Voyages
Symbole national et authentique merveille : Miyajima
30 avril 2012
3

Alors conseil de chez conseil : quittez Hiroshima super tôt ! Le temple sur l’eau ouvre à 6H30 et ce n’est pas sans raison, vraiment. J’ai pris le train JR de 7H06, arrivée à Miyajima à 7H32, le temps de quitter la gare et de rejoindre le ferry, il était 7H45 à mon arrivée au temple. Et il y avait déjà trois groupes de scolaires fort bruyants…Avis à la population : c’est déjà désagréable à 7H45, je l’ai vu bondé à 11H30 et c’était l’horreur. En plein rush de l’après-midi, je déconseille fortement.

Petit commentaire : si vous disposez d’un Japan Rail Pass, je n’ai pas trouvé super intéressant de prendre la carte 2 jours de la ville d’Hiroshima, qui vous propose pour 840 yen un accès illimité au Tram (ok, pour ce qu’il y a à voir en ville…) et un aller-retour à l’embarcadère du bateau. Car en fait vous devez utiliser le tram pour accéder au port de la ville (compter 55 mn, il se traîne) puis une compagnie qui met 30 minutes pour aller du port à l’île.

Or le JR Pass vous emmène à la gare de Miyajima en 26 minutes ET vous fait la traversée en dix minutes car ils ont leur propre flotte…pile en face de l’île ! L’embarcadère de la ville d’Hiroshima est situé en ville, lui. Donc bien réfléchir : si vous avez du temps, je vous déconseille fortement de prendre le trip complet de la ville 2 days « tramway-traversée ». Il n’est intéressant financièrement que dans sa version 2 days « tramway-traversée-téléphérique »…mais n’est pas vendu dans toutes les machines automatiques. En gros, vous allez gagner 15 euros et perdre deux heures par rapport à l’option tout JR Pass.

Je sais pas si je suis clair 🙂 De toutes façons, ce Japan Rail Pass est obligatoire pour tout voyage de plus d’une semaine. Rien qu’en allant à Kyoto, il est rentabilisé.

Grosse surprise en arrivant sur l’île : celle-ci est envahie de biches oh ma biche lorsque tu soulignes qui se promènent en liberté, à deux pas de nous. J’ai failli en tomber de mon vélo. Je me méfiais sacrément des biches depuis mes incursions aux USA : il est interdit de les nourrir ou de les approcher car elles peuvent charger, les biches Américaines. Ici, au Japon, on vous demande simplement d’éviter de les toucher ou de les nourrir, voire de faire attention à votre plan de l’île, car elles adorent manger du papier. Dingue, non ?

Je vous parlais de vélo, à l’instant, oui, j’avais loué un vélo ! En sortant du bateau, dans la gare, le chef de gare vous remet les clefs (Rent a Bike) d’un vélo avec petit panier pour poser son sac et anti-vol intégré. Cela coute trois fois rien et c’est génial ! L’île n’est pas immense mais la sensation de se promener « cheveux aux vents » au milieu des temples, des biches, dans les odeurs maritimes est un vrai pied intégral. Pour 4 euros les quatre heures, hein…J’ai fait un film, regardez ! (Oui, je sais, c’est dangereux de rouler en filmant…et d’ailleurs je me suis vautré dans un ravin deux heures après. Je peux vous dire que ça m’a calmé ! Plus de peur que de mal).


Le Tori ! En travaux…Un torii (鳥居, litt. « là où sont les oiseaux ») est un portail traditionnel japonais. Il est communément érigé à l’entrée d’un sanctuaire shintoïste, afin de séparer l’enceinte sacrée de l’environnement profane.
Du fait de sa fonction de séparation symbolique du monde physique et du monde spirituel, chaque torii traversé lors de l’accès à un temple doit être retraversé dans l’autre sens afin de revenir dans le monde réel. Il n’est pas rare de voir des japonais contourner un torii lorsqu’ils ne pensent pas repasser plus tard par cet endroit.

Evidemment, sans les échafaudages, vous le connaissez bien :

Le temple sur l’eau (ici à marée basse) qui permet de découvrir le Tori est une pure merveille digne d’un conte de fée , on a envie d’y rester toute la journée simplement pour regarder l’eau monter. Et d’ailleurs, je me suis dit, « Chic, puisque c’est marée basse, je vais approcher le Tori de près »…Et je vous ai filmé ça, un peu plus bas.

C’était juste extraordinaire. Un endroit de plus à ajouter à la longue liste des lieux qui, dans ma vie, m’ont marqué. Il fallait que je vois ça, une fois au moins. Ce Tori si symbolique du pays, je ne l’imaginais pas, je me faisais des idées sur lui, sur sa taille, sur ce qu’il y avait autour. Il fallait que je vienne. Il fallait que je le visualise au bon endroit. Tout est à sa place, désormais, dans ma tête : le Japon prend une autre forme, une autre dimension.

Promenade à marée basse, à pieds, près du Tori de Miyajima :

Un des énormes avantages de voyager seul : vous rencontrez des gens sans arrêt qui viennent vers vous. C’est assez dingue. Je prends des photos quand j’y pense, car ils illuminent ma journée. Ce sont les seuls humains à qui je parle d’autre chose que de « checking in », de « bath towel for my room » or de « train ticket for Nagasaki, please »…

Il y a sur l’île une autre merveille, naturelle, cette fois-ci, que je vous invite à découvrir un peu plus tard. En attendant, bonne journée.

Une dernière photo de la Pagode, allez :

About author

Related items

/ You may check this items as well

IMG_1297

La mémoire des mûrs

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
21032698_10214563133738713_8022843653912950513_n (1)

Le beau Danube bleu : Hongrie – Slovaquie – Autriche

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
IMG_4542

Dernier jour : Brooklyn, Manhattan.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 3 comments

  • dominique dit :

    Un immense merci…sincèrement.
    Dominique dans la grisaille normande un dimanche matin 😉

  • Line dit :

    Merci pour le partage, tu me fais détester ma vie.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *