Vie quotidienne
Qu’est-ce qu’on rigole, les mecs !
28 août 2012
4

Je viens de passer le flambeau à Julie et ça m’a fait bizarre. C’est un SMS d’elle qui m’a fait éclater de rire. Un truc du genre « C’est la canicule, prends soin de toi, est-ce que tu t’hydrates bien ? ». Je l’ai trouvé gonflée, la petite, du haut de ses 22 ans et j’ai failli lui répondre un truc bien senti avant d’admettre que, ça y est, enfin, j’étais devenu le vieux officiel de quelqu’un, à mon tour.

A mon tour.

Car, et c’est rien de le dire, qu’est-ce que j’ai pu vanner les vieux, du moins les plus vieux que moi, pendant ces quinze années passées. C’était ma blague favorite. La plus simple et la plus drôle (à mes yeux). Forcément la plus chargée en contre-réactions, pour les gens en face de moi. Je me revois encore, avec des gens qui avaient mon âge actuel, à 22 ans (il y a un siècle…et avant-hier, en même temps).
– De ton temps, forcément…
– Ah mais vous avez connu l’électricité, aussi ?
– Et tout ça au sortir de la guerre.

Souvent mon interlocuteur répondait brièvement d’un simple « Crétin » et passait à autre chose, mais j’avais pu capter dans ses yeux, pendant une fraction de seconde, l’étincelle de quelque chose que je n’arrivais pas à définir, à l’époque. Un concentré de pleins d’informations en un seul regard. Il m’a fallu plus de quinze ans pour comprendre ce que ce regard disait car, à mon tour, je regarde Julie et les autres de cette façon quand elle sous-entend que je suis vieux. Très, très vieux.

Dans mon regard, désormais, si elle savait le lire (mais cette compréhension n’est donnée aux humains qu’après une bonne trentaine tassée d’hivers sur Terre) elle pourrait interpréter ceci :
– Ma chérie, si tu savais comme cette maladie contagieuse s’attrape vite. Profite donc. Tu te crois immunisée ? Mais tu es déjà atteinte…Bientôt tu seras comme moi. Exactement comme moi. Mais tu penses que c’est impossible, n’est-ce pas ? Oui, tu penses que c’est impossible.

Je n’ai pas vu passer ces quinze dernières années (dont neuf avec mon compagnon !). J’ai réalisé pour la première fois, cet été, que deux immenses semaines en Floride représentaient à peine 1/26ème de mon temps solaire annuel et que j’avais finalement pas beaucoup de temps à moi dans une année d’homme sur Terre. Ni dans une vie d’Homme, d’ailleurs. Tout cela est si rapide.

Heureusement qu’il me reste ce vieux @prland à bâcher. Lui, pour le coup, il est VRAIMENT vieux. Et ça me rassure, quelque part.

About author

Related items

/ You may check this items as well

Capture d’écran 2014-12-02 à 06.11.50

500 fois dans mon lit

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Dents

Ouvre la bouche, ferme les yeux, tu verras ça glissera mieux

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_1502

Largué comme un chien !

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 4 comments

  • Melanie dit :

    Ca me fait penser à la chanson « marquise » de Brassens :

    Marquise, si mon visage
    A quelques traits un peu vieux,
    Souvenez-vous qu’à mon âge
    Vous ne vaudrez guère mieux.

    Le temps aux plus belles choses
    Se plaît à faire un affront:
    Il saura faner vos roses
    Comme il a ridé mon front.

    Le meme cours des planètes
    Règle nos jours et nos nuits:
    On m’a vu ce que vous etes;
    Vous serez ce que je suis.

    Peut-être que je serai vieille,
    Répond Marquise, cependant
    J’ai vingt-six ans, mon vieux Corneille,
    Et je t’emmerde en attendant.

    http://www.youtube.com/watch?v=MV2vrACZzck

  • Mauricio dit :

    Ha ha, pauvre Eric !

  • dominique dit :

    Une évidence..contre laquelle on ne peut rien. Le temps passe…et passe vite !C’est tellement bien écrit qu’on entend de l’optimisme dans ces lignes qui pourraient pourtant nous mettre le moral à plat! Perso, ça reste un plaisir de te lire. Même si.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *