Vie quotidienne
Vous m’avez demandé, je réponds…
4 janvier 2013
4

Vous m’avez demandé, je vous réponds. Pour poser votre question, c’est par ici. J’avais commencé en 2004 et poursuivi deux ou trois ans. C’est fort instructif, pour moi. Voici mes premières réponses.

Paul : T’as pas le numero de telephone de Paul Mc Cartney stp?
Non, mais j’ai eu le mail de son manager…J’en ai rien fait, il paraît qu’il n’est pas très commode (le manager).

JEROME : Quand viens-tu prendre le thé ?
Dès qu’on aura trouvé un moment idoine pour nos deux emplois du temps.

Bratislabat : Quelle est ta couleur préférée, et si oui pourquoi?
Bleu marine et oui, oui, oh OUIIIIIIII.

KKits : Ça ne l’embête pas que tu fasses des avances au premier gars en speedo qui passe ?
Non. Il sait que j’ai besoin de séduire et que c’est comme ça. Il est intelligent et surtout il a été averti dès le départ. Mais j’ai su le choisir, aussi, faut dire.

Bratislabat : As-tu des photos du nouveau plateau du Grand 8 et si oui, peux-tu nous en balancer?
Avec plaisir ! Authentique :

Sofia : Avoue nous ton pire moment de honte professionnel et comment tu l’as surmonté ? (le mien “roter” en pleine présentation devant 50 clients je suis devenue verte avec sueur froide etc. j’ai repris ma respiration et j’ai dit “Pardon Hamdoulah” cela a fait rire cette assemblée et j’ai continué )
J’ai accepté d’interviewer une légende de la chanson française avec des questions merdiques qui n’avaient pas été écrites par moi, mais par mon chef. Il flippait que je me viande et avait donc rédigé lui-même une platrée de questions inintéressantes. Je n’avais pas relu le tout, excédé, car il me demandait de ne pas me rater ET en même temps de sortir un truc parfait, exploitable et super carré, tout en me disant que ses propres questions étaient meilleures.

Pour être honnête, le disque de la chanteuse m’avait saoulé et je ne l’avais pas franchement écouté. Quand je me suis retrouvé en face d’elle, j’étais tétanisé. Les questions étaient merdiques. Elles se répétaient toutes. Son aura m’éblouissait : je n’arrêtais pas de bafouiller, je sortais des contresens. Ma pire interview, nulle, nulle, nulle. Je l’ai surmonté en me disant que c’était la dernière fois que je me laissais imposer un texte, des questions, des vêtements ou quoi que ce soit. Je me souviens de Raffie, à la StarAc 1 qui expliquait aux élèves qu’eux et eux seuls montaient en scène. Les autres ont beau conseiller, ordonner, imposer, ils ne montent pas sur scène. Quand c’est toi qui doit parler, poser des questions, entrer dans la lumière et prendre des risques, ne laisse personne te dire comment le faire. Je sais ce que j’ai à faire et je gère mes conneries. Pas celles des autres. Je suis une petite chose fragile, pas un torchon de plancher.

Virginie : William, vous aimez les chiens ?
Non, ils sentent trop fort. Mais j’adore les chats.

Noway : “quand on veut on peut”, d’accord mais à ton avis, qu’est ce qui provoque ce dont on a envie ? La motivation ? la chance ? Le “karma” ? Et sinon, toujours, ça veut dire quoi “to seat by yhe fly of the pants” ? Bises
Je n’ai pas la moindre idée de ce qui provoque ce dont on a envie mais je penche que le verbaliser, entendre le son de sa propre voix formaliser la demande déclenche quelque chose d’irrationnel ou d’écrit ou de divin (appelle le comme tu veux). Je prends des risques, je sors de ma zone de confort. Le reste en découle.
Je ne sais pas ce que signifie cette expression, désolé.

(Fin de la première partie)

1779 lectures pour cet article. Merci pour votre fidélité.

About author

Related items

/ You may check this items as well

IMG_3186

Goethe, la CIPAV et moi.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Grande muraille de Chine, mai 2009

This is the end

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more
Capture d’écran 2018-05-31 à 20.30.07

La troisième année.

<div class="at-above-post addthis_tool" data-url="...

Read more

There are 4 comments

  • Lola dit :

    L’expression est “to fly by the seat of one’s pants” (mais l’inversion est peut-être voulue et mon explication superflue?) et elle signifie à peu près naviguer à vue, gérer une situation à l’instinct, sans plan prédéterminé.

    • noway dit :

      ahhh ok, merci beaucoup lola !! c’était dans le tableau que william a publié ” succesful or unsuccesful” et oui, je l’ai peut être mal recopiée ! merci encore !

  • Valérie de haute Savoie dit :

    Oh William, tu aimes les chats :o)

  • sofia dit :

    Merci William

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *