Vie quotidienne
T’as le look, coco.
22 octobre 2018
4

J’ai quand même vécu presque vingt ans de ma vie en couple, au total, ce qui fait de moi autant un freak qu’un mec qui n’aurait jamais vécu en couple, chacun sa névrose, je repensais à ça ce matin en réalisant que la Star Ac 1 avait été lancée il y a pile 17 ans hier, j’avais 28 ans, j’habitais en Alsace, je me trouvais déjà vieux à l’époque et je me demande bien ce que le William de 2001 dirait au William de 2018 s’il le croisait et surtout ce que le William de 2018 donnerait comme conseil au William de 2001 s’il avait ce pouvoir.

Tout ça pour dire que les débuts d’une histoire sont quand même les trucs les plus géniaux à vivre dans une vie d’homme : on ne se lasse pas du corps de l’autre, de la bouche de l’autre, de l’odeur de l’autre, d’être collé à l’autre, on s’étonne d’un rien et tout nous paraît si nouveau. C’est quand même le seul truc au monde qui vous fait oublier la douleur de l’étape précédente, un peu comme l’accouchement, je présume. On se dit “Never again” et puis on y replonge avec délice.

(Bon, “délice”, pour un accouchement, je ne sais pas, je suis un homme, je ne connaîtrai jamais ce plaisir mais j’ai eu des coliques néphrétiques une fois, pour vous situer, il y a deux ans et j’étais tellement plié en deux de douleur que j’aurais payé pour qu’on m’enlève un rein avec une cuillère si cela avait pu abréger la souffrance rien qu’un peu. Et comme on dit que la colique néphrétique est la pire douleur de toutes...Ah, non, je viens de vérifier, fuck…)

Mon ex me disait l’autre jour à table qu’il avait fini par m’écouter niveau fringues et avait adopté enfin le look que je lui conseillais, le truc le plus simple quand on est un homme et qu’on n’a pas envie de se prendre la tête pour s’habiller, le look Nicolas Ghesquière (comme je l’appelle) : jean brut en toile japonaise, chemise blanche (ou joli tee-shirt blanc bien coupé, pas un truc informe), pull sombre par dessus et aux pieds la seule touche de couleur possible, une petite paire de sneakers sympas.

On ajoute une fausse paire de lunettes de vue pour donner un peu de style (Lunettes pour tous vous en fournira une pour 10 euros tout compris, consultation ophtalmo incluse ! 10 euros, 10 minutes mais évitez le samedi, quand même, si vous n’aimez pas attendre) et évidemment, votre parfum signature, celui qui donne le La, ce que les gens retiennent de vous, le même qui vous fait recevoir un SMS parfois d’un ami en vacances (“Oh, j’ai senti ton parfum dans la rue”) et pour cela, je ne peux que vous conseiller le toujours excellent et mystérieux blog du Critique de Parfum (qui n’épargne personne et surtout pas les grandes marques !)…

Dans mon ancienne entreprise (celle-là même qui a fourni deux ministres au Gouvernement, la classe à Dallas), on me disait toujours avec plaisir : “Oh, je savais que tu étais arrivé, j’avais senti ton parfum dans l’ascenseur…” et dans celle d’avant, pareil, et dans celle d’avant, pareil. J’ai changé à chaque fois de senteur, comme si mon “parfum signature” évoluait avec mon employeur ou que je l’associais à un lieu le temps d’y travailler et plus jamais ensuite. Je ne suis pas de ceux qui changent de parfum en cours de route ou qui possèdent deux ou trois ou quatre (les fous) bouteilles de parfum différents. J’adore quand les gens réfléchissent à ma question “Tu sens bon ! Quel est ton parfum ?“. Ils réfléchissent et finissent par donner un nom, j’en serais incapable, en amour comme en parfum, je suis fidèle et exclusif.

Tant que ça dure.

 

 

 

 

 

 

Crédit photo
Rob Potter

7759 lectures pour cet article. Merci pour votre fidélité.

About author

Related items

/ You may check this items as well

Cheval

La liste de mes envies

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
sunrise

L’acte de foi

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
romance

Ce doit être épuisant

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 4 comments

  • Simone dit :

    Je t’ai lu et c’est super de te lire presque tous les jours! Je suis délicate en parfum et souvent c’est une des première chose que je change chez l’autre au début de l’histoire. Comme si il fallait qu’il ait “l’odeur de nous”. Et parfois, je me ballade dans une parfumerie et je vais sentir tous ces parfums du passé…et arrivent les souvenirs…
    C’est marrant comme tu ouvres les pensées et la réflexion avec tes articles…

  • La seule douleur qui s’efface immédiatement sans médicament, c’est celle de l’accouchement. Une fois que ton enfant est né, le bonheur est tellement intense que la douleur n’existe plus. J’ai eu des coliques néphrétiques, une torsion de nerf suite à une fracture du pouteau-colle, en accouchant je me suis dit que la pire était celle que je vivais et puis pfuuutt mon enfant né, j’avais déjà oublié ce que je venais de vivre (sans péridurale) 🙂
    Je vais de ce pas sur le blog critique parfum 🙂

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *