Télévision Vie quotidienne
Perte relative de l’anonymat, gestion du direct, passer au zapping
16 février 2013
4

“Mais tu réalises bien que tu n’as qu’un seul anonymat et que lorsque tu le perds, tu le perds ?
– Oui.
– Du moins un anonymat par pays, si tu ne dépasses pas les frontières.
– Oui.
– Donc tu réalises dans quoi tu mets les pieds ?
– Oui.
– Alors si tu le réalises, tout va bien. Moi je ne tiens pas particulièrement à être reconnu.
– Moi je trouve ça plutôt fun. Et pour le moment, c’est très relatif, hein, très…
– Mais tu travailles à ce que ce le soit moins.
– Oui. Pas activement, c’est pas mon obsession. Mais je ne le freine plus, comme avant. Je l’accepte. Arrivera ce qui doit arriver. En tout cas, c’est fun.”

Et c’est vrai, je trouve ça plutôt fun. Il y a quelques années, moins, oui, j’étais plutôt mal à l’aise, même. Dans Paris (qui est tout petit), des fois je vois des gens qui me sourient et me font un petit signe, des fois dans le métro, j’aperçois un regard qui dure une seconde de trop, qui fuit quand je le soutiens puis qui revient et me sonde alors je prends mon air le plus angélique possible. Une fois, j’en galpe un qui sort son iPhone (souvent un gay) genre il prend une photo pas discrète et je lui dis :
– C’est moi que vous prenez en photo ?
Le mec rougit :
– Oui.
– Pourquoi ?
– Je vous ai vu, quand vous teniez le blog de Z. C’était bien.
– Ah. Ok. Pas de souci. Mais si vous me demandez la permission avant, ce sera moins flou, non ?

On s’habitue, lentement, à changer dans les yeux des gens alors que soi-même, dans le fond, on ne pense pas changer énormément. Bon, je ne suis personne mais…depuis le temps que je ne suis personne en public ou sur le web, ça commence à faire et ça imprime une image dans certaines populations (connectées).

Bien sûr qu’il faut une faille narcissique de la taille du Grand Canyon pour aller se mettre devant une caméra et faire l’âne ou même signer des bouquins à une table, attendant le lecteur (mais je reconnais que le coup de la télé est particulièrement adapté pour ceux qui pensent réparer les blessures de l’âme avec) (Fausse bonne idée, hein, vraiment) et bien sûr que l’anonymat est le cadeau le plus précieux reçu dans la vie, avec la santé et l’amour réciproque. Mais je ne suis pas mécontent de mettre les pieds dans quelque chose qui mélange l’égo, le courage, le jeu, la folie, l’écoute et la gestion du stress : à mon âge, peu d’expériences apportent autant d’émotions en si peu de temps. Je kiffe, oui, désormais. Pour regarder ma chronique de la semaine, c’est par ici.

Comment j’ai su que je kiffais enfin ? En m’amusant en direct et en décidant de mettre le bronx dans ma propre chronique, comme celle de jeudi dernier, où je balance la conclu en plein milieu parce que je trouve ça plus drôle ou en faisant venir chanter un pote sur le plateau, juste pour voir leurs têtes. Parce que c’est ça, la télé, c’est du fun, c’est juste un truc simple qui permet de penser à autre chose, aussi, parfois. Je ne peux pas être grave toutes les semaines (je l’ai été, certaines fois, dans ma chronique) mais, désormais, je sais que le plus important est que je m’amuse, que je détende les gens et que je sois sincère dans le message que j’ai envie de faire passer. C’est le cas. Je ne dis que ce que je pense. Je ne réponds pas quand on me traite de lâche à l’antenne car j’ai envie d’être léger, même dans mes convictions les plus intimes. On ne les partage pas ? Pas grave, tout cela sera oublié dans cinq minutes. Et la jeune femme a ses raisons, aussi. Je les devine.

Sociologiquement, j’apprends énormément et très vite : les conséquences sont amusantes. Parfois belles. Parfois stupéfiantes dans la tête des gens (“Tu passes à la télé = tu es riche = tu es heureux = les gens sur le plateau sont tes amis = tu n’as pas le droit de te plaindre, voyons) et parfois je me pince pour ne rien dire. C’est une expérience extra. J’ai eu de la chance d’apprendre un métier, plus tôt dans ma vie, où je pouvais gérer mon stress, celui de mes patients (du mieux que je pouvais) et être utile à la société. Au moins j’avais mal au dos le soir pour de bonnes raisons. Là, c’est autre chose. Tout autre chose mais tout aussi intéressant. Et, étrangement, mes apprentissages de soignants me servent encore énormément.

Le Grand 8 cartonne, les audiences sont bonnes, les parts de marché aussi, je suis super heureux car je m’amuse et j’apprends plein, plein de choses. Plein.
C’est une belle année. Mais j’ai vraiment halluciné quand je me suis vu au Zapping. Là, tout de même, je me suis dit : “Ah. Il se passe un truc, là. C’est donc réel” 🙂

1558 lectures pour cet article. Merci pour votre fidélité.

About author

Related items

/ You may check this items as well

Grande muraille de Chine, mai 2009

This is the end

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Capture d’écran 2018-05-31 à 20.30.07

La troisième année.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Capture d’écran 2018-05-02 à 16.46.47

Le lave-vaisselle

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 4 comments

  • LeReilly dit :

    Hihi. Il manque le lien du zapping en question. 😀

  • émilie j.... dit :

    Ah oui…. carrément sympa ton pote !!! il est célibataire..???!!!
    En tous cas ravie de te retrouver ici.

  • SEVE dit :

    Interressant William, car de notre côté nous ne savons pas trop comment réagir devant une personnalité, c’est vrai nous allons faire un sourire et détourner le regard même si celui-ci se veut insistant car au fond on se dit putain c’est vraiment lui et personne ne va te croire si tu ne rapporte pas une preuve, mais tu t’en fout tu veux respecter cette personne et tu fais le signe de la tête rassurant qui dit je t’apprécie je ne suis pas comme les autres, je ne t’ennuierai pas… et après tu réalises vraiment je l’ai vu !!! j’aurais du lui parler, l’accoster demander une photo… car au fond nous sommes ”envieux” le mot est un peu fort mais je pense que c’est vrai, beaucoup ont une vie merdique, et quand les personnalités via l’humour, l’image, les émotions… nous avons envie de leur crier MERCI, c’est un mot banal mais qui vient du coeur… merci William Byzouxxx
    SE
    VE
    il est lourd mon commentaire du dimanche matin, i’m sorry

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *