôtels à 840 euros chez Expédia et d’une hallucinante promo dans un hôtel que je recommande énormément (Akasaka Exel Hotel Tokuy, demander les chambres donnant sur le jardin, 9ème étage ou plus, encore mieux) pour mes derniers jours. « Luxe, calme et volupté ».

3) Je prenais systématiquement un hôtel à côté de la gare ou sur la gare pour respecter mon plan de voyage établi peu ou prou comme ceci :
Départ de l’hôtel A : 8h45
Trajet à pied
Arrivée Gare : 8h55
Départ train : 9h03
Arrivée Gare B : 11h24
Trajet à pied
Arrivée Hôtel B : 11h32
Déposer les bagages au check-in.
11h40 : à moi la ville….pour la journée.
Jour 2 : à moi les attractions hors de la ville.
Jour 3 : départ de l’hôtel B 8h45.
etc.

Les quartiers de gare ne sont pas connotés du tout comme en France, au Japon, cela ne craint absolument pas (le Japon est un pays qui ne craint vraiment, vraiment rien, mais au-delà de vraiment…) et ils sont centraux car le train occupe une place importante dans la vie des Japonais, détail que j’ai eu du mal à intégrer/croire en débarquant. Imaginez un pays où les TGV partent toutes les 20 minutes, sans besoin de réserver, vers toutes les grandes villes en province, les TGV qui partent à l’heure et arrivent à l’heure, où personne ne se bouscule pour grimper, où chacun s’assoit à sa place sans faire d’histoire, où les toilettes sont propres et nombreuses…et où une dame passe plusieurs fois dans l’allée pour vous vendre du café (décent) avec des sandwichs (frais et pas trop chers).

4) Toujours, toujours, toujours, en arrivant à la gare, même le dimanche (un concept très français le « fermé le dimanche ») chercher le Information ou Tourist Center qui vous donnera le plan détaillé de la ville, les dernières actu sur les lieux fermés au public (un tsunami est si vite arrivé) ou le chemin pour regagner votre hôtel que, vous, vous avez voulu prendre si loin de la gare pour faire les malins 🙂 J’ai toujours été accueilli avec le sourire, en anglais, et cela m’a énormément servi. J’ai gagné un temps fou. Imaginez que vous changez de ville tous les deux jours : même en étant très adaptable (je le suis), il faut avoir envie de tout chambouler à chaque fois et de repartir à zéro.

5) J’ai pris un bagage cabine pour mon mois au Japon. Pourquoi ?
– Je déteste attendre dans les aéroports
– J’allais être extremement mobile tous les deux jours
– Le pays n’est pas adapté pour les grosses valises (les compartiments des trains, par exemple)
– Les laveries automatiques sont des temps de pause assez agréables dans un voyage au long cours.
– Je n’ai pas franchement besoin de grand chose, désormais, pour me sentir bien.
Voici le contenu de ma valise (on roule les affaires, ça prend moins de place et conseil de base du voyageur, on range toujours les affaires au même endroit, tout le temps, dans son sac à dos ou sa valise. Le passeport, le porte-monnaie, l’appareil photo. On sait immédiatement s’il manque à l’appel et on gagne un temps fou, partout) (Ce sont les deux conseils les plus importants que j’ai jamais reçus dans ma vie, en voyage).
– Un boxer sur moi, deux dans la valise
– Une paire de chaussettes sur moi, deux dans la valise
– Un pantalon sur moi, un dans la valise
– Un tee-shirt manches courtes de nuit, un tee-shirt manches longues (acheté sur place, froid +++ à Nikko)
– Une polaire (servi uniquement dans l’avion aller et un peu à Nikko : inutile, donc)
– Un vêtement Gap multi-poches
– Une veste légère en coton (achetée à Tokyo, portée sans arrêt)
– Un polo sur moi, deux polos dans la valise
– Ordinateur de voyage, iPad, iPod, Kindle, Canon G12.
– Un guide Michelin Japon (pèse une tonne, il m’a bien ennuyé, lui… mais bon, j’en avais besoin)
– Trousse de toilette allégée avec produits utiles (immodium/voltarène/bouchons d’oreilles/masque anti-lumière)
– Un adaptateur (un seul, mon Ipad possédait dans sa boite un second adaptateur qui marche au Japon…)
– Une paire de chaussures au pied (Stan Smith Adidas), une paire de chaussures dans la valise (Camper, sans lacet, confortables et super pratiques pour les temples…)
– Un petit sac à dos avec plein de poches

Et voilà.
Un détail : les préservatifs Japonais vendus dans les endroits « classiques » sont de taille « inférieure ». Comment je le sais ? Je le sais ^^ Prévoyez avant le départ d’emmener vos préservatifs habituels, pour ceux qui pensent que..que…Moi ? Moi, je suis un saint, je visite, je me cultive, rien de plus. Voilà, voilà.

6) Quand il pleut, on achète (partout) (mais vraiment partout) (ou l’hôtel vous en prête un) un parapluie à 500 Y qu’on garde le temps de l’averse et qu’on oublie ensuite. Ou qu’on dépose dans une consigne à parapluie, comme celle-ci :

Il y a même des préservatifs à parapluie, pour ne pas mettre d’eau contre ses vêtements. A l’entrée des immeubles, on enfile le parapluie dans sa gaine de plastique. Quel pays formidable, non ?

7) Il suffit d’avoir l’air perdu (ou caucasien) pour qu’on vous propose de l’aide. Attention, le Japonais de base (même le jeune…) ne parle pas forcément anglais. Pas du tout, même. Mais cela ne m’a jamais posé problème. Tokyo propose un double affichage à peu près partout mais, bien souvent, une fois sorti dehors, le métro quitté par une des 45 sorties (Ah, Shinjuku !!) avec tous ces ponts qui croisent des autoroutes qui croisent des autoponts qui croisent des AAAAAAAAH ! Pas grave ils sont adorables. Et…

8 ) J’ai une boussole sur ma montre, ce qui me sert 10 fois par jour dans un pays qui n’a pas de noms de rues 🙂 La boussole est le petit plus qui change la visite.

9) Pas de réseau 3G pour afficher les plans (dommage, Eliane) (ou alors Eliane est très, très riche et dans ce cas elle a sa 3G tout le temps allumée) mais possibilité d’acheter une carte 3G chez Yodobashi (un Surcouf local) un peu partout dans le pays. Réseau NTT Docomo : vous allez franchement pas aller plus vite qu’un modem 56k mais ça fait l’affaire, en cas d’urgence. La carte, qui coute 35 euros, est valable dix jours pour les non-résidants, ou un mois si vous possédez une adresse postale au Japon. La mienne a marché un mois. J’ai rien compris. Se faire installer la carte Sim dans l’iPad ou l’iPhone sur place, par les vendeurs. Je me doute que vous partez pas au Japon avec le petit bitonniaud qui permet d’ouvrir l’iPhone ^^

10) Attention, j’ai fait 13 hôtels et un seul seulement proposait le Wifi en chambre. Du LAN gratuit, partout, à chaque fois. Mais du WIFI, non. Faites comme vous l’entendez, hein, mais si vous n’avez qu’un McBook Air (ce fut mon cas à mon précédent voyage)…et bien vous n’avez pas internet ^^ Souvent du Wifi gratuit dans le lobby. Parfois du Wifi gratuit dans les gares. Attention bis : plus du tout de wifi gratuit dans les Starbucks ou McDo (qui le propose en payant, aux résidants). Demander aux cafés qui n’appartiennent pas à une chaine ou aux salons de thé, sinon, la réponse est souvent oui, une fois installé, on grignote en surfant. La ville d’Hiroshima, dans un périmètre de 700 mètres entourant le Musée de la Paix offre du Wifi gratuit. Chacun fait comme il peut.

11) Il y a des toilettes partout. Partout. C’est un détail, vous pensez ? Non, pas vraiment. Elles sont propres, accessibles et il y en a partout. Vous comprendrez en arrivant comment c’est bien pour le touriste en goguette.

12) On paye le bus en sortant. J’ai affolé une pauvre conductrice car je ne le savais pas (elle avait du mal à concevoir que dans mon pays on paye le bus en entrant, ou, comme la plupart des gens, on ne paye rien du tout car on est au-dessus de ça). On se met à gauche sur l’escalator (car on roule à gauche) sauf à Osaka où…on se met à droite sur l’escalator. WTF ?

13) Un conseil de voyageur esthète, maintenant : c’est pas parce qu’on est en vacances qu’on doit s’habiller 100% Décathlon. Je vous explique. Vous allez prendre plein de photos. Plein. Avec vous dessus. Moi, les seules photos que j’ai de moi au Palais d’été, à Pékin, sont des photos en tee-shirt Nike jaune fluo, un truc que j’avais mis pour aller courir et pas suer (il faisait 40 degrés à Pékin) et que je trouvais PRATIQUE en vacances. J’ai la haine d’avoir ce souvenir à vie. Donc, sur toutes mes photos du Japon : polo bleu ou noir, jean. La preuve par l’exemple :

14) On mange pour 7 euros un plat consistant, dans les gargotes. Pour la même somme, vous avez un repas McDo (à essayer une fois, pour les Burgers Teriyaki) ou chez Subway. Il est difficile/impossible de trouver des fruits pas chers dans les superettes (il y en a une à chaque coin de rue) mais je mâchonnais des bananes à 1 euro pièce sans ronchonner. Pour Agnès qui va lire ses lignes et qui va monter sur ses grands chevaux, je la connais : tout le monde n’habite pas Tokyo, tout le monde ne va pas faire ses courses à Isetan et, oui, à Sendaï, au petit matin, il est impossible pour un touriste qui débarque de trouver une orange ou un kiwi en claquant des doigts. Voire même une barre de Mars. Impossible, en un mois, de manger une barre de Mars : c’est dingue, non ? Ça ne manque que quand on ne PEUT PAS en trouver. Impossible de boire un Coca-Light (qui n’existe pas en distributeur). On trouve à la place du Pepsi Nex (= zéro). J’avais un budget de 20 à 30 euros par jour, pour la nourriture, que je n’ai franchement pas explosé. Les vrais sushis sont chers. En low-cost, vous pouvez manger de la nourriture de superette : brochettes de poulet pané à 1 euro pièce, riz, trucs cuits à la vapeur.

15) Paris coute plus cher que Tokyo, pour un touriste. La France coute plus cher que le Japon, pour un touriste. Une fois posé ceci, ce n’est pas une destination low-cost, loin de là, mais ce n’est pas, non plus, une destination chère. Le billet d’avion coute « cher » (12h de vol, en même temps…C’est loin !) et l’hébergement coute, pour ce que j’aime, un bon 3 étoiles, entre 65 et 80 euros la nuit. J’ai poussé à 110 euros pour deux nuits au Granvia d’Hiroshima, pas regretté, l’hôtel, merveilleusement situé, était grand, moderne et ma chambre super.

16) J’ai eu un souci de santé, en plein milieu du trip, super angoissant : mes yeux. J’ai appelé ma carte VISA, de l’étranger, qui m’a trouvé en deux heures une clinique pour les yeux et tout ce qui allait avec. Je n’avais jamais utilisé les services de la carte VISA (j’ai une Premier, oui, typiquement pour ce genre d’évènements qui n’arrive jamais…et qui, parfois, à 20h de la maison, à 8h de Tokyo, perdu dans un hôtel, arrive) et je l’ai fait. Ne pas oublier ce numéro d’urgence, inscrit au dos de la carte, ce que je ne savais pas ! Ou ici = +33 (0) 969 328 221. Ils sont adorables et vont bien se moquer de moi en lisant ça : lire

17) Concernant le poids maximum des bagages en soute, en revenant de Tokyo, il était limité à 23 kilos. Si vous avez plein de souvenirs, ça peut vite monter, je vous conseille vivement, vivement, d’aller à la Poste du coin avec vos cadeaux, le dernier jour, quelques tee-shirts et deux ou trois choses lourdes dans votre valise. Vous demandez un colis (UPS ou autre), vous fourrez tout dedans (la Poste fournit les ciseaux, le scotch) et vous ne vous préoccupez plus de combien vous allez payer en surpoids. Le calcul est simple et la dame de la Poste le fera pour vous : j’ai payé 93 euros pour envoyer en France 6 ou 7 kilos (j’avais encore 5 kilos de marge) avec UPS, livrés le surlendemain.

Deux ans plus tôt, j’avais du régler à Cathay Pacific 245 euros de surpoids sur un Tokyo-Paris pour 10 kilos de souvenirs en plus…Ca fait mal !

Notez que si vous êtes dans un hôtel correct au Japon, ils ont des cartons à l’accueil et vous les offrent pour emballer vos objets. Le mien m’a été fourni par la Poste.

Plein de réponses à toutes les questions qu’on peut se poser sur le Japon, conseils, trucs, astuces, arnaques (??) : ici

18) Ce que j’ai retiré en une phrase de ce mois ?

Le Japon est une destination simple, pour le touriste.

Vous vous inquiétez parce que vous ne parlez pas Japonais ?
Soyez rassurés, ils ne parlent pas Anglais.

Lol.

C’est vrai, ceci-dit. Mais, blague à part, avez-vous réellement besoin de savoir lire des panneaux pour vous diriger ? Avez-vous réellement besoin de comprendre une langue pour vous faire entendre ? Avez-vous réellement peur d’être Lost in Translation ou…avez-vous envie, enfin, pour une fois, enfin, oui, d’être Lost In Translation avec délice ?

C’est le pays le plus simple du monde. Et donc, forcément, le plus élaboré aussi dans ses détails. Tout est dans le détail. L’ensemble, lui, est invisible à l’oeil. Le Japon se cache sous une façade neutre, bienveillante, lisse et sans histoire. Soudain, entre deux immeubles fonctionnels, surgit la magie du pays. On peut aussi passer un mois le nez en l’air à regarder les néons qui clignotent, comme dans les reportages d’Envoyé Spécial. Je sais, je suis dur. Mais montrer en exemple encore et toujours le sempiternel croisement de Shibuya où des milliers de passants traversent une rue, venus des quatre coins de la ville, c’est comme montrer la Tour Eiffel en disant que chaque Parisien passe en dessous au moins une fois par jour. Vous voyez le genre ?

Super destination, donc. Je recommande.
Je ne suis pas un grand voyageur : j’ai encore peur d’aller en Inde, par exemple. Mais partir seul un mois au Japon, je peux vous le dire : Fingers in the nose. Sans souci, sans problème, heureux. Je valide. Et j’y repars le plus vite possible pour finir ce que je n’ai pas vu : Ise, Fukuoka, Sapporo…

Allez, merci de m’avoir suivi sur le sujet. Merci, sincèrement.
Retrouvez presque tous mes billets sur le sujet, après le plan détaillé et une vidéo récap, pas du tout exhaustive.


Agrandir le plan

Kamakura

Sendai

Matshushima et là, aussi

Nikko et Nikko aussi

Laver son linge au Japon

Osaka
et Osaka ici aussi et Osaka encore ici et Osaka encore là. Osaka, oui, ici aussi !

Himeji (pour les fans de James Bond !)

Le Mont Shosha

Hiroshima

Miyajima

Tomber malade au Japon ?

Le Reiyukai Shakaden à Tokyo : à voir absolument si vous aimez l’architecture et le design de SF

Le Mont Misen

Nagasaki ou encore Nagasaki ici

Le Mont Fuji

Le lac d’Hakone

La vallée d’Owakudani

Tokyo Sky Tree, la promenade

Où est Charlie ?

About author

Related items

/ You may check this items as well

IMG_1297

La mémoire des mûrs

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
21032698_10214563133738713_8022843653912950513_n (1)

Le beau Danube bleu : Hongrie – Slovaquie – Autriche

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_4542

Dernier jour : Brooklyn, Manhattan.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 29 comments

  • leyleydu95 dit :

    Merci William pour le voyage ! Cétait un réel plaisir de suivre vos aventures au jour le jour…
    Reste un seul point à développer (ou pas !) : la taille du préservatif « normal » et son usage lorsqu’on voyage seul 😉
    Y’aurait-il des photos de vos rencontres que vous n’avez pas montré ??

  • Hadda dit :

    et donc le budget final est de combien? oui je suis très terre à terre en la matière parce qu’avec un calcul rapide ça me parait quand même onéreux après y a le choix de bouger tous les deux jours et le prix des hôtels, comme le montant du budget nourriture …perso j’ai fait new york et SF seul sur 3 semaine avec un budget minime sauf pour le téléphone ( ça c’est la mauvaise idée d’avoir un crush américain )

    • William dit :

      C’est un voyage qui couterait moins cher que le même en France mais dans les mêmes gammes de prix (hors train, inclus dans un forfait). Aucune idée du prix final.

  • Zelda dit :

    Merci, merci d’avoir partagé ce voyage et d’avoir démythifié à la fin ! Ça donne envie… Bon retour en France…

  • elodie dit :

    Fin de l’aventure! Prêt pour une nouvelle ? J’ai des amis qui ont fait l’Inde en routard (et pourtant ils aiment leur « petit confort ») : fingers in the nose 🙂

    Au passage merci pour les deux tranches de rigolade :

    — « 12) On paye le bus en sortant. J’ai affolé une pauvre conductrice car je ne le savais pas (elle avait du mal à concevoir que dans mon pays on paye le bus en entrant, ou, comme la plupart des gens, on ne paye rien du tout car on est au-dessus de ça).  » : fin de phrase à mourir de rire 🙂 tellement vrai…

    —« Vous vous inquiétez parce que vous ne parlez pas Japonais ?
    Soyez rassurés, ils ne parlent pas Anglais.

    Lol. » : ++++++

    William je vous adore ! la pêche !

  • Amélie POUILLE dit :

    Merci pour tous ces conseils… Ca va m’aider rapidement je pense. Tu peux aller en Inde sans problème. C’est bien plus simple sur le plan pratique. C’est sur le ressenti que c’est difficile mais tellement enrichissant…

  • Amélie POUILLE dit :

    Ah bah moi il y a en a une qui m’a pété le nez, donc sur ce point là je ne peux pas te rassurer… Cela dit les singes sont plus dangereux que les vaches…

  • Michel dit :

    Des conseils que l’on peut appliquer presque partout ! Mention spéciale pour le n°13 (le truc auqel on ne pense pas mais tellement vrai !)
    Merci pour ce mois de rêves …

  • sandiet dit :

    Du trek urbain en Stan Smith et après tu viens te plaindre que t’es a cassé de partout, pfffffffffffffffff

  • ally dit :

    Ah les préservatifs à parapluie, on appelait çà comme çà aussi ^^ tellement pratique, surtout quand il y a la machine pour les mettre automatiquement 🙂

  • […] La première chose que j’ai faite quand j’ai su que je partais a été d’appeler William dont j’avais suivi avec tant de plaisir les péripéties au pays du soleil levant ! Il […]

  • bourbigot dit :

    J’aime beaucoup… beaucoup, votre façon de raconter… je vais au Japon fin mars début avril : vous m’inspirez!

  • […] Conseils et astuces du blogueur William Rejault. […]

  • Laurent dit :

    Très utile et ludique cet article, tu n’as pas trouvé le temps trop long ?

    Une astuce pour ceux qui veulent voyager léger sans ordinateur mais voulant quand même une connexion internet sur leur smartphone et tablette (sachant que dans beaucoup d’hôtels au Japon la connexion dans les chambres se fait par câble ethernet LAN RJ45) il existe un site d’enchère que vous aurez certainement reconnu où l’on peut trouver des adaptateurs avec une entrée ethernet et sortie micro usb (l’équivalent pour iphone/ipad/ipod existe aussi).

    Il y a aussi deux applications GPS offline (donc sans frais 3G) faites par Tripadvisor pour les villes de Tokyo et Kyoto, les cartes et les points d’intérêt (sites à visiter,restos,bars,ect…) sont à télécharger et synchroniser au préalable par wifi et après c’est que du bonheur pour se localiser et se guider dans les deux villes.

  • Stéphane dit :

    Bonjour,

    Excellent article !!!
    J’ai justement l’intention de partir 1 mois là-bas.
    Avez-vous une idée du budget de votre périple ?
    Ou en tout cas approximativement car je ne me rends pas bien compte.

    Merci de votre aide.
    Stéphane

  • arthur dit :

    Bonjour et merci pour tes précieux conseils.

    Avais-tu réservé tous tes hôtels avant de quitter la France? Ou bien, est-il envisageable d' »improviser » au jour-le-jour sans trop de crainte?

    • William dit :

      Aucun souci pour réserver sauf pendant la Golden Week, évidemment. J’ai utilisé Booking mais Expedia avait de supers promos aussi. Plus tu iras au Nord du Japon et moins tu auras de soucis (rapport à Fukushima et au peu de touristes voire zéro…) mais vraiment, sincèrement et globalement, il n’y a pas de problème de tourisme au Japon avec hôtels blindés sauf à Kyoto, et encore. Il y a beaucoup d’offre…Je n’ai pas bataillé beaucoup, juste sur les lieux, je voulais être à deux pas de la gare à chaque fois et je ne l’ai pas regretté.
      J’ai réservé au jour le jour, en fonction de mes envies, de la météo et de ma fatigue. Tu seras étonné de voir combien ce pays est simple, ultra simple, c’est le pays des services et de la fluidité. Même sans parler la langue, même sans la lire, il n’y a pas de problème. L’hébergement, hors golden week, n’est pas un problème sauf si tu as un tout petit budget mais c’est moins cher qu’à Paris…

  • james dit :

    Bonjour,

    Nous sommes Organisation chrétienne formée pour aider les gens dans les besoins des aides, tels que help.So financière si vous allez à travers des difficultés financières ou vous êtes dans n’importe quel gâchis financier, et vous besoin de fonds pour démarrer votre propre entreprise, ou vous avez besoin de prêt régler votre dette ou de payer vos factures, démarrer une belle entreprise, ou si vous trouvez qu’il est difficile d’obtenir des prêts de capital auprès des banques locales, contactez-nous aujourd’hui par courriel jamesbrandyloans@gmail.com pour la bible dit «  » Luc 11:10 Tous ceux qui demande reçoit; celui qui cherche trouve; et à celui qui frappe, la porte sera ouverte « Alors ne laissez pas ces occasion vous passer parce que Jésus est le même hier, aujourd’hui et éternellement plus.Veuillez ceux-ci est pour les graves esprit et le peuple de Dieu craignant.

    Votre Nom:
    SEX;
    AGE;
    pays
    Montant du prêt:
    Durée du prêt:
    Objet du prêt;
    Votre revenu mensuel;
    Valable numéro de téléphone portable:

    Merci pour votre compréhension à votre interlocuteur que nous attendons

    Cordialement
    gestion
    E-mail: jamesbrandyloans@gmail.com

  • m.envois dit :

    Merci pour ce bal article instructif et détaillé… Ce type de blog permet de voyager plus sereinement. Qu’en est-il pour la nourriture au Japon ? Je sais que certains Français expatriés dans ce pays apprécient les colis de nourriture que leur famille leur envoie depuis la France ……

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *